La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : Les animaux ont-ils une âme ?
  • 23 novembre 2014

Dans sa chronique du dimanche 23 novembre 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri questionne le statut des animaux.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Figurez-vous que ce sont des générations d’animaux français qui attendaient depuis 1804 la modification de leur statut dans le Code civil. S’ils restent des biens, ils acquièrent le grade d’êtres vivants doués de sensibilité. Ce texte semble contenter à la fois les grands défenseurs des animaux, les syndicats agricoles, les éleveurs et les politiques, et si cela permet de protéger davantage les animaux et sanctionner plus sévèrement ceux qui les torturent, alors je me joins à ces réjouissances.

Je me joins à ces réjouissances car la situation des animaux ne va pas en s’améliorant. Rien que ces derniers jours la sonnette d’alarme a été tirée plusieurs fois.

Selon de récentes études, 60 milliards d’animaux terrestres et 1 000 milliards d’animaux marins sont tués chaque année dans le monde. Et certains de ces animaux de manière insupportable, souvent pour leur peau, pour leur corne, pour leurs os.

En parallèle à ces chiffres, on nous apprend que l’Europe a perdu 420 millions d’oiseaux sur deux milliards en trente ans !

En Malaisie, cette fois-ci, une initiative a fait scandale. Un pharmacien a organisé une opération intitulé « Je veux toucher un chien ». De nombreux chiens ont été mis à la disposition des passants dans un parc afin qu’ils puissent les caresser. L’objectif était de développer un sentiment de compassion pour les animaux. Cependant, selon des préceptes religieux, le chien est considéré comme impur dans ce pays. Un chef religieux a qualifié cet événement de défi aux autorités religieuses, avant d’ajouter : “On commence à toucher un chien, après on en prend un chez soi où l’on finit par entrer en contact avec la salive et les excréments de l’animal.” L’organisateur a dû faire profil bas devant les menaces.

Pourtant, les bienveillants à l’égard des animaux ne sont pas rares et certains l’expriment de manière très affective comme en témoignent les 2 300 hommages aux animaux de compagnie, laissés autour du 1er novembre sur le site “en mémoire de mon ami”.

Avant Internet, saint François d’Assise exprimait aussi son amour pour la création et pour les animaux. Et dans son sermon aux oiseaux, il dit entre autres :

« Mes frères les oiseaux, vous avez bien sujet
de louer votre créateur et de l’aimer toujours.

Il vous a donné des plumes pour vous vêtir,
des ailes pour voler
et tout ce dont vous avez besoin pour vivre.

De toutes les créatures de Dieu,
c’est vous qui avez meilleure grâce :
Il vous a dévolu pour champ
l’espace et sa simplicité.

Vous n’avez ni à semer, ni à moissonner ;
il vous donne le vivre et le couvert
sans que vous ayez à vous en inquiéter. 
»

On dit souvent que l’Église a du retard, n’est pas moderne. Au moins sur ce point-là, elle a 800 ans d’avance.

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 5 commentaires

  1. Bonjour,
    Les animaux lsavent parfaitement ce que nous pensons, je l’ai souvent remarqué
    avec mes chats.

    Les animaux, je crois qu’ils ont une âme et un paradis.

  2. D’accord, mais ça ne nous dit pas si les animaux ot une âme. (?)

  3. Monseigneur,
    Bonjour, et bon dimanche.
    Les animaux n’ont pas d’âme mais de l’instinct. Et si nous les aimons ils nous rendent leur joie par des cris et gestes d’affection. Nous devons respecter les animaux utiles et détruire les nuisibles.
    Bien respectueusement

  4. Bonjour,

    Je me réjouis également des nouvelles dispositions de la loi concernant les animaux. Ils sont également des créatures de Dieu et ils nous apportent tellement. Je pense à la solitude des personnes âgées qui peut être améliorée par la présence d’un chat, d’un chien ou de poissons rouges. Mais avoir un animal de compagnie c’est également une responsabilité ne l’oublions pas.L’offrir à Noël et le jeter par la portière de la voiture au moment des vacances !
    Honte à ceux qui prétendent que les animaux sont impurs ! ils ne se sont pas regardés.

    A bientôt.

  5. Bonjour à tous, très souvent critiqué et même vilipendé quelquefois, il était un prêtre marseillais qui avait ses défauts. Ce prêtre défenseur du respect des animaux se posait la question: “Les animaux ont ils une âme”. Décédé le 25 aout 2004 on trouve exceptionnellement sur internet un site qui a conservé l’un de ses textes sur ce sujet à l’adresse suivante:
    http://protection-animale-catholique.org/documentation/archives-news3.htm
    Ce prêtre s’appelait Roger Pestre. il fallait le connaître; c’est vrai il aboyait quelquefois mais ne mordait pas. Je peux témoigner qu’il était extrêmement fidèle à son Magistère.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu