PIEM pour le Carême – Troisième dimanche de Carême

Webmaster 27 février 2013 1

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a fait appel à son ami PIEM pour marquer le Carême dans le diocèse. Des signets inspirés de l’Évangile du jour, avec dessin de PIEM et texte de Thierry Paillard, sont distribués à l’issue des messes. Ci-dessous le signet pour le 3e dimanche de Carême.

 

3e dimanche de Carême
3 mars 2013

Luc 13, 1-9

 

L’arbre : nous

 

L’arbre, d’abord graine qui s’élance,
petite, libre, indépendante, légère,
pleine de promesses, mais si versatile.

 

Puis ce grand désir de trouver un lieu,
où s’enraciner, où s’engager,
pour venir au jour enfin,

 

grandir, devenir arbuste
dépouillé au vent d’automne,
travaillé au gel d’hiver,
retenant sa vie en attente patiente,

 

et enfin tendre ses mains vertes
vers la lumière,
et de la fleur en fruit transformée
donner sans distinction
aux bons et aux méchants.

 

Tous les fruits meurent,
mais « un seul demeure »,
nous dit le Seigneur.

Portons de ce fruit.

 

Ne rien retenir pour soi-même,
tout livrer.
Voilà ce pour quoi
nous sommes faits.
Car aimer c’est tout donner
et se donner soi-même.

 

 

 

Texte : Thierry Paillard
Illustration : PIEM

 

www.diocesedegap.fr

 

 

Le texte de l’Évangile du jour : Luc 13, 1-9

Un jour, des gens vinrent rapporter à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu’ils offraient un sacrifice.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?  Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière. »
Jésus leur disait encore cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ?’ Mais le vigneron lui répondit : ‘Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ »

 

Commenter l'article »

Un commentaire »

  1. MAS 3 mars 2013 à 18 h 36 min - Reply

    Il est trop beau ce dessin exprimant « le figuier sans fruit » de saint Luc ! Cet homme prie avec tant de conviction que sans doute son arbre donnera du fruit à l’avenir !!!
    Le poème qui l’accompagne me touche aussi tout particulièrement : s’enraciner, grandir, demeurer, aimer, donner ! C’est beau, merci !