Bénédiction de l’oratoire Saint-Roch de Ventavon par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Ce dimanche 23 octobre, par un temps ensoleillé et assez doux, une soixantaine de personnes ont participé à la bénédiction du nouvel oratoire Saint-Roch à Ventavon autour du Père Pierre Fournier, le curé de la paroisse, et de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, l’évêque du diocèse.

En raison de l’exploitation d’une sablière, le vieil oratoire était devenu comme un îlot inaccessible, perdu au milieu de la carrière. De plus il avait souffert de la foudre.


La sablière du Beynon exploitée par la SAS SAB.
On peut y voir l’îlot de l’ancien oratoire préservé des pelleteuses.

L'ancien oratoire au milieu de la carrière en 2002.
L'ancien oratoire frappé par la foudre en 2005.
L'ancien oratoire. Ce qu'il en restait.

En lien avec la commune, la SAB qui exploite le site a finalement décidé de construire un autre oratoire, tout près de la départementale 1085 (ancienne RN 85) et de l’autoroute A 51, non loin du grand pont sur le Beynon. Juché sur le tertre à l’entrée de la sablière, ce nouvel oratoire bénéficie d’une large et magnifique vue panoramique. Construit sur le modèle de l’ancien, il en reprend des éléments : la grille de protection de la statue ainsi que la pierre gravée rappelant une restauration assurée par une famille donatrice en 1894.


A quinze jours de la bénédiction,
fin des travaux par les maçons de l’ESAT Plein Soleil de Tallard,
un des Établissements et Services d’Aide par le Travail de l’association La Chrysalide.

Ce dimanche 23 octobre avait donc lieu l’inauguration. Roger Febvre, maire de Ventavon, a accueilli Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, le Père Pierre Fournier, les paroissiens, les élus parmi lesquels Auguste Truphème, conseiller général et président de la communauté de communes du Laragnais, Patrick Galvin, président de la communauté de communes de la vallée de l’Avance, Henri Mévolhon, maire de Monétier-Allemont, Evelyne Faure, maire de Claret.

D’autres personnalités du département étaient présentes comme Maurice Brun, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Hautes-Alpes, ou encore Michèle Lesbros, épouse de l’ancien sénateur Marcel Lesbros.

On pouvait aussi noter la présence de Aude-Marie Lafforgue, responsable de la Commission diocésaine d’art sacré, ainsi que de Victor et Katy Werny, secrétaires de l’Association nationale Les amis des oratoires (ANADO).

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri approche du site avec à ses côtés Lionel Para, président de la SAB. Au second plan, de gauche à droite, le Père Pierre Fournier, curé, Régis Roumieu, adjoint au maire, et Aude-Marie Lafforgue, responsable de la commission diocésaine d'art sacré

 

Roger Febvre, maire de Ventavon, accueille Mgr Jean-Michel di Falco Léandri

Régis Roumieu, adjoint au maire, a retracé la très riche histoire de Ventavon dont des vestiges remontent à l’âge du fer. Il a rappelé la destinée de l’oratoire Saint-Roch et sa rénovation de 1894. Il s’est réjoui d’un tel patrimoine historique et artistique. Lionel Para, président de la SAS SAB exploitant la sablière du Beynon, a évoqué les travaux réalisés pour cet oratoire, notamment l’appui très apprécié de membres de l’ESAT Plein Soleil de Tallard pour la maçonnerie.

Régis Roumieu retraçant l'histoire de Ventavon et de l'oratoire
Lionel Para durant son allocution, évoquant les travaux

Avant de procéder à la bénédiction, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a retracé la vie de saint Roch. Né à Montpellier au XIVe siècle, orphelin très jeune, élevé par son oncle, Roch distribua ses biens aux pauvres à sa majorité pour partir en pèlerinage à Rome, guérissant les malades sur sa route. Lui-même fut atteint par la peste bubonique en revenant de Rome, fait prisonnier à Voghera, avant de mourir dans une geôle.

Dans son homélie de la bénédiction, le Père Pierre Fournier, curé, a commenté l’Evangile où le Christ envoie ses apôtres : “Ils faisaient des onctions d’huile aux malades et les guérissaient” (Marc 6,13).

“Prions avec foi Dieu notre Père : il a donné à saint Roch et à tous les saints d’imiter son Fils et il sanctifie l’Église par la puissance de son Esprit Saint.”

Une partie des personnes présentes

 

Du fait que saint Roch était attentif aux malades, sa popularité est devenue immense, en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs. Saint Roch nous établit donc dans la solidarité spirituelle active envers les personnes souffrantes et envers tous les soignants, en tous pays.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri bénit le nouvel oratoire.

Une statue toute neuve, déposée dans la niche de l’oratoire, montre saint Roch en habit de pèlerin de saint Jacques de Compostelle : le chapeau et la cape portant les coquilles, le bourdon, la besace.

La nouvelle statue de saint Roch,
avec la grille et la plaque de l’ancien oratoire.

Ce temps fort a été suivi, au village, de l’apéritif avec tous et du repas avec les invités de la mairie. Dans l’après-midi, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a été conduit à l’église pour voir les travaux envisagés pour la réfection du plancher.

Temps d'échange à l'issue de la bénédiction.
L'apéritif à la mairie.

Cet événement, auprès de saint Roch, nous reste en mémoire comme une belle réalisation de la mairie et de la SAB, avec la participation de notre évêque, au cœur d’un si riche patrimoine au plan historique, artistique et spirituel.

Père Pierre Fournier
curé


Page du site de la commune de Ventavon présentant l’oratoire Saint-Roch

Les deux photos de l’ancien oratoire sont empruntées à ce site,
ainsi que la photo des maçons de Plein Soleil devant le nouvel oratoire.

Page du site de la SAS SAB présentant la sablière du Beynon
La photo de la sablière est empruntée à cette page.

Site de l’Association Les Amis des Oratoires

Site de l’Association Connaissance et Sauvegarde des Oratoires de nos Pays de France et de la Communauté Européenne
La photo en portrait de l’ancien oratoire est empruntée à la base de données de cette association accessible sur www.oratoires.com
Appel est lancé à toute personne pour compléter la base de données.

Page présentant l’association La Chrysalide, avec l’ESAT Plein Soleil de Tallard

Cet article a 3 commentaires

  1. LOUIS ET MARIE LOUISE ROY, tous deux délégués de l’association “les amis des oratoires” pour les Hautes-Alpes, appelaient déjà de leurs voeux le déplacement de l’oratoire St. ROCH de Ventavon, ORATOIRE répertorié dans le livre – oeuvre de toute leur vie – les oratoires des Hautes-Alpes . Répertoire exhaustif des petits monuments attachants et invitants à la prière (ora = prière en latin ? ) édifiés en général pour garder en mémoire un événement familial ; IN MEMORIAN , local ou de pure dévotion, le plus souvent en bordure ou à la croisée de chemins ou petites routes.

    DE nos jours bien de familles font appel à des professionnels, tailleurs de pierre ou autre maçons habillés pour réaliser de nouveaux édifices. J’en ai moi même réalisés plusieurs dans les Hautes-Alpes ou ailleurs.
    AINSI, outre les nombreux sauvetages de bénévoles accompagnés, le nombre grandit et la tradition très ancienne celte : menhirs,se perpétue…

    Saint Claude, saint VICTOR ….O.P.N.

    le 29.MARS MMXII ….Cj;

  2. j’ai toujours aimé ces témoignages de la foi catholique que j’ai croisé au détour d’un chemin, parfois dans des endroits impossibles, pendant mes randonnées, j’en ai même vu, défiant la gravité sur des pitons rocheux c’était surprenant. C’est bien que ce ne soit pas seulement des œuvres du passé et qu’en nos temps troublés se construisent ces petits monuments de piété, de paix.

  3. Merci pour l’attention et le soin portés aux oratoires, qui reflètent la sage piété antique et populaire, dont nous manquons cruellement, et qui portent l’art, la poésie, la spiritualité et la mémoire de ceux qui nous ont précédé jusqu’au creux des bois et au sommet des montagnes : il est très important d’entretenir et de restaurer ces petits monuments qui touchent le passant, le promeneur ou le randonneur. Bravo aux Amis des Oratoires, pour qui j’ai oublié de cotiser depuis quelque temps…
    Pour la statue de SAINT ROCH : ”le chapeau et la cape portant les coquilles, le bourdon, la besace”… sont des objets symboliques mais inertes. Il est bien dommage d’oublier son CHIEN, être bien vivant qui avait une âme, des émotions, des sentiments, des besoins, et beaucoup de sainteté comme son protecteur, à qui il apportait son pain quotidien lorsqu’il vivait retiré et malade : un exemple en somme, anonyme comme toujours ; celui-ci du moins n’était pas maltraité.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu