Décès du père Louis Guillaumier, après 70 ans de sacerdoce

Décès du père Louis Guillaumier, après 70 ans de sacerdoce

Le Père Pierre Louis Guillaumier est décédé à l’EHPAD Jean Martin à Gap dans la nuit du 21 au 22 juillet 2013. Ses funérailles seront célébrées le jeudi 25 juillet à 10h00 en l’église Saint-André-des-Cordeliers à Gap par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri.

Au centre, le Père Louis Guillaumier, mercredi 10 avril 2013, jour anniversaire de ses 70 ans d’ordination presbytérale

Père Louis Guillaumier

Pierre Louis Guillaumier, dit “Louis”, est né le 22 juin 1916 à La Guinguette. Fils de Gédéon Guillaumier et de Marie Prel, il a été baptisé à Lacou (commune du Noyer). À onze ans, il entre au petit séminaire Saint-Louis à Charance, puis au grand séminaire à Chabanas en 1934. Il ne terminera son séminaire qu’en 1943, suite à trois années d’interruption dues au service militaire et à la guerre.

Ordonné prêtre le 10 avril 1943, il commence son ministère comme surveillant de la maîtrise Notre-Dame du Laus (mai à novembre 1943) puis comme vicaire à Serres, La Piarre, Sigotier, La Bâtie-Monsaléon. Après un interim à Rosans en 1944 et 1945, il retourne à Serres, au service également de Savournon, Le Bersac, Montrond, Saint-Genis, de 1945 à 1948.

Vicaire économe de Saint-Pierre d’Argençon, Aspremont et annexes le 15 septembre 1948, il devient vicaire-économe de Baratier (Saint-Sauveur et Les Orres) le 15 octobre 1951, puis vicaire à la cathédrale de Gap dix-sept ans plus tard, en septembre 1968.

Il passera enfin la plus grande partie de son ministère comme curé de Chorges, chargé également de Prunières et de Saint-Appolinaire, de juillet 1976 à octobre 2003. Doyen du 2e doyenné de Gap en novembre 2000, il est déchargé à partir du 2 octobre de sa responsabilité de doyen ainsi que de celle de curé de Chorges, Prunières et Saint-Apollinaire, pour être admis à prendre sa retraite.

Il passera cette retraite à Gap, à la Maison Saint-Marcellin d’abord, puis à l’EHPAD Jean Martin.

Le Père Louis Guillaumier, interviewé en avril 2013 à l’EHPAD Jean Martin
Interview parue dans le mensuel diocésain “Eglise dans les Hautes-Alpes” (mai 2013)

Témoignage du Père Pierre Fournier
sur le Père Louis Guillaumier

Le Père Louis Guillaumier, véritable “figure” parmi les doyens des prêtres haut-alpins, est décédé le 22 juillet, à l’âge de 97 ans. Né dans le Champsaur à La Guinguette et baptisé à Lacou en 1916, sur la commune du Noyer, il s’est formé à la vocation de prêtre à Gap, au Petit Séminaire Saint-Louis de Charance et au Grand Séminaire de Chabanas. Né pendant la première Guerre mondiale, il est ordonné prêtre à 27 ans, pendant la seconde Guerre mondiale, en 1943, par Mgr Auguste-Calixte Bonnabel. Il venait donc de fêter, avec le Père Joseph Peyre, ses 70 ans de ministère sacerdotal.

Le Père Louis Guillaumier a d’abord été en paroisse dans le Buëch, à L’Épine et Rosans, où le Père Biquès a été tué par les Allemands, comme il en a fait le récit dans les registres paroissiaux. Il a ensuite été nommé dans l’Embrunais, à Baratier. Dans ces paroisses rurales, il connaît le rude rythme de vie des prêtres dans ce contexte. Très lié à la vie des habitants, il a assuré pendant un temps, avec un camion, le ramassage du lait de ferme en ferme. Dans les mêmes années, il connaît aussi, dans l’Embrunais, le renouveau socioculturel qu’apporte l’ouverture au tourisme, notamment avec la jeunesse des nombreuses colonies de vacances et les familles venant l’été. Il connaît également les heureuses transformations de la vie de l’Eglise qu’apporte le Concile Vatican II dans les années 1962-1965.

De là, le Père Louis Guillaumier est nommé à Gap, à la paroisse de la Cathédrale, plus spécialement chargé des quartiers de l’Adret, Chabanas et Charance. Du fait du développement de la population en ces quartiers, le Père Louis Guillaumier suit un projet de construction d’église dans le quartier de Chabanas. Mais à la mort du Père Paul Gleize, en 1976, il est nommé à Chorges où il reste jusqu’en 2002. Tout en se dévouant auprès de la population permanente et de la nombreuse population touristique, le Père Louis Guillaumier contribue fortement à la rénovation du patrimoine historique, artistique et religieux, pour les églises, les chapelles et les oratoires. Aidé par une équipe de paroissiens, il réalise d’intéressantes recherches, dont un document sur la riche histoire de l’église de Chorges. Une fois retiré du ministère paroissial, venu à Gap, à la Maison Saint-Marcellin, tout en continuant ses recherches en histoire locale, le Père Guillaumier a participé à divers services, notamment pour l’Aumônerie des Sœurs de La Providence.

Doté d’une grande sensibilité et d’un bon sens de l’humour, le Père Louis Guillaumier a toujours tenu à garder quotidiennement un temps d’étude pour se tenir au courant des travaux sur la théologie pastorale, liturgique et sacramentelle. Il a gardé son étonnant dynamisme jusqu’au bout, jusqu’aux derniers jours où il pressentait son “départ” : “Je m’en vais vers le Père”, disait-il à ses proches.

Père Pierre Fournier

 

Webmaster

Cet article a été rédigé par le service communication du diocèse de Gap.

Cet article a 1 commentaire

  1. Un de plus La-Haut qui veille sur nous !

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu