Pour ne rien rater des actualités du diocèse de Gap et Embrun, abonnez-vous à la newsletter. Infos, agenda, conférences et sessions, décrets et nominations

Éléments de discernement – 47 / La véritable richesse d’une société : sa capacité à partager !

L'Église n'hésite pas à affirmer que la véritable richesse d'une nation est sa capacité au partage : « La richesse économique d'un Peuple ne résulte pas seulement de l'abondance globale des biens, mais aussi et plus encore de leur distribution effective suivant la justice, en vue d'assurer l'épanouissement personnel des membres de la communauté : car telle est la véritable fin de l'économie nationale. »

Continuer la lectureÉléments de discernement – 47 / La véritable richesse d’une société : sa capacité à partager !

Éléments de discernement – 46 / L’Église se positionne du côté des plus démunis

Consciente que son enseignement social n’aura de valeur que s'il se traduit par les actes, l’Église se positionne clairement en faveur des plus démunis : « Plus que jamais, l’Église sait que son message social sera rendu crédible par le témoignage des œuvres plus encore que par sa cohérence et sa logique internes. C’est aussi de cette conviction que découle son option préférentielle pour les pauvres, qui n’est jamais exclusive ni discriminatoire à l’égard d’autres groupes. Il s’agit en effet d’une option qui ne vaut pas seulement pour la pauvreté matérielle : on sait bien que, surtout dans la société moderne, on trouve de nombreuses formes de pauvreté, économique mais aussi culturelle et religieuse.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 46 / L’Église se positionne du côté des plus démunis

Éléments de discernement – 45 / Handicap et travail

Alors que le handicap est l’élément le plus discriminant lors d’une nouvelle embauche, l’Église veut interpeller les décideurs et redire très clairement l’obligation qui leur incombe : « La personne handicapée est l’un de nous et participe pleinement à notre humanité. Il serait profondément indigne de l’homme et ce serait une négation de l’humanité commune de n’admettre à la vie sociale, et donc au travail, que des membres dotés du plein usage de leurs moyens, car, en agissant ainsi, on retomberait dans une forme importante de discrimination, celle des gens forts et sains contre les personnes faibles et les malades.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 45 / Handicap et travail

Éléments de discernement – 44 / Les travailleurs immigrés

La place et les droits du travailleur immigré résidant sur le sol français sont parfois remis en cause par certains ou parfois même dans les faits. L’Église veut ici redire, dans la lignée de la tradition biblique, que les droits de l’immigré doivent être rigoureusement respectés : « La chose la plus importante est que l’homme qui travaille en dehors de son pays natal comme émigré permanent ou comme travailleur saisonnier ne soit pas être désavantagé dans le domaine des droits relatifs au travail par rapport aux autres travailleurs de cette société.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 44 / Les travailleurs immigrés

Éléments de discernement – 43 / Les syndicats

L’Église veut ici rappeler toute l’estime qu’elle a envers les corps intermédiaires et notamment les syndicats : « L’union des hommes pour défendre les droits qui leur reviennent, née des exigences du travail, demeure un élément créateur d’ordre social et de solidarité, élément dont on ne saurait faire abstraction. (…) On doit toujours souhaiter que, grâce à l’action de ses syndicats, le travailleur non seulement puisse « avoir » plus, mais aussi et surtout puisse « être » davantage, c’est-à-dire qu’il puisse réaliser plus pleinement son humanité sous tous ses aspects. » Jean-Paul II, encyclique Laborem Exercens, 20

Continuer la lectureÉléments de discernement – 43 / Les syndicats

Éléments de discernement – 42 / Les rémunérations indécentes et la spéculation

La France est régulièrement secouée par des affaires de rémunérations de dirigeants d’entreprises « indécentes » au regard de la situation économique et sociale du plus grand nombre. L’Église sur ce sujet fait preuve d’une clarté évidente : « Dans les pays économiquement développés, il n’est pas rare que des rétributions élevées, très élevées, soient accordées à des prestations peu absorbantes ou de valeur discutable, tandis que des catégories entières de citoyens honnêtes et travailleurs ne reçoivent pour leur activité assidue et féconde que des rémunérations trop infimes, insuffisantes ou, en tout état de cause, disproportionnées à leur apport au bien commun, au rendement de l’entreprise comme au revenu global de l’économie nationale. Aussi bien, Nous estimons être de Notre devoir d’affirmer une fois de plus que la rétribution du travail ne peut être ni entièrement abandonnée aux lois du marché ni fixée arbitrairement : elle est déterminée en justice et équité. (…) Il est clair que les principes exprimés ci-dessus valent partout et toujours. » Jean XXIII, encyclique Mater et Magistra

Continuer la lectureÉléments de discernement – 42 / Les rémunérations indécentes et la spéculation

Éléments de discernement – 41 / Le temps de travail

L’Église se prononce en faveur d’un temps de travail raisonnable compatible avec les besoins familiaux mais aussi respectueux de la personnalité et l’épanouissement des travailleurs : « Il importe d’adapter tout le processus du travail productif aux besoins de la personne et aux modalités de son existence, en particulier de la vie du foyer (surtout en ce qui concerne les mères de famille), en tenant toujours compte du sexe et de l’âge. Les travailleurs doivent aussi avoir la possibilité de développer leurs qualités et leur personnalité dans l’exercice même de leur travail.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 41 / Le temps de travail

Éléments de discernement – 40 / Le chômage

Au sujet du chômage persistant dans notre société, l’Église ne peut que rappeler quelques éléments essentiels : « Le contraire d’une situation juste et correcte dans le domaine [du travail] est le chômage, c’est-à-dire le manque d’emplois pour les sujets capables de travailler. Il peut s’agir de manque de travail en général ou dans des secteurs déterminés. Le rôle des instances [publiques] est d’agir contre le chômage, qui est toujours un mal et, lorsqu’il en arrive à certaines dimensions, peut devenir une véritable calamité sociale.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 40 / Le chômage

Éléments de discernement – 39 / La reconnaissance du travail de la mère au foyer

L’Église se positionne pour que soit effectivement reconnu à sa juste valeur le travail de la mère au foyer : « C’est pourquoi l’Église peut et doit aider la société actuelle, en demandant inlassablement que le travail de la femme à la maison soit reconnu et honoré par tous dans sa valeur irremplaçable. » Jean-Paul II, exhortation apostolique Familiaris Consortio, 23 Sur cette question de la rémunération de la mère au foyer, l’Église souhaite rappeler une recommandation spécifique qu’elle entend réaffirmer explicitement, que d’aucuns jugeront « conservatrice » mais bien au contraire porteuse d’avenir au sein d’une société où se manifeste la violence des jeunes, due en partie à un défaut de présence parentale :

Continuer la lectureÉléments de discernement – 39 / La reconnaissance du travail de la mère au foyer

Éléments de discernement – 38 / Le juste salaire

Augmentation du pouvoir d’achat, valorisation du SMIC, des minimas sociaux : autant de revendications qui fleurissent à l’occasion des élections prochaines. L’Église souhaite apporter sa part à ce débat en rappelant ce qu’est, selon son approche, le juste salaire : « Le juste salaire devient en chaque cas la vérification concrète de la justice de tout le système socio-économique et en tout cas de son juste fonctionnement. Ce n’en est pas l’unique vérification, mais celle-ci est particulièrement importante et elle en est, en un certain sens, la vérification clé. Cette vérification concerne avant tout la famille.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 38 / Le juste salaire

Éléments de discernement – 37 / La valeur du travail

Le travail fait régulièrement l’objet de réévaluation quant à sa pertinence ou son importance dans la vie des hommes. Dans ce contexte, l’Église tient à redire sa conviction sur la valeur du travail humain : « Le travail est un bien de l’homme - il est un bien de son humanité - car, par le travail, non seulement l’homme transforme la nature en l’adaptant à ses propres besoins, mais encore il se réalise lui-même comme homme et même, en un certain sens, "il devient plus homme". » Jean-Paul II, encyclique Laborem Exercens, 9

Continuer la lectureÉléments de discernement – 37 / La valeur du travail

Éléments de discernement – 36 / Le libre échange au niveau international

De la même façon, l’Église n’hésite pas à remettre en cause le bien-fondé du libéralisme économique au niveau international, notamment dans les échanges entre économies développées et sous-développées : « La règle de libre échange ne peut plus - à elle seule - régir les relations internationales. Ses avantages sont certes évidents quand les partenaires ne se trouvent pas en conditions trop inégales de puissance économique : elle est un stimulant au progrès et récompense l’effort. C’est pourquoi les pays industriellement développés y voient une loi de justice.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 36 / Le libre échange au niveau international

Éléments de discernement – 35 / Le surdéveloppement et la surconsommation

Alors que la consommation des ménages est présentée comme une voie essentielle de la croissance économique, l’Église n’hésite pas à critiquer ouvertement et à appeler chacun à remettre en cause un mode de vie relevant de la « surconsommation » et du « surdéveloppement » : « Une constatation déconcertante de la période la plus récente devrait être hautement instructive : à côté des misères du sous-développement, qui ne peuvent être tolérées, nous nous trouvons devant une sorte de surdéveloppement, également inadmissible parce que, comme le premier, il est contraire au bien et au bonheur authentiques. En effet, ce surdéveloppement, qui consiste dans la disponibilité excessive de toutes sortes de biens matériels pour certaines couches de la société, rend facilement les hommes esclaves de la « possession » et de la jouissance immédiate, sans autre horizon que la multiplication des choses ou le remplacement continuel de celles que l’on possède déjà par d’autres encore plus perfectionnées.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 35 / Le surdéveloppement et la surconsommation

Éléments de discernement – 34 / L’État providence et ses limites

L'Église reconnaît la mission d'assistance de l'État auprès des différents secteurs : « L'État a le devoir de veiller au bien commun et de pourvoir à ce que chaque secteur de la vie sociale, sans exclure celui de l'économie, contribue à le promouvoir, tout en respectant la juste autonomie de chacun d'entre eux. » Jean-Paul II, encyclique Centesimus Annus, 11 Cependant l'Église met en garde contre une action exagérée de « l'État providence » et les réelles limites d'une intervention purement « technique » :

Continuer la lectureÉléments de discernement – 34 / L’État providence et ses limites

Éléments de discernement – 33 / L’État a le devoir d’intervenir et de protéger certains secteurs d’activités au sein du marché économique

Alors que le tissu industriel français se distend et que la spéculation financière soulève bien des questions éthiques, l'Église veut rappeler qu'elle se positionne clairement en faveur d'une limitation par l'État des mécanismes de marché qui ne peuvent à eux seuls protéger de façon satisfaisante les différents besoins de la société : « L'État avait le devoir de défendre les droits fondamentaux du travail, de même, avec le nouveau capitalisme, il doit, ainsi que la société, défendre les biens collectifs qui, entre autres, constituent le cadre à l'intérieur duquel il est possible à chacun d'atteindre légitimement ses fins personnelles.

Continuer la lectureÉléments de discernement – 33 / L’État a le devoir d’intervenir et de protéger certains secteurs d’activités au sein du marché économique