Celui à qui le pouvoir appartient – Samedi 17 décembre

Genèse 49, 2.10
Jacob appela ses fils : « Je veux vous dévoiler ce qui vous arrivera dans les temps à venir. La royauté n’échappera point à Juda, ni le commandement, à sa descendance, jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient, à qui les peuples obéiront. »

T oute la vie de Jacob est une histoire de bénédictions. Fils cadet d’Isaac, il a usurpé la bénédiction qui revenait à son frère Ésaü, et, au moment de mourir, il la transmet. À chacun [de ses fils] il a donné une bénédiction qui lui convenait (Gn 49, 28). En bénissant ses fils, Jacob dévoile, d’une certaine manière, leur avenir, mais un avenir qui dépasse leur vie personnelle. Juda n’a pas la faveur de son père au même titre que Joseph, le fils bien-aimé, mais il est mis à part, choisi par Dieu lui-même. Jacob se fait le passeur de la bénédiction qu’il a reçue, en la précisant : dans la descendance de Juda naîtra un roi particulier à qui le pouvoir appartient.
Pendant des siècles, cette promesse sera reprise et affinée par les prophètes. Dans la semaine préparatoire à Noël, qui commence aujourd’hui, nous sommes invités à entrer dans cette lente éducation du cœur. Chaque jour, nous mettons nos pas dans ceux des générations précédentes. Saurons-nous reconnaître le roi qui vient et devenir ses serviteurs obéissants ?

Bénédicte Ducatel

Extrait du hors-série n° 26, Le compagnon de l’Avent, publié pour l’Avent 2011 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

Fermer le menu