Éléments de discernement – 59 / La question sociale est devenue mondiale : devoir de solidarité internationale !

En 1967, le pape Paul VI affirmait que la question du développement ne pouvait s’envisager qu’à l’échelle mondiale et que les pays les plus développés ont une responsabilité particulière : « Le devoir de solidarité des personnes est aussi celui des peuples : « les nations développées ont le très pressant devoir d’aider les nations en voie de développement ». Il faut mettre en œuvre cet enseignement conciliaire. S’il est normal qu’une population soit la première bénéficiaire des dons que lui a faits la Providence comme des fruits de son travail, aucun peuple ne peut, pour autant, prétendre réserver ses richesses à son seul usage. Chaque peuple doit produire plus et mieux, à la fois pour donner à tous ses ressortissants un niveau de vie vraiment humain et aussi pour contribuer au développement solidaire de l’humanité.(…)

Continuer la lecture

Éléments de discernement – 58 / La régulation de l’immigration

L'Église pour sa part appelle à avoir une approche « ouverte » de la question de l'immigration : « Face au phénomène migratoire, l'Europe est mise au défi de trouver des formes nouvelles et intelligentes d'accueil et d'hospitalité. C'est la vision « universaliste » du bien commun qui l'exige: il faut dilater son regard jusqu'à embrasser les exigences de toute la famille humaine. Le phénomène même de la mondialisation demande ouverture et partage s'il veut être non pas une source d'exclusion et de marginalisation, mais au contraire de participation solidaire de tous à la production et à l'échange des biens.

Continuer la lecture

Éléments de discernement – 57 / Les racines chrétiennes de l’Europe

C'est avec émotion que l'Église appelle l'Europe à ne pas avoir peur de ses racines chrétiennes, dont on peut d'ailleurs difficilement nier l'existence : « L'Europe a besoin d'un saut qualitatif dans la prise de conscience de son héritage spirituel. Un tel élan ne peut lui venir que d'une écoute renouvelée de l'Évangile du Christ. Il appartient à tous les chrétiens de s'employer à satisfaire cette faim et cette soif de vie. (...) Europe du troisième millénaire, « que tes mains ne défaillent pas ! » (So 3, 16) ; ne cède pas au découragement, ne te résigne pas à des modes de penser et de vivre qui n'ont pas d'avenir, car ils ne sont pas fondés sur la ferme certitude de la Parole de Dieu !

Continuer la lecture

Éléments de discernement – 56 / La construction européenne

L’Église se prononce en faveur de tous les pays qui ont une vocation « naturelle » à faire partie de l’Europe : « L’Union européenne continue à s’élargir. Tous les peuples qui partagent le même héritage fondamental ont pour vocation d’en faire partie à plus ou moins longue échéance. Il faut souhaiter que, en plus d’assurer une mise en œuvre plus affermie des principes de subsidiarité et de solidarité,

Continuer la lecture

Éléments de discernement – 55 / Le juste sens de la nation

L’Église reconnaît volontiers la noblesse de la patrie, de son pays, mais en n’oubliant pas que ce pays s’insère dans l’ensemble plus large qu’est la famille humaine : « Que les citoyens cultivent avec magnanimité et loyauté l’amour de la patrie, mais sans étroitesse d’esprit, c’est-à-dire de telle façon qu’en même temps ils prennent toujours en considération le bien de toute la famille humaine qui rassemble races, peuples et nations, unis par toutes sortes de liens. »

Continuer la lecture

Éléments de discernement – 54 / Réévaluer le progrès en fonction de l’être humain

L'Église reconnaît la valeur positive du progrès mais appelle néanmoins à le réévaluer constamment en fonction de l'homme : « Le développement de la technique, et le développement de la civilisation de notre temps marqué par la maîtrise de la technique, exigent un développement proportionnel de la vie morale et de l'éthique. Ce dernier semble malheureusement rester toujours en arrière. (...) Ce progrès, dont l'homme est l'auteur et le défenseur, rend-il la vie humaine sur la terre « plus humaine » à tout point de vue ? La rend-il plus « digne de l'homme »? On ne peut douter que sous un certain nombre d'aspects il en est bien ainsi.

Continuer la lecture
Fermer le menu