La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : Scandale à Jéricho !

Dans sa chronique du dimanche 1er juin 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri nous parle de Jérôme Kerviel. “Pendant tous ces jours, j’ai souvent pensé à la rencontre entre Jésus et Zachée, vous savez le collecteur d’impôts de l’Évangile.”

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Il y a quelques jours, ma présence aux côtés de Jérôme Kerviel a suscité, comme on peut s’en douter, un certain nombre de réactions. Les unes positives et non des moindres vu les signataires, plusieurs autres émanant notamment de jeunes, et bien sûr d’autres réactions négatives venant, aussi surprenant que cela paraisse, plutôt de chrétiens, ces dernières reposant la plupart du temps sur un malentendu.

Des employés de la Société générale ont pensé que je dénigrais les métiers de la banque. Ce n’est évidemment pas le cas. Je n’ai aucune compétence pour cela. Je n’oublie pas non plus celles et ceux qui ont été victimes d’un système pervers.

Je ne suis pas allé chercher Jérôme Kerviel que je ne connaissais que par les médias. Je l’ai rencontré par hasard lorsqu’il était à Rome, avec l’espoir de rencontrer le Pape. Jérôme Kerviel était alors un homme détruit, face à un mur, sans avenir, au bord du suicide, il s’est tourné vers moi en pleine détresse, et je n’avais pas le droit de refuser l’aide qu’il attendait.

Contrairement à ce que certains prétendent, je ne vais pas au secours que de personnes connues. Mais parce qu’elles sont connues, cela se sait. Quant à celles et ceux qui méritent d’être soutenus autres que Jérôme Kerviel, je ne fais pas un communiqué de presse chaque fois que j’aide un inconnu.

En étant aux côtés de Jérôme Kerviel, j’entends être aussi aux côtés de tous les inconnus, les pauvres, les sans-noms, les sans-voix, les rien-du-tout, ceux que l’on considère comme des déchets de la société, ceux que personne ne voit ni n’écoute, et celles et ceux avec qui, depuis le premier album des « Prêtres », une correspondance régulière s’est établie et qui nous parlent de leur vie difficile, celles et ceux que nous avons régulièrement au téléphone parce qu’ils n’ont personnes d’autres à qui parler. Certains de ceux qui sont dans des situations identiques étaient nombreux à Menton lors de l’arrivée de Jérôme Kerviel. Ils sont venus me dire merci et combien ils étaient positivement étonnés de la présence d’un homme d’Église avec eux ce jour-là. À aucun moment je n’ai prétendu représenter toute l’Église.

Quant à ceux qui disent que ce n’est pas la place d’un évêque, que je sors de mon rôle, je pose la question : de quel rôle parlent-ils ? C’est le rôle lénifiant, anodin, conciliant, d’un homme d’Église diplomate et conformiste qu’ils aimeraient me voir interpréter ? Je ne suis pas là pour interpréter un rôle.

Pendant tous ces jours, j’ai souvent pensé à la rencontre entre Jésus et Zachée – je vous rassure tout de suite, je ne me prends pas pour Jésus -. Mais vous savez, le collecteur d’impôts, Zachée de l’Évangile. Si vous avez une bible je vous invite à aller lire ce passage. Si vous n’avez pas de bible vous trouverez la séquence sur internet avec de très intéressants commentaires.

Il y a toujours beaucoup de Zachée autour de nous mais sans doute mieux vaut ne pas aller chez eux nous risquerions de nous salir les mains !

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 6 commentaires

  1. Remarquable commentaire Monseigneur, si Jérôme Kerviel à profité du système, il a fini par être lui-même broyé, d’acteur sans doute sans scrupules, il est devenu une victime et l’on doit aider les victimes d’abord!

  2. j ai travaille a la redevance tele il y a longtemps et retraitee je pense aussi a Zachee.Monseigneur donnez nous des nouvelles de JKerviel .Nous prions pour lui.Moi je vois la comme un signe de la fin de cette finance debridee qui nous mene a la perte de toutes les valeurs et surtout eloigne de notre Sauveur eh oui ou Dieu ou l argent.Merci mon Monseigneur .louise

  3. je suis très heureuse que vous souteniez Jérôme Kerviel.JE SOUHAITE QU’il sorte de prison de tout coeur.

  4. BONJOUR,

    Je n’ai pas été du tout choquée par la présence de Mrg DI FALCO aux côtés de J. KERVIEL.

    La presse en a fait tout un “battage” mais je pense que cet homme n’était plus le même entre le moment où il travaillait pour la Société Générale et son retour pour faire sa peine de prison. L’Eglise ne doit-elle pas être également aux côtés des repentis. Sinon que veux dire le PARDON ?

    A bientôt.

    1. Merci ! j’en pense autant !

  5. Zachée a donné la moitié de ses biens aux pauvres et proposait de rembourser au triple ceux qu’il avait lésés. On avait affaire à une conversion sincère, indubitable, où l’homme transformé n’a pas cherché à accuser par exemple les Romains (qui l’auraient manipulé) ou ses supérieurs (qui seraient plus coupables que lui)… IL a assumé ses fautes, sa cupidité passée, et il n’était pas suivi de conseillers en communication chargés de le faire parler à tel ou tel moment, ou de titiller les médias avec des “combinazione” du type “j’y vais/j’y vais pas…”, en jouant avec une meute de reporters aux aguets. Non, je ne suis pas sûre que la comparaison avec Zachée soit juste, désolée. Mais Mgr di Falco fait selon sa conscience, je n’en doute pas.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu