L’art de la conversion… « en ski » et proposition d’un jeûne inhabituel – Célébration des Cendres en l’église Saint-Roch à Gap

Webmaster 15 février 2013 1

Avec le mercredi des Cendres, toute l’Église est entrée en Carême. Mgr Jean-Michel di Falco Léandri les a célébrées en l’église Saint-Roch à Gap. « Qui fait du ski parmi vous », a-t-il demandé aux servants de messe. « Et sauriez-vous me dire ce qu’est une conversion ? » Et après quelques explications des jeunes, d’ajouter : « oui, se convertir, c’est changer de direction. » Et de continuer son homélie en proposant un jeûne inhabituel…

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri demande aux enfants s’ils savent ce qu’est une conversion en ski…

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri impose les cendres aux prêtres

L’imposition des cendres aux fidèles

Au cours de la prière eucharistique, concélébrée avec les prêtres de la paroisse Saint-Arnoux et des prêtres de la Maison Saint-Marcellin.

La procession de sortie, les fronts encore marqués par les cendres

 

ExtraitS de l’homélie de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

[…]

Je vous propose un jeûne inhabituel. Je vous invite à faire un jeûne des paroles inutiles, des paroles injustes, des paroles agressives, des paroles calomnieuses, des paroles qui tuent !

Je vous conseille à ce propos de lire le chapitre 3 de l’épître de Saint Jacques : « Les humains, dit-il, sont arrivés à dompter et à domestiquer toutes les espèces de bêtes et d’oiseaux, de reptiles et de poissons. Mais la langue, aucun homme n’est arrivé à la dompter, vraie peste, toujours en mouvement, remplie d’un venin mortel. »

[…]

Et écoutez cette anecdote que l’on attribue à saint Philippe Néri :

Une dame, ayant entendu parler des dons exceptionnels de confesseur de saint Philippe Néri, alla le trouver pour se confesser. Elle avoua un travers dans lequel, reconnaissait-elle, elle tombait fréquemment, celui de dénigrer trop facilement les autres et de ne pas parvenir à retenir sa langue. Saint Philippe,  avant de l’absoudre, lui prescrivit une pénitence qui ne fut pas sans l’étonner. « Achetez un poulet, lui dit-il, plumez-le et dispersez les plumes dans les rues de la ville.« 

Quelques jours plus tard, cette même dame se retrouvait agenouillée au confessionnal, où elle dut avouer qu’elle n’avait pas renoncé à son péché, ayant manqué peu d’occasions de médisances et de calomnies.

Philippe Néri s’empressa de vérifier qu’elle s’était bien acquittée de la pénitence de sa confession précédente, et comme il reçut une réponse affirmative, il lui prescrivit sa nouvelle réparation : « Eh bien, ma chère dame, cette fois-ci, comme pénitence, vous allez revenir dans les rues de Rome où vous avez jeté les plumes du poulet, et vous allez les récupérer une à une. »

Et c’est ainsi que Saint Philippe Néri lui fit comprendre qu’il était impossible de rattraper les paroles venimeuses qu’elle répandait autour d’elle.

Les conseils donnés à cette pénitente par saint Philippe Néri sont plus que jamais d’actualité. « Parole, parole, parole », chantait Dalida ! Que chanterait-elle aujourd’hui où les paroles venimeuses ne sont plus seulement semées dans le vent qui souffle autour de soi mais emportées par le cyclone de la planète internet !

Commenter l'article »

Un commentaire »

  1. Grimaldi Marie José 20 février 2013 à 19 h 11 min - Reply

    J’aime beaucoup cette anecdote ! Et si par hasard il m’arrivait d’ouvrir la bouche pour juger, critiquer, pire calomnier, je la refermerais bien vite en songeant à ce pauvre poulet !