La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : Intégrisme religieux : appel à la vigilance
  • Post published:22 juin 2014

Dans sa chronique du dimanche 22 juin 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri revient sur le manifeste lancé à l’initiative de Jacques Attali, et sur les réactions négatives suscitées par sa présence parmi les signataires.

Signataires du manifeste : Jacques Attali, Paul Balta, Christophe Barbier, Sadek Beloucif, Ghaleb Bencheïkh, Hichem Ben Yaïche, Jean-François Bensahel, Jean-Louis Bianco, Yann Boissière, Michel Camdessus, Malek Chebel, Michel Davy de Virville, père Alain de La Morandais, Bertrand Delanoë, Mgr Jean-Michel di Falco LéandriRoger-Pol Droit, Claude Durand, Gad Elmaleh, Luc Ferry, Maurice Godelier, père Antoine Guggenheim, Nedim Gürsel, Delphine Horvilleur, Latifa Ibn Ziaten, Serge Klarsfeld, Théo Klein, Marc Konczaty, Haïm Korsia, Rivon Krygier, Frédéric Lenoir, Emmanuelle Mignon, Mohammed Moussaoui, Erik Orsenna, Olivier Poivre d’Arvor, Simone Rodan, Kamel Sanhadji, Michel Serfaty, Gilbert Sinoue, Smaïn, Lionel Zinsou, Olivier Abel, Mgr Antoine Hérouard

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

À l’initiative de Jacques Attali, plusieurs dizaines de personnes des mondes religieux, politique, intellectuel, économique et médiatique, ont signé le texte dont je vais vous donner lecture. J’ai également signé ce texte. Je le cite :

« Inquiets et révoltés devant la montée d’une violence abjecte et lâche, usurpant la foi comme raison d’être, nous voulons rappeler ici que l’humanité est une, que la force des armes, qui n’est que la poursuite de celle des mots, n’est jamais un argument ni un chemin vers la victoire. Que ceux qui l’utilisent ne sont que des ignorants à l’égard de leurs propres religions et de leurs propres cultures. Et que cette violence peut et doit être combattue par tous les moyens légitimes, et d’abord par une lecture contemporaine des textes de nos multiples traditions, religieuses ou laïques, respectueuse de la dignité humaine, par l’éducation des hommes et des femmes, par l’action politique, par la raison, par la culture, par l’art et par l’humour. 

Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité. Nul peuple, nulle religion, nulle doctrine, nulle science, nulle culture ne peut survivre sans respecter, écouter, partager, échanger, apprendre des autres. 

Nul être humain ne peut être réduit à une seule dimension, qu’elle soit religieuse, ethnique, sexuelle, culturelle ou politique. 

Nous, signataires de cet appel, croyants ou agnostiques, humains avant tout, nous constituons en réseau de vigilance et de résistance pour défendre et faire respecter ces principes. »

Fin de citation.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que des réactions négatives se fassent entendre à propos de la phrase : « Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité. » Cette phrase ne remet pas en cause la vérité en laquelle nous croyons mais reconnaît la part de vérité présente dans les autres religions.

Alors en guise de réponse aux détracteurs de ce texte je propose trois citations : la première extraite de Nostra Ætate, la Déclaration sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes, du Concile Vatican II. Je cite :

« L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent sous bien des rapports de ce qu’elle-même tient et propose, cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d’annoncer sans cesse, le Christ qui est « la voie, la vérité et la vie » (Jn 14, 6), dans lequel les hommes doivent trouver la plénitude de la vie religieuse et dans lequel Dieu s’est réconcilié toutes choses [2 Co 5, 18-19]. Elle exhorte donc ses fils pour que, avec prudence et charité, par le dialogue et par la collaboration avec les adeptes d’autres religions, et tout en témoignant de la foi et de la vie chrétiennes, ils reconnaissent, préservent et fassent progresser les valeurs spirituelles, morales et socio-culturelles qui se trouvent en eux. »

La seconde citation est extraite du discours du Pape Jean-Paul II lors de la rencontre avec les jeunes musulmans à Casablanca le 19 août 1985. Je cite :

