Pierre-Emmanuel Fort à droite, lors d’une présentation de comptes

Pierre-Emmanuel Fort est commissaire aux comptes de l’Association diocésaine de Gap et d’Embrun. Il l’est aussi pour le diocèse de Nice. Ci-dessous l’interview qu’il a accordée à l’origine à Azur Information, le journal du diocèse de Nice, et qu’il a bien voulu revoir pour le diocèse de Gap et d’Embrun à la suite de l’Assemblée générale à Gap de l’Association diocésaine le 24 juin dernier.

Diocèse de Gap et d’Embrun : Pierre-Emmanuel Fort, vous êtes commissaire aux comptes inscrit à l’Ordre, et votre cabinet est à Arras. Vous contrôlez les comptes de l’Association diocésaine de Gap et d’Embrun depuis six ans maintenant. Le contrôle des comptes, la transparence de chiffres, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi un commissaire aux comptes ? Pourquoi une certification des comptes. Pourquoi des procédures ?

Pierre-Emmanuel Fort : – En qualité de commissaire aux comptes, notre mission de contrôle des comptes annuels a deux objectifs principaux : d’une part la certification des comptes de l’Association diocésaine, s’assurer de leur régularité, et d’autre part prévenir des risques de fraude.

Pour cela, l’association diocésaine de Gap et d’Embrun a écrit des procédures qui définissent le rôle de chacun autant dans les services diocésains que dans les paroisses.

Dans ces dernières, le curé de chaque paroisse bénéficie d’un conseil économique composé de bénévoles, qui a pour objet de l’aider dans ses missions : dans la gestion des biens tant dans les achats que dans la tenue de la comptabilité ou dans le manie­ment de l’argent : comptage des quêtes et des troncs ainsi que pour l’encaissement des chèques.

À ce titre, nous sommes particulièrement vigilants à ce qu’il y ait toujours deux per­sonnes différentes qui soient impliquées lors du comptage et du maniement de l’ar­gent ou de l’achat d’un bien et qu’il existe bien une séparation des fonctions entre le comptable et celui qui signe un chèque ou met son bon à payer. Par exemple, comme dans toute société, la même personne ne peut pas à la fois passer une commande, comptabiliser une facture et la payer. Il doit y avoir au moins deux intervenants. L’ar­gent ne traîne pas, il est vite porté à la banque…

Diocèse de Gap et d’Embrun : Avec un contrôle du commissaire aux comptes, l’objectif est donc d’être totalement transparent dans l’activité de l’association diocésaine dont l’ob­jet est de soutenir la vie du diocèse.

Pierre-Emmanuel Fort : – Le diocèse doit être transparent dans tous les maniements d’espèces. Même si la paroisse ne touche que de faibles montants, il est du devoir du curé, et donc du com­missaire aux comptes, de prévenir les risques de fraude. Un paroissien qui donne 1 € à l’Église doit être certain que cet euro est bien utilisé à la mission de l’Église. En tant que commissaire aux comptes, je m’efforce de le vérifier.

Ce n’est pas un manque de confiance envers les personnes qui viennent aider chaque jour dans toutes les paroisses. C’est la volonté de les protéger. La mise en place des procédures est faite pour protéger les bénévoles qui manipulent les espèces. Nous n’avons pas le droit d’exposer ou de décevoir ces personnes. Ces procédures empê­chent que l’on puisse soupçonner de malhonnêteté quelqu’un qui œuvre dans la pa­roisse. Ensuite, après avoir vérifié que les procédures mises en place sont respectées nous auditons les comptes de manière très technique sur la base de la comptabilité tenue par les services de l’Économat et par les bénévoles dans les paroisses.

Cette procédure est rendue complexe par la multitude des centres de décision dans le diocèse de Gap et d’Embrun.

Diocèse de Gap et d’Embrun : Est-ce une obligation légale pour une association diocésaine de certifier les comptes ?

Pierre-Emmanuel Fort : – C’est une obligation légale depuis 2006. Elle fait suite à divers scandales qui ont touché une partie du monde associatif et exprime la volonté des pouvoirs publics de donner de la transparence au fonctionnement des associations faisant appel à la générosité du public.

Cette transparence, nous l’exprimons par l’émission d’un rapport sur la régularité et la sincérité des comptes, qui est à la fois diffusé à l’Assemblée Générale et également sur le site du Journal Officiel des Associations, accessible à tous par Internet et qui est tenu à la disposition de toute personne intéressée.

Diocèse de Gap et d’Embrun : Depuis 2006, date de votre arrivée, vous avez toujours certifié les comptes. Les donateurs peuvent donc être rassurés sur l’utilisation de leurs dons par rapport à leurs volontés dans le but de l’association.

Pierre-Emmanuel Fort : – La transparence des comptes est assurée !

Contribuez !
Participez au Denier !
Faitez vivre votre Église !

Cliquez ici :

www.jycontribue.fr