40 ans de sacerdoce du père Jean-Luc Grizolle – 110e anniversaire de l’ordination du père Jules Bermond
  • Post published:8 juillet 2015

Le 29 juin 2015 avait lieu la fête paroissiale à Fontgillarde dans le Queyras pour la Saint-Pierre-Saint-Paul. L’occasion de fêter les quarante ans de sacerdoce du curé, le père Jean-Luc Grizolle.

L’eucharistie, avec de gauche à droite les pères Eric Juretig, Jean-Luc Grizolle et Bernard Perret

A la fin de la messe, devant les photos entre autres de son grand-oncle, le père Jules Bermond

Le père Jean-Luc Grizolle au violon et le père Eric Juretig à la guitare

dans une ambiance festive et chaleureuse
Le père Jules Bermond lors de son départ en 1905

Sur les murs de l’église une exposition présente entre autres le père Jules Bermond (1881-1967), grand-oncle du père Jean-Luc Grizolle.

Les deux prêtres ayant été ordonnés un 30 juin – à soixante-dix ans de distance –, le père Jean-Luc Grizolle est allé le lendemain à Saint-Auban-d’Oze célébrer la messe avec le calice que lui avait légué son grand-oncle missionnaire.

Ce dimanche 12 juillet 2015, le père Jules Bermond sera à l’honneur dans son village natal.

Tout un programme a été mis en place pour célébrer le 110e anniversaire de son ordination presbytérale et son départ en mission en Corée :

  • 9h00 : messe à Saint-Auban-d’Oze
  • 10h00 : marche méditation en direction du col de Châteauneuf-d’Oze
  • 12h00 : repas tiré des sacs au Pré-de-la-Marie
  • Animation (présentation de la vie du père Jules Bermond)
Le père Jules Bermond à Tjin-Hai (ou Jinhai) le 9 novembre 1935. Un chrétien japonais, fournisseur de la marine coréenne, a fait bâtir une chapelle pour les chrétiens de ce port militaire. Emportée par un typhon l’année suivante, le père Jules Bremond arrive à faire reconstruire un oratoire deux kilomètres plus loin, après maints palabres avec la police, grâce à la diplomatie de la catéchiste du père, et suite à un vœu fait à Notre-Dame du Laus de lui ériger une statue sous le vocable de « Refuge des pécheurs ».
Le père Jules Bermond avec le nouvel évêque de Ma san, Mgr Stéphane Kim, le 2 juin 1966, un peu plus d’un an avant son décès.

“Originaire du Veynois, né à Saint-Auban-d’Oze, il [le père Jules Bermond] passe beaucoup de temps à la garde de la centaine de moutons que son père, maire de la commune, lui confie. Séminariste aux Missions Étrangères en 1900, il débarque à Séoul en 1905. Il passa toute sa vie – jusqu’à l’âge de quatre-vingt-six ans – dans l’actuelle Corée du Sud, se dépensant sans compter pour la vie de sa paroisse en dépit de sa santé fragile, des tracas causés par les Japonais occupant le pays pendant la guerre, puis enfin par les intrusions des communistes de Corée du Nord.”

Extrait du livre,
Le diocèse de Gap et d’Embrun, hier et aujourd’hui
qui sera en vente sur place auprès du père Pierre Fournier

© Missions Étrangères de Paris

Cet article a 1 commentaire

  1. Hoe Rufina

    Je suis religieuse des soeurs de Notre Dame du Bon Secours de Troyes. Je suis corenne. Et il y a une semaine ,
    J’ai eu la joie de visiter au santuaire de Notre Dame du Laus. Ne connaissant pas bien ce lieu, j’ai achete un livre de Benoite Rencurel puis je viens de faire cette connaissance du Pere Jule Bermont! Tres emue, un grand remerciement pour sa vie donnee pour Dieu et pour le peuple coreen!
    Je serai tres heureuse de visiter cette oratoire de Notre Dame du Laus en Coree! Je transmets tout mon respect sincere pour la famille du Pere Bermond

Les commentaires sont fermés.