L’Eglise n’hésite pas à affirmer que la véritable richesse d’une nation est sa capacité au partage :

« La richesse économique d’un Peuple ne résulte pas seulement de l’abondance globale des biens, mais aussi et plus encore de leur distribution effective suivant la justice, en vue d’assurer l’épanouissement personnel des membres de la communauté : car telle est la véritable fin de l’économie nationale. » Encyclique Mater et Magistra, Jean XXIII, 1961

Table des matières