L’assemblée diocésaine annuelle de la catéchèse et du catéchuménat
s’est réunie ce jeudi 28 janvier pour un nouveau temps fort de partage et de réflexion. Une rencontre marquée par le départ en tant que responsable du service de la catéchèse et du
catéchuménat du Père Pierre Fournier. Il garde ses autres responsabilités, notamment pour la formation permanente diocésaine des laïcs. Autour de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri,
évêque du diocèse de Gap et d’Embrun, et de
Sœur
Béatrice Blazy, nouvelle responsable du service, l’assemblée annuelle a réuni le Père Caillet, vicaire général, les prêtres responsables des doyennés, les directeurs des
établissements catholiques, les catéchistes-relais, les « catéchètes pour l’Eglise », ainsi que les interlocuteurs du service de la catéchèse : les responsables de la Pastorale du
Baptême, des Jeunes, de l’aumônerie de l’enseignement public et du Collège-Lycée Saint-Joseph, de la Pastorale de la Santé, de la solidarité (Secours Catholique, C.C.F.D.), les représentants de
la communauté St-Pie V et du sanctuaire de Notre-Dame du Laus.

 

En début d’assemblée, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a suggéré que les
intervenants se présentent tout en disant : « Pour moi, la catéchèse c’est… » Ce tour de table a suscité des réflexions remarquées : « La catéchèse, pour moi, c’est transmettre la foi
que j’ai reçue et qui fait mon bonheur ». « C’est la Parole de Dieu qui éclaire ma vie et que je désire faire connaître aux enfants et aux familles ». « C’est une belle
aventure ! ». « C’est comme le sucre qui fond dans le café : la catéchèse donne saveur à la vie quotidienne ». « C’est être témoin du travail de Dieu dans le cœur
des enfants et des parents ». Pour sa part, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a précisé : « La catéchèse, c’est passer de la connaissance SUR Dieu à la connaissance DE Dieu,
passer du “savoir” sur le Christ à “l’être” avec le Christ. »

 

En fin de matinée, l’Eucharistie a été présidée par Mgr Jean-Michel di Falco
Léandri à l’église Saint-André-les-Cordeliers et concélébrée par de nombreux prêtres. Les fidèles ont rejoint la célébration : des personnes invitées du fait de
leur participation à diverses réalisations du service de la catéchèse (expositions,  Semaines Portes Ouvertes, travail pour le bulletin trimestriel Le
Col-Porteur
).

CIMG0128
                  Lecture de l’Evangile par Henry Pascal, diacre.
CIMG0130
               Le Père Pierre Fournier prononce l’homélie
 CIMG0141
Consécration. Derrière les concélébrants et de gauche à droite : le
Père Luc Pecha, le diacre Henry Pascal, les Pères Corneille Schellekens, Jean-Michel Bardet, Bertrand Gournay, Jean-Marie Rakotosolofo, André Bernardi et Jean-Baptiste Rougny.
 
 CIMG0148
Assemblée au cours de la célébration à
Saint-André-les-Cordeliers.

 

 CIMG0157
Après la célébration, une réception était organisée salle Saint-André
en
l’honneur du Père Pierre Fournier
 CIMG0166
Cadeau remis par
Sœur
Béatrice Blazy au nom de l’équipe de la catéchèse et du catéchuménat et de ses amis. Le Père Pierre Fournier découvre …

Homélie prononcée par le Père Pierre Fournier :

Hier, l’Evangile, en saint Marc (4,21-25), c’était la parabole du semeur qui
sème le grain en des terrains très variés. Le Christ est Lui-même le Semeur du bon grain dans notre vie. Il est, chaque jour, le Catéchète par excellence. Il sème généreusement, avec la confiance
qu’il y aura toujours une part de « bonne terre » en nous pour que sa Parole germe avec abondance.


Et aujourd’hui, en ces circonstances d’Assemblée diocésaine, les uns et les autres comme partenaires et acteurs de la Catéchèse et du Catéchuménat,  en saint Marc (4, 21-25), nous recevons
un appel  insistant de la part du Christ. Il nous dit avec force: « Faites attention à ce que vous entendez ! » Faire attention à ce que nous entendons ? Les uns et
les autres, catéchistes, prêtres, animateurs en divers domaines de la vie de l’Eglise, « catéchètes » auprès d’enfants et de leurs familles, ce que nous entendons, n’est-ce pas la Bonne
Nouvelle du Christ ? Nous l’entendons de manière quotidienne, diversifiée, et abondante !


Avec la même insistance, Jésus indique ensuite : « La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous aurez encore plus ! ». La « mesure » avec
laquelle la Bonne Nouvelle nous parvient chaque jour est une mesure abondante. C’est la Parole de Dieu (« La Parole de Dieu me réveille chaque matin », dit le Serviteur de Dieu, dans
Isaïe). C’est la vie baptismale et sacramentelle au plus profond de nous, …Et toutes les possibilités que nous avons de partager la foi dans nos paroisses, Services ou Mouvement, sont
nombreuses !..Nous sommes donc, les uns et les autres, selon notre vocation respective, investis de la « responsabilité catéchétique », pour parler comme le Texte National pour
l’Orientation de la Catéchèse. Aujourd’hui aussi, nous faisons mémoire de st Thomas d’Aquin en cette église des Franciscains, des « Cordeliers » à Gap. A l’entrée de l’église, un
vitrail nous montre comment, au Moyen-Age, st Dominique et st François d’Assise se sont rencontrés. A leur époque, ils ont vécu avec un grand dynamisme leur « responsabilité
catéchétique ». Au service de leurs contemporains, en Eglise, à leur époque, ils ont conjugués leur témoignage de foi avec une « mesure » généreuse auprès de leurs
contemporains.

 

Pour nous, ces
années-ci, en France, il y a eu une forte mobilisation pour que la « mesure » dont nous nous servons soit une « mesure » pleine de générosité de foi. La  « Lettre
des évêques aux Catholiques de France », en 1996, « Proposer la foi dans la société actuelle », a été un moment très encourageant. Cette Lettre est maintenant relayée par le Texte
National pour l’Orientation de la Catéchèse. Ce Texte National nous tient le même langage que le Christ : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure dont vous vous
servira aussi pour vous ».

 

Le Texte National
pour l’Orientation de la Catéchèse nous présente bien la « mesure » avec laquelle nous pouvons recevoir le message de la foi, et en être porteurs avec les enfants et leurs familles, et
avec tous. C’est une « mesure » communautaire, mise en œuvre au sein de nos communautés si diverses. Une « mesure » reçue de la main du Christ Lui-même : l’Initiateur
permanent pour accompagner nos itinéraires de foi. Une « mesure » adaptée à chaque personne : une « mesure sur mesure » selon l’expression du Texte National, que reprend
volontiers et souvent Sœur Béatrice Blazy avec les catéchistes, ou avec les accompagnateurs en Catéchuménat, et dans les rencontres du Parcours Pastoral diocésain. Une « mesure »
distribuée dans la confiance stimulante, celle du Christ et celle de nos collaborations, au milieu des enfants et des familles, et de tous.

 

Et le Christ
ajoute : « … et vous aurez encore plus ! ». Les uns et les autres, nous sommes appelés à vivre la « responsabilité catéchétique » à fond, avec une « mesure sans
mesure » ! Alors nous aurons encore plus ?… oui, plus de joie, plus de foi et de bonheur partagés, plus d’amour mutuel vécu.

____________

Fermer le menu