La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri – « Du pain et des jeux »

Dans sa chronique du dimanche 12 juin 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri parle de l’Euro 2016.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Attention ! La première piqûre d’anesthésiant nous a été donnée vendredi au premier coup de sifflet du match d’ouverture de l’Euro 2016.

À l’heure où j’enregistre cette chronique, je ne connais pas le résultat de la rencontre France-Roumanie, mais une chose est sûre, il aura fait la une des journaux. Les amateurs de football seront prêts à prendre une demi-journée de congé pour soutenir leur équipe. Les plus réservés se laisseront tenter au moins par les demi-finales et la finale. Les plus sceptiques devront se rendre à l’évidence que cet événement est bien plus que du sport et qu’il faut l’accueillir comme tel.

Du pain et des jeux, disait-on dans la Rome antique, et cette sagesse millénaire se vérifie une fois de plus. Oh ! Il n’y a rien de mal à se divertir, à se changer les idées, à penser à autre chose pendant quelque temps. Après les attentats, le chômage, les grèves, les inondations, les Français ont bien droit à une pause.

En dehors du salaire des joueurs, cet Euro nous donne l’occasion de nous pencher sur quelques paradoxes et quelques interrogations.

Il y a deux semaines le Real Madrid remportait la Ligue des Champions avec sur le terrain entre autre le Croate Modric, le Portugais Ronaldo, l’Espagnol Ramos et l’Allemand Kroos. Aujourd’hui ces joueurs s’affrontent dans leurs équipes nationales respectives pour gagner l’Euro.

À leur image, je me demande si sommes capables de travailler, de vivre un jour avec ceux avec qui nous serons en désaccord le lendemain. Savons-nous faire la part des choses entre l’opinion et la personne ? Savons-nous être contre l’opinion de l’autre sans attaquer sa personne ?

Par ailleurs, il est intéressant de voir que cet Euro qui met les nations les unes contre les autres semble être plus pacifique et rassembleur que les démarches d’unité entreprises par certains dirigeants européens à l’heure du Brexit ou du Grexit.

Sommes-nous adeptes de la vision du monde et de l’homme dans laquelle pour aller de l’avant il nous faut des ennemis, des adversaires ? Ou savons-nous poser des actes bons parce qu’ils sont bons ? Peut-être pas totalement dénués d’intérêt, mais bons. Notre volonté est-elle de gagner ou de battre l’autre ?

Aussi. Lorsqu’on regarde un match de son équipe préférée et que malheureusement elle est en train de perdre, nous gardons espoir jusqu’au coup de sifflet final. Nous nous levons devant notre écran ou dans le stade pour manifester notre soutien et essayer de communiquer de la force à ceux qui en ont besoin.

Et dans notre quotidien, parvenons-nous à garder cet espérance pour soutenir jusqu’au bout celui qui est dans la peine ? À croire jusqu’au bout qu’il pourra sortir de cette impasse, de cette maladie, de cette situation ?

Enfin, quelle importance donnons-nous à nos buts ?

Allez, bon Euro et que le meilleur gagne ! »

À bientôt !

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour Monseigneurs,

    Votre relativisme vous honore, et comme à votre habitude, sait nous faire réfléchir.

    Merci.

    Dieu vous garde.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu