Parmi les nombreuses animations coordonnées par le Service de la Culture de la Ville de Gap pour les Journées européennes du Patrimoine, ces 14 et 15 septembre, le Service diocésain de la Formation et la Bibliothèque diocésaine Mgr Depéry ont collaboré à la valorisation de leur patrimoine commun, la Bible, dans la diversité de ses éditions. Sur les deux journées, une exposition a été ouverte à Gap, à la Maison diocésaine, et quatre conférences ont attiré un public très intéressé et attentif.

DSC_0814

L’exposition présentait des Bibles dont on a pu admirer la diversité des époques et des genres, jusqu’à une “Bible comique” où les dessinateurs ont illustré de célèbres épisodes avec Noé, le roi David, les prophètes comme Jonas… épisodes racontés selon l’humour biblique. Cette Bible, toutefois, laissait la priorité aux Bibles de travail, en français, en hébreu ou en grec, Bibles anciennes, en latin, comme une édition de la Vulgate ou de Nicolas de Lyre avec une glose, ou récentes, destinées aux familles, aux jeunes ou aux enfants.

Hélène Biarnais, de la Bibliothèque diocésaine, a donné deux conférences très documentées sur les “Traductions et études critiques de la Bible du XVIe au XXe siècle“. Illustrant son  propos grâce à une projection, elle remarquait : “L’histoire de l’édition et de la lecture de la Bible est intimement liée à l’histoire du livre et des idées. Le premier livre imprimé, par Gutenberg, au XVe s, est une Bible.  Aujourd’hui, la Bible est le livre le livre le plus lu au monde“. De citer le haut-alpin Guillaume Farel, de la Réforme protestante, qui, en 1532, a donné une impulsion décisive pour la traduction de la Bible à partir des textes originaux, en hébreu et en grec. Hélène Biarnais a incité les auditeurs des conférences et les visiteurs de l’exposition à se rendre à la Bibliothèque diocésaine pour y découvrir une précieux ensemble de Bibles anciennes, polyglottes, et actuelles.

Pour sa part, le Père Pierre Fournier, responsable du service diocésain de la formation permanente, a orienté ses deux conférences sur le thème “La Bible de 1913 à 2013 : cent ans de nouvelles traductions et  éditions”. Dans le fécond renouveau biblique au XXe siècle, il a signalé le précieux travail scientifique de l’École biblique de Jérusalem et sa Bible renommée. Il a présenté aussi les autres traductions : la traduction œcuménique de la bible, la “TOB”, la Bible de Chouraqui, auteur juif attentif aux racines hébraïques des  mots, la Bible Segond très utilisée dans les communautés protestantes, la  Bible des peuples, etc. Et le Père Fournier de préciser : “Le renouveau biblique est bien présent en ce début du XXIe siècle avec les toutes récentes traductions : ‘ZeBible’ pour les jeunes, la Bible en mangas pour les adolescents, la ‘Bible en  Vers et versets’ de Jean Bescond…”. Et de citer aussi la “Bible Bayard” et son travail réalisé en collaboration entre biblistes et écrivains, croyants ou non-croyants; “Le Nouveau Testament, un livre juif” de David Stern et traduit par François Foucras ; ou, de Patrick  Calame, “Les Évangiles dans la langue de Jésus (l’araméen)”. Ou encore, parue en 2012, la “Bible des familles”, très adaptée pour  une découverte en famille avec les diverses générations, et, en 2013, la “Bible en occitan”, de Jean Rouquette, une Bible qui passionnera les Haut-Alpins qui aiment le parler local, le provençal alpin… Plusieurs de ces  Bibles peuvent être consultées ou empruntées aux Services diocésains de Catéchèse, de Catéchuménat et de Formation.

La conférence du Père Pierre Fournier peut être écoutée ici, en deux parties :

Cet article a 1 commentaire

  1. JEAN BESCOND

    Bravo Pierre!

Les commentaires sont fermés.