Ce matin, un lapin, à marteau-piqueur

Pour aller plus loin

Détails :

  • Avec son marteau-piqueur, le lapin n’arrive pas à percer le sol.

  • Il rebondit dessus : soit il est trop léger, soit le sol est trop dur.

    • Si le lapin est trop léger ; c’est qu’il ne s’appuie pas assez sur Dieu

    • Si le sol est trop dur (entendons le cœur de celui à qui le prophète s’adresse), c’est l’amour de Dieu qui pourra le faire fondre, et non pas mes « techniques ».

Questions :

  • Cette parole de Jérémie 1,17 s’adresse au prophète qui doit annoncer Dieu.
  • Il y a deux solutions :
    • ou bien il compte sur Dieu et son message à transmettre fidèlement, et la Parole ne revient pas à Dieu sans avoir fécondé la terre ;
    • ou bien il compte sur ses forces, ses moyens, ses projets, son système, sa manière d’annoncer, au point de ne plus pouvoir évaluer si c’est bien ce que Dieu demande. En gros, le poteau indicateur cache la ville qui est derrière.
  • Et moi, qu’est-ce que ce dessin m’inspire ?

Dessin et questions à partir des lectures qui seront lues le dimanche 3 février 2013, 4e dimanche du Temps ordinaire – année C

  • 1ère Lecture : Jérémie 1, 4-19

  • Psaume 70

  • 2e Lecture : 1 Corinthiens 12, 31 – 13, 13

  • Évangile : Luc 4, 21-30

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Le lapin bleu, c’est aussi un blog, des BD, un prêtre. Pour en savoir plus : http://lapinbleu.over-blog.net/

Fermer le menu