You are currently viewing Cela nous arrive comme croyant d’être au désert et d’y être mis à l’épreuve. Homélie 1er dimanche de Carême pour les END

Samedi 5 mars – Carême 1 – Eglise des Cordeliers

Messe pour la retraite de Carême des ‘END‘ Equipes Notre-Dame

Après son baptême dans le Jourdain, eau poissonneuse, symbole de vie, Jésus est conduit au désert, symbole de mort. Cela nous arrive comme croyant, d’être au désert et d’y être mis à l’épreuve. Pour nous y entraîner, pour nous renforcer dans notre foi en Dieu Amour et Providence, l’Eglise nous propose le Carême, dont les 40 jours correspondent aux 40 jours de Jésus au désert, et aux 40 ans du peuple hébreux au désert, tel que la première lecture nous le rappelle. Il est également bon régulièrement de vivre des journées de récollection comme celle que vous vivez chers membres des équipes ND, ou des retraites spirituelles, véritables temps de désert.

Après avoir jeûné 40 jours, l’évangéliste dit naïvement de Jésus qu’il eut faim ! Le tentateur profite toujours d’une situation de faiblesse ! Et il va essayer trois tentations, mais en vain.

1ère tentation : le tentateur commence à le flatter : « Si tu es Fils de Dieu », titre que le diable reprends des paroles du Père à son baptême : « tu es mon fils bien aimé, en toi j’ai mis tout mon amour. » Première technique du diable qui nous dit : tu es libre ! Fais ce qu’il te plait. A Jésus, il dit  : « ordonne à cette pierre de devenir du pain » c’est à dire : utilise tes pouvoirs divins à ton seul avantage. Mais Jésus ne le fera pas pour lui-même, mais à plusieurs reprises pour la foule, lors des multiplications du pain.  Jésus répondit :
« Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. » Le fait d’accomplir la volonté de Dieu est plus important pour Jésus que de satisfaire son propre besoin. C’est le sens de l’obéissance religieuse de Jésus à son père : « non pas ma volonté, mais la tienne », dira-t-il lors de son agonie.

Seconde tentation, prosterne-toi et je te donnerai tous ce pays. (J’y lis évidemment tous les despotes qui envahissent des pays voisins si vous voyez à qui je fais référence, opération véritablement diabolique.) Le diable prétend être le maitre de la terre, et distribuer à qui se prosterne devant lui.  Jésus lui répondit :
« Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. » C’est le premier commandement du décalogue. Oui, Jésus régnera sur toute la création, mais par son obéissance au Père qui le ressuscitera.

Pour la troisième tentation, le diable sacrilège, cite la Parole de Dieu lui-même ! « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder. » Le diable suggère à Jésus de tenter Dieu, contraindre Dieu à faire un miracle. Jésus répond par une autre parole de Dieu : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » 

Résister aux tentations n’est pas évident. Soit parce qu’elles sont insidieuses, soit parce qu’elles ont lieu alors que nous sommes par exemple fatigués, soit parce que de mauvaises habitudes sont bien ancrées en nous. Le moyen c’est vraiment de nous redire que nous sommes fils de Dieu, que nous ne devons obéir qu’à Dieu seul, pas aux tentateurs, pas aux tentations, et qu’il nous donnera la victoire. C’est dans la prière, que nous sommes à notre juste place de Fils et Filles bien aimés du Père, attendant tout de Lui. D’où l’importance pour nous d’apprendre à prier. Et je suis heureux de votre journée de récollection. Mgr Luc Ravel, évêque de Strasbourg, dans une lettre pastorale, propose à ses diocésaine d’apprendre à prier, à célébrer, à se donner, au lieu de penser que les gens savent : proposer non seulement des temps d’adoration mais des apprentissages de l’adoration. 

St Paul, dans la seconde lecture nous exhorte : « si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. » Et l’évangéliste Luc conclu ces tentations au désert : « Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé. » Sous-entendu par l’évangéliste Luc : le moment de l’agonie. Mais là, un ange le servira et le gardera, selon la prophétie du psalmiste utilisée par le diable dans la troisième tentation. Puisse frères et soeurs, cette journée vous avoir ancré en Dieu dans la prière. Les anges sont là. Amen.