Dans sa chronique du dimanche 17 avril 2016, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous parle d’amour dans la famille.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Dimanche dernier, la lecture de l’Évangile relatait le fameux dialogue entre Jésus et Pierre.
– Pierre, m’aimes-tu d’amour total ? dit Jésus.
Réponse de Pierre : – Oui, je t’aime d’amitié.
– Pierre, m’aimes-tu d’amour total ? reprend Jésus.
– Je t’aime d’amitié.
– Pierre, m’aimes-tu vraiment d’amitié ? dit alors Jésus.
– Oui, tu sais tout: je t’aime vraiment d’amitié, répond Pierre.

On voit que Jésus se met à la portée de Pierre, à son niveau d’amour amitié. Jésus prend Pierre comme il est. L’amour de Pierre pour Jésus n’est pas l’amour que Jésus attend, mais cependant il va s’en contenter, il lui confie son peuple et il en fait le premier berger de son Église.

Jésus a fait le choix de confier son peuple à Pierre.
Il aurait pu choisir parmi les douze apôtres un autre plus fidèle qui ne l’aurait pas abandonné au moment des épreuves. Il fait son choix parmi les deux qui l’ont explicitement trahi, un pour l’argent, Judas, et l’autre Pierre, par lâcheté. Ce qui les distingue l’un et l’autre, c’est que Judas a douté de l’amour du Christ, il a douté de sa capacité à pardonner, il est allé se pendre. Alors que Pierre, lui, ne doutait, ni de l’amour, ni du pardon de Jésus.

Jésus, qui choisit-il ? Un pauvre type, un lâche, qui l’a renié en public : « Je ne connais pas cet homme » a-t-il dit à propos de Jésus lorsqu’il est reconnu comme un de ses disciples. On peut s’étonner que Jésus ait choisi ce traître. Peut-être l’a-t-il choisi parce qu’il a connu la souffrance du péché et la joie et le bonheur du pardon. Quelqu’un qui est bien pétri dans la même pâte humaine que ceux dont il aura la charge. Pas un saint, mais un pécheur pardonné.

Si j’ai commencé cette chronique par ce récit du dialogue sur l’amour entre Jésus et Pierre c’est parce qu’à mon avis ce qui se lit en filigrane dans tout le texte sur la famille que le pape vient de rendre public en cette année de la miséricorde, c’est l’amour. Tout son contenu est pétri dans l’amour, la miséricorde et le pardon. Ce texte est fidèle à la personnalité de ce pape qui invite l’Église à ouvrir ses portes à toutes celles et tous ceux qui se sentent en marge, sur la touche, exclus.

Il ne suffit pas que l’Église ouvre ses portes ; ce que le texte demande aux chrétiens, c’est d’ouvrir leur cœur. Nous ne sommes pas des juges. Nous devrions au contraire être pour nos frères et sœurs des avocats. Bien souvent nous nous comportons comme des juges. Et si nous nous comportons ainsi c’est que cela nous permet de nous mettre en retrait de nous-mêmes. Pendant que l’on juge les autres on ne se juge pas soi-même. C’est ce que ce texte nous invite à être les uns pour les autres. Non pas des juges, non pas ceux qui montrent du doigt, non pas ceux qui condamnent, mais ceux qui au nom de Jésus-Christ accueillent, aiment, accompagnent. C’est cela qu’attendent ceux qui traversent des épreuves de quelque nature qu’elles soient. Non pas être montré du doigt mais aimer toujours davantage. C’est bien ainsi que cela se passe dans une famille, non ? Quelle est la maman qui va rejeter son enfant qui a fait je ne sais quelle bêtise ? C’est au moment où il est en difficulté qu’elle va lui témoigner encore plus d’amour, parce que c’est ce qui va lui permettre de se remettre debout, car seul l’amour sauve.

À bientôt,

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 5 commentaires

  1. portelimageoulavictoire

    Monseigneur,
    En cette fin avril 2016, votre rappel des faiblesses du premier Pierre arrive à point pour nous réconforter.
    J’oserai cependant défendre ce disciple. Le”pauvre type” n’était pas lâche quand il a tiré l’épée pour défendre Jésus dans un combat perdu d’avance (contre tout un groupe armé), et il a eu au moins l’audace de s’infiltrer chez l’ennemi, au plus près du prisonnier pour essayer de voir comment le secourir. Il ne l’aurait pas renié s’il était resté à réconforter les femmes, ce qui semble être la spécialité du chouchou du chef (“celui que Jésus aimait”, ritournelle) , le jeune homme bien sous tous rapports, qui voit tout, comprend tout avant l’autre le jour de la résurrection mais a l’attitude parfaite du cadet respectueux (Jean vu par Jean, on applaudit très fort)…Pierre a sauvé sa vie mais aussi les renseignements obtenus et l’éventualité d’un coup de main plus tard : il pensait encore en Juif de territoire occupé, pas étonnant qu’il n’ait pas été au pied de la croix pour consacrer l’intolérable et volontaire “défaite” de son maître …Le chéri de Jésus (lequel ne devait pas aimer les autres disciples, à croire!!) y trouvait par contre sa place: il avait sans doute aussi peu de tendance à la force et au scandale qu’il en eut pour le martyre, son lot de petit trésor étant de vieillir beaucoup pour méditer beaucoup et nous faire un superbe évangile démarqué des 3 autres… Pendant ce temps-là, les autres disciples avaient le courage de transformer leur impulsivité en vaillance pacifique et de finir par subir des horreurs diverses en diverses contrées. Honneur à Pierre !

  2. le-pivert josiane

    Oui ce texte est très émouvant de vérité mais encore faut il que les hommes sachent encore ouvrir leur coeur plutôt que de ne penser qua leur petite personne sans ce soucier des autres dans quel monde vit ont DIeu nous a monter son amour et nous a laisser toute sa création en héritage qu en faisons nous a par de détruire et la question que l ont doit se poser est sommes. nous prêts pour le partage je pense quand regardant ce qui nous entoure la réponse est non apprenons a recevoir les parole de Dieu avec notre coeur pas avec des oreilles

  3. croassant arlette

    Merci,Monseigneur,de répandre l’Amour sans fin,l’absolu,le divin!
    ” Au soir de notre vie,nous serons jugés sur l’Amour”. St Jean de la Croix.

  4. BLANDO M

    Je rêve d’un monde d’amour pour nous tous…

  5. grimaldi Marie josé

    “Là où il n’y a pas d’amour, mettez de l’amour et vous recueillerez de l’amour.”
    Saint Jean de la Croix .

Les commentaires sont fermés.