5 mai: Festivités de la Laure Notre Dame de Pentecôte et l’abbaye de Rosans
Ce dimanche 5 mai
La Laure Notre Dame de Pentecôte, à Montmorin, fête ses 50 ans !
( 4 ermites consacrés, dont le chapelain, le père Joseph-Mary Brown, frère de Saint Jean)
Au programme:
10h30 : Messe présidée par Monseigneur Xavier Malle.
Procession après la messe à la tombe du Père Emmanuel de Floris, fondateur de la Laure
Repas tiré du sac, 
Conférence de Monseigneur 
15h30-17h30:  exposition du St-Sacrement.  Pendant l’adoration il y aura 2  “pèlerinages” possibles à l’Adoux d’Oule et à l’ermitage du Père Emmanuel.  
17h30:  Salut du Saint-Sacrement. 
Puis 25 minutes de voiture et rendez-vous à l’abbaye de Rosans !
17h30: Vêpres
18h15: bénédiction d’un bas-relief de Saint Joseph par Monseigneur Xavier Malle, évêque de Gap (et d’Embrun)
“Chers amis, deux ans après l’inauguration de notre atelier, grâce à la générosité de quelques bienfaiteurs, le projet d’un bas relief en ferronnerie de St Joseph destiné à orner un mur à côté de l’entrée de l’atelier, a été réalisé par un artisan, proche voisin et ami de l’abbaye, Philippe Demarchi.

La communauté est heureuse de vous inviter à cette cérémonie et à l’apéritif qui suivra.

Une réponse est souhaitée par mail ou téléphone.

Mère Abbesse et la communauté
Abbaye Notre Dame de Miséricorde 05150 Rosans
Tel 04.92.66.70.00 nd.misericorde@nordnet.fr

Biographie du Pêre Emmanuel de Floris

Né à Bordeaux le 27 avril 1909, baptisé à la paroisse St Ferdinand de Bordeaux le 29 avril

En 1965 il est envoyé par le père abbé Dom Dominique Hermant en Algérie, à Tlemcen, pour rencontrer le père abbé allemand Dom Walzer qui s’y est établi, expulsé de son monastère de Beuron par le régime nazi. Il est en Algérie de mai 65 à novembre 66. C’est à cette époque que ressurgit en lui un désir ancien d’une vie de prière et de solitude. Avec l’accord de son père abbé, il part à la recherche d’un endroit propice à cette vie. Ce sera l’Adaux d’Oule à partir de 1969, au-dessus de Montmorin, où il construit en bois son premier ermitage qui brûlera entièrement l’année suivant et sera reconstruit en dur. Deux religieuses vivent en ermitage à quelque distance et son premier compagnon sera le frère Jean.

Plusieurs ennuis de santé ralentissent l’activité du père Emmanuel en 88 et 89. Mais en 1991 commence la maladie qui l’emportera le 19 mars 92. Après un court séjour à l’hôpital en décembre 91, il revient terminer sa vie à l’ermitage. De janvier 92 à mars 92, il recevra tous ceux qui viendront lui rendre visite. Ils furent très nombreux. Il célèbrera chaque jour la messe, malgré une souffrance quasi permanente, y compris le 19 mars où exceptionnellement il célèbre 2 messes ce matin là.

Il mourut le soir du 19 mars à 23h45

 

Fermer le menu