De nouveau tu nous montres ta tendresse – Samedi 10 mars
  • Post published:10 mars 2012

De nouveau tu nous montres ta tendresse
(Mi 7, 19)

Une fois encore, le récit du père et de ses deux fils ponctue le Carême. Si le pardon offert au prodigue le rétablit dans sa dignité de fils, il nous provoque et nous interroge devant tant de miséricorde. Mais, quand ton fils que voilà est arrivé, après avoir dépensé ton bien avec des filles… (Lc 15, 30). Pourtant, c’est bien le Père, plutôt que les fils, qui occupe le devant de la scène, ce père, dont le prophète Michée nous révèle qu’il prend plaisir à faire grâce (Mi 7, 18). Nos éloignements apparaissent alors étrangement raccourcis, nos fautes remises à leur juste place devant ce Dieu qui n’en finit jamais de nous montrer sa tendresse. Tu jettes toutes nos fautes au fond de la mer (Mi 7, 19).

Au terme d’une nouvelle semaine de Carême, faisons comme le prodigue : Alors il réfléchit […]. Il partit donc pour aller chez son père (Lc 15, 17.20). Arrêtons-nous quelques instants et demandons-nous ce que nous pourrions dire à ce Dieu aux réactions inattendues, que le Christ nous invite à appeler, avec une proximité toujours étonnante, mais ô combien rassurante, « Père » !

Père Olivier Praud

______________________

Méditation extraite du hors-série n° 27, Le compagnon de Carême, publié pour le Carême 2012 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

  • Pour acquérir Le compagnon de Carême, cliquer ici : Le compagnon de Carême
    Vous y trouverez la Parole de Dieu du jour, des commentaires d’auteurs, des articles sur la liturgie, la liturgie des heures du dimanche.
  • Pour s’abonner à la revue Magnificat, cliquer ici : Magnificat
    Tous les jours, la revue mensuelle Magnificat propose les textes officiels de la messe, deux temps de prière (le matin et le soir) puisés dans le trésor de la liturgie des Heures, des textes de méditation extraits des Pères de l’Église, des écrits spirituels contemporains qui prolongent la prière et invitent à vivre la foi, des extraits du martyrologe romain (multiples visages de sainteté qui reflètent l’unique lumière qui nous éclaire), et chaque mois une œuvre d’art sacré commentée par un spécialiste.