Dans sa chronique du dimanche 15 juin 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri s’excuse d’être chrétien. Plutôt surprenant à première vue, non ? Écoutons plutôt…

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour

Excusez-moi d’être chrétien. Pardonnez-moi plutôt de pasticher le livre d’André Frossard, Excusez-moi d’être français.

Excusez-moi d’être chrétien. C’est une fâcheuse habitude que j’ai prise depuis que j’ai vu le jour – façon de parler, je n’ai rien vu du tout – et dont je n’ai jamais réussi à me corriger, de cette habitude.

Et je sais ce qu’elle a de fâcheux. Les journalistes et d’autres aussi, même chrétiens d’ailleurs, se chargent régulièrement de me le rappeler : je suis raciste, antisémite, je hais les musulmans, j’ai collaboré avec le Reich pendant la deuxième guerre mondiale, je crache sur la femme adultère à défaut de lui jeter la pierre, je méprise les parents de l’enfant avorté, j’ignore celui qui a commis l’erreur matrimoniale et qui se pavane avec une autre, je vomis l’homo et dénonce ma voisine qui n’est pas allée à la messe ce dimanche. Je suis réactionnaire et il est logique que je vote extrême-droite.

« Il n’y a pas d’orgueil à être français » dit Bernanos. Je pense qu’il en aurait dit autant des chrétiens. Mon histoire, je veux dire notre histoire religieuse n’est pas plus brillante qu’une autre. Parlons des Borgia puisque c’est à la mode, des hommes et des femmes brûlés sur les bûchers de l’inquisition, de l’âme des noirs et de l’argent vainqueur pour sauver les âmes, parlons du faste, du luxe de l’Église.

On n’en finit plus d’exiger du chrétien ses excuses et il ne rechigne pas de les présenter.

Pourtant, tout en continuant de pasticher la conclusion de Frossard dans son ouvrage Excusez-moi d’être français, ce n’est assurément pas à moi, tout chrétien que je suis, qu’il revient d’enseigner aux autres. Leur culture, leurs traditions, leur histoire vaut bien la mienne. Mais il paraît que je suis issu d’une religion de plus de 2000 ans et d’une culture encore plus ancienne, et c’est à ce titre, il me semble, mes malheurs aidant, que j’ai quelque chose à dire sur les chances et les aléas de l’expérience humaine et sur la société dans laquelle je vis.

Ces chances et ces aléas trouvent leurs échos, leur réponse, dans l’amour et la miséricorde de Dieu. Le Dieu qui aime, le Dieu qui aime et qui pardonne. Le Dieu qui nous accueille avec nos beautés mais aussi avec nos infidélités, nos défauts, nos faiblesses. Ce Dieu qui nous accueille avec l’Église tout entière dans cette démarche d’abandon dans l’amour, le pardon, la charité, la vérité.

Alors dans notre société actuelle, c’est une faiblesse probablement. Alors, je vous en prie, excusez-moi d’être chrétien.

Et à bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 4 commentaires

  1. achard marie paule

    Comme je suis contente d entendre de telles paroles.

  2. berlioz

    Dieu nous dit parfois, “excusez-moi d’être Divin”. A une prochaine fois.
    R. B. à Agadir

  3. francine

    Monseigneur!
    bonjour!
    Tous ces gens médias et autres
    qu’ils se regardent!
    qui sont t’ils?
    quiils ‘balayent devant leurs portes,
    Quand mème c’est leur travail dire n’importe quoi et s’en prendre à ceux qui demandent qu’ont les oublient un peu entre autres nous CHRÉTIENS amitié!
    Francine

  4. COTIN JANINE

    BONJOUR,

    Bravo pour votre chronique ! En effet il va bientôt être nécessaire de s’excuser d’être chrétien, d’être français de souche …

    Il ne faut surtout pas parler de l’histoire chrétienne de la France sinon comme vous le dites nous sommes accusés de racisme !

    Nous ne devons jamais oublier nos racines françaises et chrétiennes n’en déplaise à certains.

    A bientôt.

Les commentaires sont fermés.