« Ce témoignage de la foi, qui est vital pour nous et qui ne saurait souffrir ni infidélité à Dieu ni indifférence à la vérité, se fait dans le respect des autres traditions religieuses, car tout homme attend d’être respecté pour ce qu’il est, de fait, et pour ce qu’il croit en conscience. Nous désirons que tous accèdent à la plénitude de la Vérité divine, mais tous ne peuvent le faire que par l’adhésion libre de leur conscience, à l’abri des contraintes extérieures qui ne seraient pas dignes de l’hommage libre de la raison et du cœur qui caractérise la dignité de l’homme. C’est là le véritable sens de la liberté religieuse, qui respecte à la fois Dieu et l’homme. C’est de tels adorateurs que Dieu attend le culte sincère, des adorateurs en esprit et en vérité. »

Et voici la troisième citation du Pape Benoît XVI, dans l’exhortation apostolique post-synodale Ecclesia In Medio Oriente [l’Église au Moyen-Orient] du 14 septembre 2012 :

« La vérité ne peut se développer que dans l’altérité qui ouvre à Dieu qui veut faire connaître sa propre altérité à travers et dans mes frères humains. Ainsi, il ne convient pas d’affirmer de manière excluante : ‘je possède la vérité’. La vérité n’est possédée par personne, mais elle est toujours un don qui nous appelle à un cheminement d’assimilation toujours plus profonde à la vérité. La vérité ne peut être connue et vécue que dans la liberté, c’est pourquoi, nous ne pouvons pas imposer la vérité à l’autre ; la vérité se dévoile seulement dans la rencontre d’amour. »

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 5 commentaires

  1. Jacques-André Pous

    Comment pourrions-nous accepter, “tolérer” l’intolérance ? On perçoit la limite des mots…Ce manifeste va évidemment dans la bonne direction et sa défense par Mgr Di Falco est bien justifiée. Cela étant, la phrase litigieuse : « Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité. »
    l’aurait été beaucoup moins si un tout petit mot avait été rajouté dans ce texte, ainsi que le suggèrent les commentaires de Mgr Di Falco. A mon avis il aurait fallu écrire:
    « Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de TOUTE la vérité. » …

  2. brucker

    merci vivement monseigneur pour ces rappels utles.Et certes personne ne “possède la vérité”!
    Le chrétien désire plutôt être possédé par la Vérité, Christ vivant…au delà de tout discours même sacré…!Ce désir quotidien de conversion est combat contre le Prince de ce Monde….en aimant nos ennemis, spécificité chrétienne…
    “Passe derrière moi Satan” a dit Jésus au futur St Pierre “tes pensées sont celles des hommes non celles de Dieu…
    Pas très “consensuel” ce Jésus décidément…ni très facile à vivre …

  3. berlioz

    Bonjour à toutes et à tous, je suis (du verbe suivre) toujours avec attention les différentes interventions de Monseigneur di Falco, toutefois, celle de ce jour est de très loin la plus parlante à ma petite cervelle d’homme; évidemment, la paix dans le monde, et dans l’univers, ne peut exister que par l’acceptation d’idées autres que les miennes.
    Il n’y a Dieu merci qu’un unique Créateur, auquel on peut accéder par diverses voix, diverses voies, car si tous les chemins mènent à Rome, toutes les méditations mènent à Dieu et à son pardon universel. Que ce Dieu unique vous bénisse et que, la vierge Marie, Mohammed Rassoulola, Bouddha, etc, vous guident éternellement.
    René à Agadir

  4. RS

    Thanks and hurrah for what you said,
    but please, don’t publish my name.
    C.

  5. francine

    Monseigneur,

    Merci! Défendons notre religion et celle d’autruis,
    avec rigueur avec détermination et foi,
    ne nous laissons pas intimider par des propos nuls et sans fondement n’ayons pas peur!

    Dieu veille sur nous tous!
    et bravo! nous sommes a vos cotés.

    trés cordialement!à bientôt!
    Francine

Les commentaires sont fermés.