Chaleureuse rencontre autour des Sœurs du Prado : lorsqu’un départ devient un appel

Les Sœurs du Prado sont sur le départ. Elles vont quitter le diocèse au mois de juin après 42 ans de présence dans le Laragnais.

Un beau rassemblement d’amitié et de prière s’est déroulé autour d’elles ce samedi 22 avril dans la salle polyvalente d’Eyguians.

Ce fut une rencontre pleine d’émotion pour les laïcs et les prêtres qui ont été associés à leur présence active et disponible depuis qu’elles se sont implantées à Laragne en 1975 :

Durant toutes ces années, elles ont été présentes et actives :

  • avec les enfants (groupes de catéchèse et d’ACE) ;
  • avec les personnes en difficulté, en précarité ;
  • avec des organismes de solidarité (secours catholique, épicerie solidaire, pastorale de la santé) ;
  • avec des équipes d’approfondissement de la foi (partages d’Évangile, préparations liturgiques) ;
  • avec les équipes de Chrétiens en monde rural (CMR).

Le père François Bedin, délégué épiscopal à la vie religieuse, a présidé cette célébration entouré des prêtres de la paroisse et les aumôniers CMR. Se trouvaient donc présents les pères Joseph-Charles Mbogba, André Girier, Francis Braem, Jean-Marie Chapoy et Jean-Baptiste Rougny.

Après le temps de la Parole, un moment de partage a eu lieu en carrefours, où les uns et les autres ont pu inscrire sur un petit carton « en forme de pas » les priorités, les appels, les encouragements, les solidarités partagées avec la communauté du Prado.

Tout cela a constitué une belle chaîne colorée qui a été épinglée tout autour de la table eucharistique au moment de l’offrande. C’était un écho très émouvant de la présence de  ces seize religieuses qui se sont succédé durant ces 42 ans, insérées dans le monde du travail, dans le monde associatif, porteuses d’une « vocation à être proches des petits et des éloignés de l’Église. »

Cette célébration a été tournée bien sûr vers l’aujourd’hui de la mission, lorsque les responsables lyonnaises de la famille du Prado nous ont invités avec les mots du pape François à « embrasser l’avenir avec espérance » :

« La communauté part, mais la mission continue pour vous et pour les sœurs. Enrichis de tout ce que vous avez vécu, découvert les uns et les autres, ouverts à l’Esprit Saint, le Maître de la mission, vous allez, vous, ici dans ce secteur rural, cette Église, avec votre nouvel évêque, poursuivre vos engagements, être attentifs aux nouveaux besoins, faire des projets, répondre à des appels… »

En clôture de la célébration, le père Jean-Baptiste Rougny a adressé quelques mots chaleureux et confiants :

« Il faut que ce départ soit pour nous aussi un appel à témoigner, à vivre mieux encore ce que nous avons à vivre. On peut laisser partir les sœurs, on n’est pas obligés de laisser partir le « cœur du cœur » de ce qui a fait leur vie et leur présence ici, c’est à dire la foi et l’appel d’Antoine Chevrier. À nous d’inventer, à nous de demander au Seigneur qu’il nous donne assez d’imagination pour que l’on puisse favoriser sur ces terres du Buëch des lieux de rencontres, de partages, de célébrations, de prières et de solidarités. Que ce ferment du Prado, qui nous a soutenus, accompagnés pendant ces nombreuses années, puisse continuer à porter du fruit. On a le droit de pleurer mais ne pleurons pas trop longtemps ! Nous avons reçu, beaucoup reçu ; l’esprit du Père Chevrier continuera à faire son œuvre et notre tristesse deviendra de la Joie, deviendra de la Vie. »

La célébration s’est poursuivie par un repas très fraternel avec tout ce que les invités avaient apporté. Les saladiers, les corbeilles, les pâtés, les bouteilles, les fruits et les fromages ont donné vigueur et force aux échanges et aux rires et ont poussé les cordes vocales à vibrer généreusement avec les cordes de la guitare familière, si souvent sollicitée, de Sophie.

Vous pouvez laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *