You are currently viewing 20210926 Pour la maison de Dieu, souhaite-t-on un mur de parpaings tous identiques, ou un mur en pierres toutes différentes ? Homélie d’installation du père Mickaël Fontaine curé de Tallard

Homélie du dimanche 26 septembre 2021 à Tallard pour l’installation du père Mickaël Fontaine

Dans l’évangile, Jean expose ce qu’il vient de faire à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas ». 

Dans nos vies, comme dans l’Evangile, on trouve des situations où il est difficile de discerner s’il est bon d’être ferme, intransigeant, ou s’il faut être plutôt arrangeant. 

– Jean a pensé qu’il devait interdire à quelqu’un qui n’est pas du groupe des 12 apôtres de chasser les démons au nom de Jésus, car pour se servir du nom de Jésus, il faut être avec lui. Mais Jésus se montre accueillant : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »

– La première lecture nous présente une situation un peu similaire : Moïse doit partager l’exercice de sa fonction sacerdotale avec 70 anciens du peuple, et le Seigneur « prit une part de l’esprit qui reposait sur Moïse, et le mit sur les 70 anciens. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas. » Deux hommes faisant partie de ceux qui étaient choisis, mais qui n’étaient pas sortis de leur tente, se mettent aussi à prophétiser ; alors un jeune homme se plaint à Moïse : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

Cher père Mickaël, vous avez appris petit à petit, et spécialement dans cette dernière année comme administrateur à Gap, – j’en ai été le témoin -, ce discernement entre la souplesse nécessaire et la fermeté du pasteur.

Ce n’est pas facile, mais il y a un premier critère de discernement : est-ce que cela favorise la communion et l’unité du peuple saint de Dieu qui m’a été confié ? La clef de l’unité réside dans le regard posé sur la différence. Pour la maison de Dieu, souhaite-t-on un mur de parpaings tous identiques, ou un mur en pierres toutes différentes dont l’ajustement demandera beaucoup plus de savoir-faire, mais dont la beauté est incomparablement supérieure ? Le premier mur n’est qu’une unité-uniformité, le deuxième une unité-harmonie. Vous l’avez compris, vous aurez à chercher l’unité-harmonie de votre communauté paroissiale, et c’est cette unité harmonie qui évangélisera. Car le but d’une vie paroissiale n’est pas d’être bien ensemble, mais d’évangéliser ensemble, d’être des disciples missionnaires.

Cette unité-harmonie, le pape va nous donner la possibilité de la chercher dans un synode sur la synodalité, qui s’ouvrira dans les paroisses le 17 octobre prochain, et dont il nous a longuement parlé quand nous l’avons rencontré dernièrement à Rome à l’occasion des visites ‘ad limina’. Synode sur la synodalité, cela fait un peu réunion sur la réunionite ! En réalité il s’agit de réfléchir ensemble sur le fonctionnement de l’Eglise comme peuple de Dieu qui marche vers le Ciel. Avec le Conseil Episcopal, nous travaillons sur la manière d’entreprendre cette grande randonnée synodale dans notre diocèse ; vous aurez bientôt des éléments. La base sera des petits groupes synodaux que je vous inviterai à constituer, pour partager sur des questions que le Pape nous pose ; je vous proposerai également de réfléchir sur les orientations pastorales du diocèse que nous discernons depuis fin 2019 ; le tout aboutissant pour notre diocèse par une fête diocésaine jeudi de l’Ascension 2022.

Cette unité-harmonie fait aussi écho au thème choisi par le Pape François pour la 107ème Journée Mondiale du migrant et du réfugié, que nous célébrons ce dimanche : « Vers un nous toujours plus grand » Je vous cite un extrait du message du Pape : « Pour les membres de l’Église catholique, cet appel se traduit par un engagement à être toujours plus fidèles à leur être catholique (…). En fait, la catholicité de l’Église, son universalité, est une réalité qui demande à être accueillie et vécue à chaque époque (…). Son Esprit nous rend capables d’embrasser tout le monde pour faire la communion dans la diversité, en harmonisant les différences sans jamais imposer une uniformité qui dépersonnalise. Dans la rencontre avec la diversité des étrangers, des migrants, des réfugiés et dans le dialogue inter-culturel qui peut en naître, nous avons l’opportunité de grandir en tant qu’Église, de nous enrichir mutuellement. »

J’invite donc chacun d’entre vous, chrétiens de la  paroisse de Tallard et des villages environnants, à chercher l’unité-harmonie, en particulier par le chemin synodal qui va bientôt s’ouvrir. Cela est certainement providentiel pour notre Eglise de France, alors que mardi 5 octobre prochain, la CIASE, commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise, commission que nous évêques avons décidé, va rendre son rapport. Il va présenter un tableau de ces faits terribles de pédophilie, analyser la manière dont l’Eglise les a traités et faire des recommandations. 

Chers frères et soeurs, cette remise du rapport de la CIASE va être une épreuve de vérité et un moment rude et grave. L’évangile peut nous aider à accueillir ce rapport : s’il nous faut le plus souvent être souple pour rechercher une unité-harmonie, Jésus présente un des cas où il faut être intransigeant : « Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. » Vous aurez prochainement sur le site internet du diocèse des propositions pour permettre au peuple de Dieu d’accueillir cette vérité et de se remettre en route. Soyons en persuadés, seule la vérité qui rend libre et seule la compassion envers les personnes victimes, nous permettront de reprendre notre marche pour l’évangélisation de nos campagnes. « Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes !Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! » Voilà notre prière en ce dimanche ! Amen !