Quel regard portons-nous sur les personnes en fin de vie ?

Déclaration de Mgr Laurent Ulrich : Quel regard portons-nous sur les personnes en fin de vie ?

« Une majorité de Français se déclare pour l’aide à mourir, nous dit-on, mais ce sont des Français en bonne santé que l’on interroge, des Français qui ont peur de la souffrance possible à l’approche de la mort, et c’est légitime. Ceux qui ont un jour rencontré des soignants dans un service de soins palliatifs savent que les personnes qui sont accompagnées dans ces services ne demandent pas la mort. Elles demandent à être soutenues dans leur chemin, soulagées dans leur douleur, entourées si l’angoisse vient. Et ces personnes, ainsi que leurs proches, sont effectivement soutenues, soulagées, entourées. On regrette – et nous le regrettons vivement – que les soins palliatifs ne soient pas partout accessibles, que le précédent plan de déploiement sur le territoire n’ait pas été achevé. C’est pourquoi nous accueillons comme indispensable l’accélération de la mise en place sur tout le territoire des soins palliatifs prévue dans le projet de loi dont l’examen débute au Parlement. »

Découvrir l’article intégral sur le site du diocèse de Paris : Déclaration de Mgr Laurent Ulrich : Quel regard portons-nous sur les personnes en fin de vie ? 

Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet.

Article à découvrir sur Vatican News : Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet 

Le Vatican plaide pour un accompagnement réel des personnes en fin de vie : Le Vatican plaide pour un accompagnement réel des personnes en fin de vie – Vatican News

Le mercredi 24 avril 2024, Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, Responsable du groupe de travail « Bioéthique » et Mgr Vincent Jordy, Archevêque de Tours, Vice-président de la CEF, en charge des questions sur la fin de vie, ont été auditionnés par la commission spéciale sur le projet de loi relatif à l’accompagnement des malades et de la fin de vie.

Les évêques de France se disent « sensibles aux soucis de vouloir promouvoir un modèle français de la fin de vie », où le soin et l’accompagnement sont au centre, mais il ne semble pas que le projet de loi présenté aille dans ce sens. Sans avoir suffisamment de données sur les besoins réels, ce projet fait basculer vers un modèle qui rompt une digue essentielle, un principe structurant de notre société voire de notre civilisation, celui de l’interdit de tuer qui se trouve entre autres au cœur du serment d’Hippocrate. Cette loi introduit donc un déséquilibre, qui renforce les inquiétudes de l’Église de France quant aux effets sociaux d’un tel projet. Comme le souligne Mgr Vincent Jordy, « la dignité d’une société humaine consiste à accompagner la vie jusqu’à la mort et non à faciliter la mort ». Projet de loi « fin de vie » : la Conférence des Evêques de France émet ses réserves – Diocèse de Gap-Embrun (diocesedegap.fr)