La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri – « Même brisé un miroir peut toujours renvoyer quelques rayons de lumière »
  • 15 mai 2016

Dans sa chronique du dimanche 15 mai 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri parle de communication.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Chaque année, l’Église célèbre la journée mondiale des communications sociales. À cette occasion le pape adresse un message.

Il y a deux ans, pour la 48e journée, le pape soulignait que la communication doit être un dialogue, une rencontre de l’autre. « Dialoguer, je cite, signifie être convaincu que l’autre à quelque chose de bon à dire, faire de la place à son point de vue, à ses propositions. Dialoguer ne signifie pas renoncer à ses propres idées et traditions mais à la prétention qu’elles soient uniques et absolues. […] Grâce au réseau [que] le message chrétien peut voyager jusqu’aux extrémités de la terre ». Il ne faut pas oublier cependant que « le témoignage chrétien ne se réalise pas avec le bombardement de messages religieux mais avec la volonté de se donner soi-même aux autres ». Fin de citation.

En cette année de la miséricorde, le pape invite les chrétiens et les hommes et femmes de bonne volonté à mettre de l’amour dans leur parole. « Ce que nous disons et la manière dont nous le disons, chaque parole et chaque geste, devrait pouvoir exprimer la compassion, la tendresse et le pardon de Dieu pour tous. L’amour, par nature, est communication, il conduit à s’ouvrir et non pas à s’isoler. […] En tant qu’enfants de Dieu, nous sommes appelés à communiquer avec tous, sans exclusion. […] La parole du chrétien […] se propose de faire grandir la communion et, même quand il faut condamner le mal avec fermeté, elle cherche à ne jamais briser la relation et la communication. »

La communication ce sont les médias certes, mais aussi le grand défouloir que sont les réseaux sociaux ou encore ce que l’on peut entendre autour de nous. Où est la cohérence du message chrétien lorsqu’on entend une prolifération de ragots destructeurs à la sortie de la messe venant de chrétiens qui viennent de communier et de se donner la paix du Christ ? Où est la cohérence du message chrétien quand celui-ci est tellement brouillé qu’il laisse penser que les chrétiens sont xénophobes, racistes ou encore homophobes ? Où est la cohérence du message chrétien lorsque certains se disent choqués parce que le Pape François a accueilli des familles musulmanes au Vatican ? Les épreuves et la souffrance n’ont pas de religion, elles ne sont qu’humaines, et lorsque quelqu’un appelle au secours on ne lui demande pas quelle est sa religion avant de lui tendre la main et de lui ouvrir son cœur.

La communication est un tout et pas seulement quelques déclarations sur le sujet. En fait, les médias de Dieu, les communicants de Dieu, ce sont les croyants, toutes celles et tous ceux qui ont foi en lui. Ils sont comme des miroirs chargés de renvoyer vers les autres la lumière reçue de Dieu. Certes ces miroirs sont parfois brisés par le mal, mais même brisé un miroir peut toujours renvoyer quelques rayons de lumière.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 5 commentaires

  1. C est vrai que certaine personnes qui se disent chrétienne vont se confesser et communier a la messe mais après critique les autres sans ménagement ni compassion j ai fait la triste expérience mais pas a la sortie de l église mais a l intérieur et le pire c était lors d une cérémonie religieuse lors d un décès je suis un peut dégoûtée et mal a l aise a l église dans ses moment j évite d y aller car je ne voit pas la religion comme cela qui sommes nous pour juger ou salir l honneur des autres vraiment ce monde ne tourne pas rond et je ne me sens pas a ma place dans ce monde pourri par avidité l égoïsme l indifférence quand DIeu mettra il fin a tout cela faudra t il le supporter encore longtemps Dieu aide ceux qui ne sont pas comme eux donne nous la force de ton amour pour nous aider a continuer et supporter tout celay

  2. Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimé c’est à ça que l’on vous reconnaîtra comme mes disciples.

  3. bravo pour la vidéo

    Cyril

  4. Monseigneur,
    Les faits qui se déroulent en France nous renvoient une image de désolation. La révolution n’a jamais pour les chrétiens et l’Eglise de France été bénéfique. Faut-il accordé sa miséricorde à ces casseurs et agresseur des forces de police. L’église de devFrance est restée muette à l’égard de cette situation. Cette Église mal menée par des affaires de pédophilie, doit absolument changer d’image et ne plus donner à la presse des arguments qui salissent notre Église. Un rayon de soleil nous réchaufferait notre coeur, même si le printemps désastreux ne permet pas au soleil de briller.
    Bonne semaine, Monseigneur. Y. Pépiot

  5. Monseigneur,
    Pourrais-je, à défaut de devenir l’avocat du diable (pas de procès en béatification ici !) demander une relative …miséricorde pour ces”piliers d’église” dont le salut vous inquiète au point que vous les tancez une nouvelle fois. Ce serait sur un point seulement, l’affaire des familles musulmanes ramenées au Vatican, qui a troublé aussi d’autres catholiques, moins assidus et cancaniers à la fois.
    En fait, le malheur des musulmans minoritaires ou progressistes aurait bel et bien justifié aux yeux de (presque) tous un geste salvateur du Pontife. Les chrétiens sont plutôt heurtés, au moment où l’on parle du lâchage des chrétiens d’Orient par les puissances occidentales, que le successeur de Pierre ait semblé se mettre de la partie en ne ramenant aucun “Nazaréen” en plus de ces musulmans.D’autant que la compassion œcuménique aurait logiquement imposé, s’agissant de Syriens, à la fois ces musulmans, certains chrétiens, mais aussi des Yézidis. Et puisque les méfaits du monde politico-financier chassent vers la Méditerranée des exilés divers, pourquoi aucun animiste ? Une démarche aussi médiatisée ne pouvait qu’être un message réussi et complet de cette universelle miséricorde que vous mettez en avant.
    De surcroît, le nombre définitif fut trop lourd d’un symbole significatif aux yeux de la planète : 12 tribus d’Israël ont été représentées par 12 disciples quand l’ancienne Loi a passé le flambeau à la Nouvelle; or le successeur de Pierre sauve maintenant le nombre exact et exclusif de 12 musulmans : la foi des “égarés” (notre surnom en islam) semble alors reconnaître que la dernière religion du Livre (celle des “vrais croyants) la remplace en vérité comme l’affirment les musulmans depuis leur origine …
    Nos pasteurs ont des responsabilités écrasantes, voire impossibles à assumer, dont celle d’éviter les faux mouvements qui peuvent perturber le troupeau…n’accablez pas les brebis !

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu