Mr. E. Philippe, premier ministre : « Nous avons fait en sorte que lorsqu’obsèques il y a, on puisse les autoriser dans la limite de « 20 personnes. Nous avons voulu préserver l’humanité de ces moments et respecter les consignes de sécurité. Conserver l’humanité dans une société confinée est un exercice redoutable.” ». (le 23 mars 2020 sur TF1)

>>> Vous venez de connaître le décès d’un membre de votre famille ou d’un amis ? Sachez que la cérémonie des funérailles peut avoir lieu dans l’église paroissiale ou au cimetière, dans les conditions précisées ci-dessous. En particulier pas plus de 20 personnes, espacées.

Extrait de https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus au 23 mars 2020

A-t-on le droit d’aller à des obsèques ?
L’organisation des cérémonies funéraires demeure possible mais dans la stricte limite du cercle des intimes, donc en nombre très réduit et en observant scrupuleusement les gestes barrières. 
Seuls les membres proches de la famille (20 personnes au maximum) ainsi que les desservants de rites funéraires pourront donc faire l’objet d’une dérogation aux mesures de confinement fondée sur des “motifs familiaux impérieux”.

N’hésitez pas à venir prier dans l’église la plus proche, et à mettre un cierge.

Comme le dit une psychologue, “Pour un membre de la famille ou un ami, ne pas pouvoir accompagner le défunt jusqu’au bout peut représenter un choc durable”, confirme à l’AFP la psychologue Marie-Frédérique Bacqué, professeure de psychopathologie à l’université de Strasbourg et auteure d’ouvrages de référence sur le deuil. “La seule solution est de faire une substitution par la pensée. Allumer une bougie est le symbole le plus simple et le plus évocateur, en pensant à la personne qu’on aimait, en installant des photos ou des fleurs. C’est la meilleure des choses en attendant de se rendre, plus tard, sur la tombe”. https://information.tv5monde.com/info/des-obseques-en-tout-petit-comite-consequence-dechirante-du-confinement-352009

La communauté chrétienne vous porte dans sa prière, ainsi que les prêtres qui célèbres la messe en privé chaque jour. Dieu ne nous abandonne pas, appuyons nous sur le roc de Sa présence.

Lire ci-dessous le document proposé le 16 mars 2020 par le service national de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

Les funérailles sont autorisées, mais dans des conditions qui ont été précisées ainsi aux paroisses :

  • Un nombre très réduit de participants (maximum 20 personnes), réservé à la famille la plus proche, que ce soit à l’église ou au cimetière. Au cimetière, l’absoute précédée de la Parole de Dieu.
  • Pas de goupillon pour les fidèles : Seul celui qui préside bénit le corps avec l’eau bénite ; les autres s’approchent et s’inclinent sans toucher le cercueil et font le signe de croix sur eux-mêmes. 
  • Préparation par téléphone : Il est demandé aux équipes funérailles ne plus se réunir physiquement avec la famille du défunt en amont de la cérémonie, mais de le faire par téléphone. De même, il leur est demandé de ne pas se rendre à la cérémonie.
  • Prévenir les familles : après l’épidémie on organisera une Messe par paroisse pour ces défunts, en lien avec une messe que je célébrerai à la cathédrale.
  • Il est nécessaire que les prêtres et les diacres remplacent pour présider les obsèques les laïcs de plus de 70 ans afin de protéger ces derniers. 

Mise à jour du 23 mars 2020