Décès du Chanoine Joseph Dixneuf
  • 15 juin 2012

En ce vendredi 15 juin, jour où l’Église fête le Sacré Cœur de Jésus, le Chanoine Joseph Dixneuf est décédé à la polyclinique de Gap. La veille Mgr Jean-Michel di Falco Léandri s’était rendu à son chevet.

Les funérailles, présidées par le Père Sébastien Dubois, auront lieu le mardi 19 juin à 16 heures en la cathédrale de Gap.

Né le 7 novembre 1920 à Cholet (Maine-et-Loire), prêtre le 4 mars 1945, aumônier militaire, entré à la disposition du diocèse de Gap en 1991 après avoir été aumônier de l’hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), le chanoine Joseph Dixneuf était devenu membre du chapitre cathédral de Gap le 8 septembre 2005.

Nombreux étaient ceux qui venaient se confesser à lui en la cathédrale de Gap lors de ses permanences du samedi matin et des jours qui précédaient les grandes fêtes.

Le chanoine Joseph Dixneuf en 2009

 

Une prière qu’il affectionnait :

Seigneur, accorde-moi assez de sérénité pour accepter les choses que je ne puis changer. Donne-moi assez de courage pour être toujours disponible. Rends-moi assez fort pour aider ceux qui en ont besoin. Communique-moi assez de FOI pour découvrir Ta Présence. Remplis mon cœur d’AMOUR pour Te servir sans défaillance. Ô Marie, garde-moi fidèle jusqu’au bout, dans la fidélité à mon Sacerdoce! Ô Joseph, apprends-moi à rester dans le silence du Mystère de Dieu ! Amen.

Cet article a 3 commentaires

  1. Le Père Dixneuf a été mon curé à Paris. Il était présent à mon mariage et a baptisé mes deux enfants aînés. Pendant 30 ans, il a été l’ami et le père spirituel de ma petite famille. Avec ma femme, nous l’avions invité à Berlin pendant notre séjour dans les années 1980. Je suis triste, certes, mais Dieu a accueilli avec tendresse et amour ce prêtre si joyeux qui a servi sans jamais faiblir le Pape, ses évêques, l’Eglise et ses frères.
    Nous prions tous pour vous, Père Dixneuf ! Merci pour tout ce que vous avez fait pour nous. Nous avons avec vous une protection de plus au Ciel.

  2. Au revoir Père Dixneuf. Quitter cette terre le jour de la fête du Sacré Coeur est un privilège à nos yeux et je m’en réjouis pour vous. Nous avons collaboré dans les années 1996-2001 et je garde de vous le souvenir d’un homme droit et d’un prêtre dévoué. Je serai en communion avec l’Eglise des Hautes-Alpes mardi prochain. En union de prière, NMP

  3. A n’en pas douter son lumineux chemin l’a conduit dans les bras du Père, prés de Marie et de Joseph où, dans la sérénité éternelle, il continuera à veiller et à prier pour que règne la foi et que soit remis les péchés de l’humanité.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu