Dans sa chronique du dimanche 24 avril 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous parle des mots. Mais pas que…

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Chaque sortie des nouvelles éditions des dictionnaires suscite des débats sur les mots dans les médias.

Qu’il s’agisse des mots qui font leur entrée dans les Larousse et autres Robert. Des mots qui sortent par la petite porte. Des néologismes non reconnus.

Jouer avec les mots, leur sens, leur rythme, leur étymologie, permet la création artistique, littéraire, et structure la culture. Si l’histoire, la géographie, les influences, les croyances ont façonné les mots, l’apprentissage de ces mots lors de la petite enfance modèle notre manière de communiquer.

Preuve en est, des mots intraduisibles d’une langue à l’autre. Les bilingues le démontrent quand ils sentent qu’un mot d’une langue est plus proche de ce qu’ils souhaitent définir que dans l’autre langue.

Malgré un certain désintérêt des Français, on sait combien les assises de la francophonie sont importantes. On mesure aussi la perte pour le patrimoine mondial que représente la disparition d’une langue. Tous les moyens sont mis en œuvre pour ne pas la laisser mourir. Au Nigéria par exemple, avec ses 520 dialectes, le marché des perroquets est conditionné par la langue dans laquelle le perroquet s’exprime.

Vous êtes peut-être en train de vous dire, mais où veut-il en venir ? Eh bien voilà : quels mots Dieu choisit-il pour s’adresser aux hommes, et aux femmes bien sûr. Utilise-t-il le latin ou le jargon ecclésial ? Rien de tout cela. Dieu est bien en avance sur tous nos traducteurs et nos moyens de communication. Il s’installe, si nous le lui permettons, dans notre cœur pour nous parler sans relâche de l’Amour dans toutes ses déclinaisons.

Souvenez-vous du jour de Pentecôte. Les différents peuples présents à Jérusalem étaient étonnés, ils disaient à propos des disciples de Jésus : « Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans sa propre langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d’Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d’Égypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en résidence,  tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu. »

Réponse à cette question : ils parlaient la langue de Dieu, et la langue de Dieu est celle de l’Amour.

À bientôt,

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 7 commentaires

  1. le-pivert josiane

    Comme monseigneur du falco a raison les mots chacun les entend a sa façon mais c est vrai que le langage de dieu c est l amour que ont a dans le coeur et sa vraie parole c est celle du coeur mais hélas les hommes ont oublies d écoute leur coeur et parler le langage d amour de Dieu qui nous a montre le chemin et cela passe par notre coeur je vous en prie écoutez votre coeur et laissez tomber votre égoïsme et votre petit confort personnel pensez un peut plus aux autres et ouvrez grand votre coeur la vie serai plus belle merci

  2. manoroland

    Bonjour Monseigneur,
    En effet la langue de Dieu est universelle, mais qui l’entend, et qui veut la comprendre ????
    l’Amour de Dieu, l’Amour de son prochain le respect de la nature, beaucoup de choses à remettre en question , mais avec persévérance ,avec la foi, nous y arriverons
    l ‘Espérance ne déçoit pas
    Bonne journée Monseigneur

  3. Mas

    Trop beau Monseigneur !
    Comme j’aimerais être ainsi comprise !

  4. croassant arlette

    La langue de Dieu,la langue de l’Amour est universelle et personnelle que Dieu connaît pour chacun de nous.Tout est gravé dans le cœur du Père.Merci,Monseigneur de nous rappeler l’Amour divin,suprême!

  5. Elisabeth

    Bonjour Mgr Jean- Michel di Falco Léandri merci pour votre chronique “parler la langue de Dieu”, déjà pour parler ainsi il faut savoir écouter, ce qui demande réflexion et une culture du respect de l’autre, et je vous rejoins” la langue de Dieu est la langue de
    l’ Amour”

  6. berlioz

    Heureuse journée à vous et à vos proches.
    En ce qui concerne la langue de Dieu, à mon très humble avis, c’est la langue intelligible à toute Sa Création: la langue utilisée par un grain de sable qui s’adresse à un escargot; celle d’une fourmi qui communique avec une graine d’avoine pour lui demander si elle veut bien se laisser emmener jusqu’à demeure de sa nombreuse famille pour servir de nourriture.
    Les êtres humains, les divers animaux, ne sont pas les seuls qui ont la possibilité de communiquer, les montagnes, les océans et les astres, communiquent en permanence.
    Bien à vous.

  7. Grimaldi Marie José

    La langue de Dieu est universelle mais si peu d’entre nous l’entendent .

Les commentaires sont fermés.