De retour du Bénin

Mgr Xavier Malle nous donne son témoignage.

Voyage au BéninJe rentre d’un voyage en Afrique, au Bénin, avec une délégation du diocèse de Gap. Un voyage exploratoire pour un éventuel jumelage du diocèse avec le diocèse de Dassa et du sanctuaire ND du Laus avec le sanctuaire ND d’Arigbo.
J’y allai à la fois enthousiaste et prudent. J’en suis revenu transformé.
Enthousiaste, car avant d’entrer au séminaire, je travaillais en mairie; et j’ai vu se monter le comité de jumelage avec une ville allemande. Quel bienfait, quelles découvertes par ces voyages mutuels.
Enthousiaste, car la congrégation pour l’évangélisation des peuples m’avait conseillé de faire cela plutôt que d’accueillir des prêtres venus d’Afrique d’une manière individuelle.
Enthousiaste car tous les papes depuis Pie XII ont favorisés la rencontre entre diocèses. Ainsi JPII dans Christifideles laici au numéro 35: « En un monde qui devient toujours plus petit, les communautés ecclésiales doivent s’unir entre elles, échanger leurs énergies et leurs moyens, s’engager ensemble dans l’unique et commune mission d’annoncer et de vivre l’Evangile. Les jeunes Eglises ont besoin de la force des Eglises anciennes, et en même temps celles-ci ont besoin du témoignage et de l’impulsion des jeunes Eglises, de sorte que chacune de ces Eglises puise aux richesses des autres ».
Prudent, car je ne connais rien à l’Afrique, j’avais peur qu’on pense que je venais en riche pour distribuer des euros, que je n’ai d’ailleurs pas ; même si nous sommes des milliers de fois plus fortunés que les chrétiens africains.
Et bien j’en suis revenu transformé.D’abord un sentiment très fort de nous retrouver en famille. Au Bénin, nous sommes étrangers dans le pays, mais chez nous en Eglise. Une belle et forte fraternité épiscopale est née avec l’évêque.
Mais c’est aussi le choc de la pauvreté. Ce ne sont pas des quartiers pauvres,  c’est tout un pays pauvre et quelques rares quartiers riches de hauts fonctionnaires et expatriés.
Le choc d’une expression de la foi si joyeuse. Lors d’une messe le soir, à 19h dans une église en construction, après la communion le curé lance un chant d’action de grâce. Et c’est une louange à réveiller les morts, pour tout le monde, anciens et petits enfants. Le psaume 30 dit justement : “ton amour me fait danser de joie “
Enfin c’est le choc d’un pays jeune. Des enfants partout. Quel accueil j’ai reçu dans les écoles catholiques visitées ! Revenu à Gap, on cherche les enfants dans nos rues.
Chers auditeurs, l’espérance est en Afrique, alors qu’elle nous a quitté. Pourtant ils sont pauvres, mais riches de leur jeunesse et de leur foi d’une église en croissance. 
– – – – – – – 
Le concile Vatican II dans le document ad ventes §38 : Tous les évêques, en tant que membres du corps épiscopal qui succède au collège des Apôtres, ont été consacrés non seulement pour un diocèse déterminé, mais pour le salut du monde entier. (…) De là naît cette communion et coopération entre Églises aujourd’hui si nécessaire pour continuer l’œuvre de l’évangélisation. (…) chacune des Églises porte la sollicitude de toutes les autres ; les Églises se font connaître réciproquement leurs propres besoins ; elles se communiquent mutuellement leurs biens, puisque l’extension du Corps du Christ est la charge du collège épiscopal tout entier.

Fermer le menu