La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri –  « Cache tes yeux ! »

Dans sa chronique du dimanche 10 janvier 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous parle de visage et de regard : le visage de l’islam et le regard que des Français portent sur lui.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Au lendemain du saccage d’une salle de prière, et après une année 2015 marquée par les attentats, le Conseil français du culte musulman appelle les mosquées à ouvrir leurs portes les 9 et 10 janvier pour montrer le vrai visage de l’islam de France.

En apprenant cette information, je me suis souvenu de deux chroniques que j’avais rédigées lorsque j’étais chroniqueur religieux sur RTL, et aux réactions qu’elles avaient alors provoquées. Elles sont de 1986. Eh bien croyez-moi, il n’y a rien de nouveau sous le soleil en 2016, et nous avons encore bien du chemin à parcourir.

Voici ce que je disais dans cette chronique. Lorsque j’étais à Paris il m’arrivait parfois d’aller dîner chez un ami restaurateur. Et souvent, le service terminé, mon ami et le cuisinier venaient s’asseoir à ma table et nous bavardions.

Un jour Madjid, c’est le nom du cuisinier, un Kabyle qui travaillait dans ce restaurant depuis près de 25 ans, vient s’asseoir et dépose sur la table un journal. Ce sont des programmes de télévision. Mon ami restaurateur jette un coup d’œil sur ce journal et lui dit : « Mais pourquoi tu lis ça, Madjid ? Ce sont des programmes de télévision vieux de quinze jours. »

« Ce n’est pas pour lire, dit Madjid, mais c’est pour savoir où regarder dans le métro. Quand je regarde le journal, personne ne me dit rien. »

Et il nous explique alors que, souvent, dans le métro, des gens lui ont fait des remarques parce que son regard, celui d’un Maghrébin, a osé croiser le regard d’un Français. Alors depuis, tous les soirs, il emporte un journal, n’importe lequel, non pour le lire mais pour savoir où poser ses yeux sans risque de remontrances. Petite parenthèses, aujourd’hui, le problème ne devrait plus se poser, plus personne ne regarde personne, le nez collé à son smartphone !

Je connaissais bien Madjid, depuis longtemps, et je puis dire qu’il n’y avait dans son regard ni arrogance, ni je ne sais quoi qui pouvait indisposer quiconque se croyant agressé.

J’avais décidé de raconter cette histoire à cause du courrier reçu après une chronique précédente. Dans celle-ci, j’avais présenté quelques livres dont un sur l’islam, Un seul Dieu, tous frères, qui proposait des jalons pour un dialogue entre chrétiens et musulmans pour ceux qui veulent mieux comprendre les articulations des religions chrétienne et musulmane.

Qu’y avait-il de scandaleux en cela ? Cela m’avait cependant valu des lettres pleines de réprobation. Écoutez bien, mais je vous rappelle que nous sommes en 1986 ! « N’avez-vous rien de mieux à proposer ? » disait l’une « De grâce attention, notre religion catholique n’avance pas, comme vous le dites ; elle recule à grand pas » renchérissait  l’autre, ou encore « Et la morale, qu’en faites-vous ? » « Je suis profondément croyante et je suis triste de ce que je vois et entends ! » et enfin, « Que Dieu vous pardonne et vous aide ! »

Certes, il y a bien des cas où j’ai besoin de l’aide et du pardon de Dieu, mais pas pour ça ! Pas pour contribuer à dénoncer les amalgames, tous les musulmans ne sont pas des terroristes.  Alors, de quoi les chrétiens ont-ils peur ? De perdre leur identité de chrétien ? Serait-elle si fragile ? À ce propos, Monseigneur Teissier, alors archevêque d’Alger, avait dit à l’époque : « On a souvent répété ces dernières années que l’envoi en mission, fortement exprimé par Vatican II, avait abouti, dans certains pays, à une dissolution de l’identité chrétienne. Nous avons fait une expérience inverse. La rencontre avec l’autre nous a, certes, permis de découvrir les valeurs propres à sa tradition, mais elle nous a, davantage encore, renvoyé à notre propre identité chrétienne. » 

Alors, « même pas peur », comme disent les jeunes.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 2 commentaires

  1. GRAND

    Très beau l’article” cache tes yeux” et triste aussi. Je crois en la profondeur d’âme de chaque être humain quelque soit sa religion.
    Je suis croyante peut être pas beaucoup!!
    Je pense que la beauté et la sincérité d’une personne n’est pas uniquement le fait de sa religion.
    Meilleurs vœux pour 2016à tous.

  2. croassant

    “Un seul Dieu,tous frères”,c’est notre religion chrétienne,Monseigneur.Dieu est le créateur de tout ce qui existe dans l’univers.Alors oui,dans ce sens,Chrétiens et Musulmans ont le même Dieu. Construire ensemble la société de demain en respectant les spécificités qui font grandir l’humanité.En attendant,”Même pas peur”,difficile?. Mieux vaut”se voiler la face” ou regarder son smartphone. Bonne fin de semaine Monseigneur

Les commentaires sont fermés.