You are currently viewing Viens Seigneur Jésus ! Confirmations à Gap, Tallard et Saint-Bonnet les 10 et 11 décembre 2022

AVENT 3 (A)Confirmations : samedi 10:30 Gap, 15:00 Tallard, dimanche 10:30 St Bonnet

Ce dimanche est appelé le dimanche de la joie, car Noël approche ! « Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! » Ainsi commence la prophétie d’Isaïe notre première lecture. Cette invitation d’un prophète d’un pays désertique nous rejoint-elle ? Oui, comme chrétiens, nous avons soifs de Dieu, même si nous connaissons le danger d’être rassasié par des contrefaçons de Dieu. Quand des frères et des soeurs en Christ font un pas dans la foi, quand des frères et des soeurs en Christ parcourent une étape sur le chemin de grande randonnée qu’est notre vie en Dieu, cela ravive notre soif. Alors merci chers jeunes et chers adultes. Dans vos lettres de demande de confirmation, auxquelles j’ai répondu personnellement, j’y ai lu la soif de votre âme. La soif de Dieu. Avec ma réponse, je me suis permis de vous retourner votre lettre, car je considère que je n’ai pas le droit de garder ces lettres personnelles, et qu’il serait dommage de les détruire, tant vous me livrez un peu votre coeur et de votre cheminement avec Dieu. Alors j’ai pensé que c’était mieux que vous les conserviez dans vos papiers personnels. Vos lettres seront le témoin de cette étape importante de votre confirmation. Il y a donc ce jour la joie de votre confirmation. 

Il y a aussi la  joie de la grande question du peuple hébreux est reprise par la question de st Jean-Baptiste, dans notre évangile : « Es-tu celui qui doit venir ? » Ce temps de l’Avent, les 4 semaines avant Noël commémorent ce temps de l’attente du peuple hébreux qui va connaître je joie de la naissance du Sauveur. Il y a dans l’histoire de l’humanité trois venues du Christ: 1/ sa venue il y a plus de 2000 ans dans la crèche de Bethléem ; nous avons préparé les crèches dans nos maisons ; 2/ son retour glorieux à la fin des temps, avec les images de bonheur qu’Isaïe nous offre dans la première lecture, et entre les deux, 3/ sa venue discrète dans chacun de nos coeurs.

Concernant sa venue discrète,

peut-être qu’au cours de cette messe de Confirmation, le Seigneur Jésus va venir visiter certains coeurs parmi nous. Comme dit Isaïe : « Dites aux gens qui s’affolent : Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu ! » Le voici qui vient !Ouvrez votre coeur. Il est doux de savoir que c’est possible à tout âge de reprendre le chemin de l’initiation chrétienne. Si vous désirez le baptême, si vous désirez la confirmation, si vous désirez faire la première des communion, c’est possible à tout âge, avec un temps de préparation. Je vous invite à en parler au curé de votre paroisse.

Pour vous aussi les confirmands, ce sacrement est une visite de Dieu, par le don du st Esprit. Peut-être que vous n’allez rien ressentir, car la rencontre avec Dieu est rarement sensible, mais soyez certains de ce don. Vous pouvez vous appuyer sur l’Esprit Saint, l’invoquer chaque jour, pour être ce que le pape appelle un disciple missionnaire. Pas seulement un disciple qui a rencontré Jésus, mais un disciple qui annonce la bonne nouvelle autour de lui, qui répand cet amour nommé Jésus. C’est souvent très simple : qu’as tu fait ce WE ? … Notre joie à nous est d’être des disciples missionnaires. Le 26 novembre dernier, au sanctuaire du Laus, au cours d’un rassemblement diocésain, j’ai promulgué la vision pastorale du diocèse de Gap-Embrun, intitulée « Mission Altitude », et 6 Orientations missionnaires pour les années 2022-2030. Je vous invite à les découvrir dans une lettre pastorale intitulée : « Montagnes, portez au peuple la paix ». J’ai reçu jeudi dernier un mail d’un couple : « Nous avons participé, mon mari et moi à la journée diocésaine le samedi 26 novembre à Notre Dame du Laus ; cette rencontre a réveillé notre foi et a illuminé notre chemin ! » Alors chers amis, même et surtout si vous n’avez pu participer à ce rassemblement diocésain au Laus, prenez le temps de lire cette lettre, et si possible ensuite d’en échanger à plusieurs.

Concernant son retour glorieux à la fin des temps,

Isaïe a beaucoup d’images pour décrire ce bonheur sans fin : le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ceux qu’a libérés le Seigneur reviennent, ils entrent dans Sion avec des cris de fête, couronnés de l’éternelle joie. Allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuient. » Oui, au retour du Christ, tous les hommes seront « couronnés de l’éternelle joie » ! Merveilleuse parole !

Alors je vous propose de prier avec les dernières paroles de toute la Bible, les derniers versets du livre de l’Apocalypse : « Celui qui donne ce témoignage déclare : Oui, je viens sans tarder. – Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! » Pour les premiers chrétiens, Maranatha, viens Seigneur,  était devenue la salutation courante, alors qu’ils subissaient la persécution des envahisseurs romains.

Pour faire un lien avec l’actualité, elle est sans doute la prière des nos frères et soeurs chrétiens ukrainiens persécutés : « Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! » Le pape François, cette semaine, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception, s’est rendu au pied d’une colonne à Rome, surmontée d’une statue de la Vierge Marie. Il a prononcé une prière pleine d’émotion : « Vierge Immaculée, j’aurais voulu aujourd’hui
t’apporter les remerciements du peuple ukrainien,
pour la paix que nous demandons au Seigneur depuis si longtemps. Au lieu de cela, je dois encore t’apporter la supplication des enfants, des personnes âgées,  des pères et des mères, des jeunes gens de cette terre martyrisée, qui souffre tant. Mais en réalité, nous savons tous que tu es avec eux et avec tous ceux qui souffrent, comme tu l’as été à côté de la croix de ton Fils. »

Concernant sa venue il y a plus de 2000 ans dans la crèche de Bethléem,

il nous est bon chaque année de nous en étonner, car c’est un évènement inouïe. Dieu s’est fait homme. Dieu a pris notre chaire. Dieu a marché parmi nous. Pour que « la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ».

Retenez ces trois venues : il y a 2000 ans, puis dans nos propres coeurs, puis son retour glorieux à la fin des temps. L’apôtre saint Jacques écrit dans sa lettre, notre second lecture : « Frères, en attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience. » Chers confirmands, « prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche ». Amen !