Le Carême 2016 avec des couples et familles du diocèse – Premier dimanche

Le Carême 2016 avec des couples et familles du diocèse – Premier dimanche

Durant ce Carême 2016, des couples ou des familles présentes sur le diocèse commentent la Parole de Dieu.

En ce premier dimanche de Carême, la parole est donnée à Guy et Colette Ignesti, de Crévoux.

1er dimanche de Carême
Guy et Colette Ignesti

Guy Ignesti : Après avoir reçu l’Esprit Saint, Jésus fait l’expérience de ce temps au désert avec celle de la tentation. Cela soulève d’importantes questions pour chacun d’entre nous. Quelles sont les expériences de « désert » que j’ai vécues au milieu des épreuves, des tentations et du péché ?

Colette Ignesti : Prenons le temps d’y réfléchir en ce début de carême, car nos propres faiblesses deviennent, en fait, le lieu privilégié de notre rencontre avec Jésus, et donc avec Dieu lui-même. Jésus est venu expérimenter notre condition humaine, il connaît toutes nos difficultés ; il est un homme éprouvé et en cela il a acquis une profonde capacité de compassion.

GI : En tant que chrétiens, nous savons que nous sommes incapables de résister à la tentation sans la grâce de Dieu. C’est ce que nous exprimons dans le Notre Père, comme il est dit dans la dernière traduction de la Bible liturgique : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

CI : Tout chrétien sait que, du moment où il se fait baptiser, il aura inévitablement à affronter les réalités du combat spirituel. Après le baptême, notre foi en Dieu va être mise à l’épreuve comme Jésus au désert. Car bien souvent Satan nous tente de façon sournoise, pour nous faire tomber, en nous abandonnant à nos besoins physiques, matériels, psychologiques.

GI : Et c’est précisément dans cette lutte que nous nous approchons du Christ, que nous prenons conscience de la puissance que nous avons en Christ.

CI : Le récit des trois tentations de Jésus au désert nous conduit à nous poser la question : Quelle expérience de désert je vis actuellement ? Comment ce récit de Jésus m’éclaire sur mes propres tentations ?

GI : La tentation du pain quotidien. Cela pourrait être notre argent, notre réussite professionnelle, ce que nous possédons. Nous sommes souvent tentés de vivre au pas de nos occupations quotidiennes et de nos désirs immédiats, sans jamais relever la tête.

CI : La tentation de la réussite. Ce n’est parfois ne plus vivre que pour réussir, réussir à tout prix, courir après son petit succès, briller, agir pour la galerie, jouer un personnage.

GI : La tentation du pouvoir. C’est aussi notre ambition de dominer, d’exercer une volonté de puissance. Nous sommes tentés de nous servir au lieu de servir.

CI : Ce récit nous fait poser ces questions sur l’abondance, l’apparence, la puissance. Il attire notre vigilance sur le fait que si nous sommes trop dépendants de choses matérielles et non du Seigneur, nous tombons dans le piège du tentateur.
À chaque fois que nous lui remettons nos péchés, Dieu nous fait grandir petit à petit. Cette croissance spirituelle s’effectue avec l’aide de l’Esprit Saint, dans nos combats spirituels. L’Esprit de Dieu possède la puissance de contrôler nos convoitises.

GI : Cependant l’exercice de cette puissance en nous ne se fait pas sans notre permission et notre collaboration.

CI : Comme le disait Pierre Goursat, le fondateur de notre Communauté de l’Emmanuel :

GI : « Prions le Seigneur pour qu’il nous aide, par son Esprit Saint, à nous transformer. Il y a un petit effort à faire, non par volontarisme, on ne doit pas faire la sainteté à la force du poignet, mais il est évident quand même qu’il faut que nous fassions quelque chose ».

CI : Rendons conforme notre vie avec l’Esprit de Jésus. Donnons au Seigneur nos faiblesses, notre misère, notre concupiscence, notre orgueil, notre ambition. Débusquons en nous ce qui n’est pas évangélique. Cela peut être une résolution pour ce carême. Profitons-en pour nous nourrir de la Parole de Dieu, pour que cette Parole fasse partie intégrante de notre quotidien.

GI : Que le Seigneur nous aide à faire silence intérieur, à consacrer plus de temps à la prière, à mettre de l’ordre dans notre vie. Nous sommes appelés à faire confiance au Seigneur, et pas à nous-mêmes, pour résister à la tentation.
Alors résumons en quelques mots ce que nous venons d’essayer de vous partager :

CI : Comment devons-nous affronter nos tentations ?

GI : Premièrement, assurons-nous d’être rempli de l’Esprit de Dieu. Personne ne doit s’engager dans un combat spirituel sans l’assistance de l’Esprit Saint. Nos propres ressources humaines ne font pas le poids devant les forces du Mauvais.

CI : Deuxièmement, soyons conscients de l’influence de la chair et sachons la discipliner. Le jeûne, sous toutes ses formes, constitue une bonne façon d’y parvenir.

GI : Et nourrissons-nous quotidiennement de la Parole de Dieu. Appliquons dans notre vie de tous les jours les principes bibliques que nous avons appris.

CI : Enfin, si nous chutons, laissons-nous relever en ayant recours à la miséricorde infinie du Père par le sacrement de réconciliation.

GI : Que Notre Seigneur nous donne la grâce de lui être fidèle. Qu’il nous éclaire sur nos péchés. Que nous soyons à son écoute.

GI et CI : Bon carême !

Dimanche prochain, 2e dimanche de Carême, vidéo par Gauthier et Isabelle Brajeux-Geli.

Webmaster

Cet article a été rédigé par le service communication du diocèse de Gap.
Fermer le menu