You are currently viewing 20220526 Le Christ se tient devant Dieu pour nous. Homélie de l’Ascension à Montmaur

Jeudi 26 mai 2022 – Solennité de l’Ascension à la salle des fêtes de Montmaur, à l’occasion de la Visite pastorale dans le Veynois

AUDIO

VIDEO

« Le Christ entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant, pour nous, devant la face de Dieu. » Pour nous ! Cette précision de l’épitre aux Hébreux est une clef de l’Ascension. A l’Ascension, Jésus nous envoie en mission et nous fait trois cadeaux : l’Esprit Saint, la bénédiction et l’espérance ; voici les deux parties de mon homélie.

A l’Ascension Jésus nous envoie en mission mission.

Le Christ se tient pour nous devant la face de Dieu ! Pour nous, pour toi, pour moi, Jésus est devant la face de Dieu. Jésus est devant la face de Dieu car il t’a sauvé. L’épitre aux Hébreux marque bien l’offrande du Christ : « le Christ s’est offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude ». Je savoure cette pensée que Jésus parle de moi au Père, car il a donné sa vie pour chacun de nous.

Jésus est devant la face de Dieu car il t’a sauvé et pour te soutenir dans ta vie et ta mission de chrétien. Jésus nous a passé le flambeau de la mission, en le passant à ses apôtres : « Vous serez alors mes témoins, jusqu’aux extrémités de la terre. » C’est à un véritable envoi en mission que Jésus procède juste avant de quitter ses apôtres, pour rejoindre son Père dans les Cieux. St Luc l’a rapporté dans le livre des Actes des Apôtres, dont il est aussi l’auteur ; il nous le dit au début des Actes : « Cher Théophile, dans mon premier livre – cad son évangile – j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné…  jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel. » Dans ces Actes, il va raconter la création de l’Eglise. L’Ascension est aussi rapportée à la fin de son évangile, avec pratiquement le même envoi en mission : « à vous d’en être les témoins ». On le voit, que ce soit en conclusion de l’évangile ou en ouverture du livre des actes des apôtres, l’Ascension est le point de basculement entre la mission terrestre de Jésus et celle de ses apôtres qui reçoivent la charge de continuer sa mission sur la terre.

On peut imaginer leur stupeur car non seulement Jésus les quitte, mais il les envoie, eux !, à porter la bonne nouvelle de la Résurrection de Jésus à toute la terre : « Il est écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations. » C’est ce qu’on appelle le ‘kerygme’, mot grec qui signifie ‘proclamer à haute voix’ le coeur de  notre foi. Le pape François décrit la première proclamation par laquelle tout commence, par ces mots : « Jésus Christ t’aime, il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, pour te fortifier, pour te libérer. » (La joie de l’évangile §164) et il précise : « Nous avons redécouvert que, dans la catéchèse aussi, la première annonce ou “kerygme” a un rôle fondamental, qui doit être au centre de l’activité évangélisatrice et de tout objectif de renouveau ecclésial. »

Dans ‘la Joie de l’Evangile’, le saint Père appelle chaque chrétien et chaque structure d’église à une conversion missionnaire, à proclamer à haute voix le kerygme. Le 1er mai dernier au Laus, j’ai dévoilé la vision pastorale du diocèse de Gap 2022-2030, intitulée « Montagne, portez au peuple la paix ! », ouvrant 5 chantiers missionnaires. J’invite tous les membres des petits groupes synodaux sur la synodalité et tous ceux qui le souhaitent, à travailler ces 5 chantiers missionnaires, pour participez à cette conversion missionnaire du diocèse.

C’est chacun de nous que Jésus envoie en mission, « à vous d’être les témoins » du Christ ressuscité. Comme les apôtres, cela peut nous saisir de stupeur. Comment puis-je moi, à mon âge, jeune ou vieux, évangéliser mon village ? 

En cette fête de l’Ascension non seulement Jésus nous envoie en mission mais Il nous fait trois cadeaux pour évangéliser : l’Esprit Saint, la bénédiction et l’espérance.

Premier cadeau, comme Jésus a préparé ses apôtres à l’effusion de l’Esprit Saint à la Pentecôte, l’Ascension nous prépare à recevoir une effusion de l’Esprit Saint à la prochaine fête de la Pentecôte. On lit dans les Actes que les apôtres n’ont toujours pas compris : « Est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répond : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité… Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins. » Dans l’évangile, Luc précise : « demeurez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus d’une puissance venue d’en haut ».

Frères et soeurs, peut-être que cette visite pastorale est une préparation à une effusion de l’Esprit pour vous !

Second cadeau, comme Jésus a bénit ses apôtres, il nous demande à notre tour de bénir, d’être des hommes de bénédiction. Avez-vous repéré que, précise st Luc dans l’évangile : « Levant les mains, Jésus les bénit. Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel. » C’est magnifique : Son dernier geste sur terre est une bénédiction. Puissions nous frères et soeurs, être des hommes et des femmes de bénédiction.

Au cours de la démarche synodale, il y a eu un vrai travail de communion entre nous. En lisant les remontées des petits groupes synodaux, c’est d’abord ce qui m’a frappé. La joie de se retrouver ensemble, entre chrétiens qui n’ont pas la même sensibilité. Je vous inviter à découvrir sur le site internet du diocèse 4 articles sur la synthèse diocésaine en vue du synode des évêques sur la synodalité. En particulier un article que m’a demandé le journal ‘La Croix’, que j’ai intitulé ‘le synode une expérience de communion’. Certes, il y a eu des paroles qui ont été parfois dures, des critiques parfois injustes, mais il es bon que les souffrances et les attentes se disent et je voudrais que nous retenions cette joie d’être ensemble et de nous bénir mutuellement. Que les prêtres bénissent leurs fidèles, mais aussi que les fidèles bénissent leurs prêtres. Rappelez vous le Pape François le soir de son élection, demandant au peuple de Dieu réuni place st Pierre, de le bénir.

Et enfin troisième cadeau, l’Ascension renforce notre vertu d’espérance, avec la finale de la seconde lecture l’épitre aux Hébreux : «Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis.»

Amen !