Dernière messe des Rameaux à Gap pour Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
  • 10 avril 2017

À la messe des Rameaux en la cathédrale de Gap le dimanche 9 avril 2017, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a annoncé la nomination par le pape François de son successeur, le père Xavier Malle, sur le siège du diocèse de Gap et d’Embrun, cette nomination ayant été rendue officielle la veille à midi. Il s’est livré ensuite à une méditation sur l’Église.

À la fin de la messe, certains ont déjà commencé à le remercier pour ses actions et à lui dire au-revoir. Mais Mgr Jean-Michel di Falco Léandri est encore parmi les Haut-Alpins pour les deux mois à venir, puisque le pape lui a demandé d’administrer le diocèse jusqu’à l’ordination de Mgr Xavier Malle, qui aura lieu le dimanche 11 juin à 15h00 en la cathédrale de Gap.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri profitera de la solennité de Notre-Dame-du-Laus, le lundi 1er mai 2017, pour célébrer la messe en action de grâce pour ses 14 ans passés au service de l’Église catholique dans les Hautes-Alpes. Le sanctuaire fêtera alors le 9e anniversaire de la reconnaissance officielle des apparitions.

 

[flagallery gid=186]

Homélie

C’est bien la dernière fois que j’ai la joie de célébrer la fête des Rameaux avec vous. Je vous demande de porter dans votre prière votre futur évêque, l’abbé Xavier Malle, qui sera accueilli dans cette cathédrale, qui deviendra la sienne, le 11 juin à 15h00. J’espère que vous serez nombreux pour l’accueillir comme vous l’avez été en novembre 2003 lorsque j’ai été moi-même accueilli dans cette cathédrale.

En regardant tout à l’heure notre procession entrant dans la cathédrale, j’ai vu l’Église. Toute l’Église. L’Église, ce peuple de Dieu aux cent visages. Témoins du visage du Christ sanguinolent, défiguré, méconnaissable sur la Croix et resplendissant et rayonnant de beauté au matin de Pâques.

J’ai vu l’Église dans son éternité, celle des siècles passés et celle de notre temps.

Elle est ici l’immense Église, contenue entre les murs trop étroits de notre cathédrale. Regardez-la, et regardez-vous !

Ils sont là, ces enfants, ces jeunes, ces femmes, ces hommes venus rejoindre ceux qui, depuis des siècles, dans une procession sans fin, se sont succédé mettant leurs pas dans les pas du Christ.

Ils sont là, pèlerins infatigables, déposant pour un moment une croix souvent trop lourde à traîner. La Croix des déceptions, des échecs, celles des infidélités, des abandons, du refus d’aimer et des manques d’amour. Croix qui blesse les épaules, mais avec laquelle, chaque jour, il faut marcher sur le chemin rocailleux qui conduit à la Résurrection. Croix qui blesse aussi les cœurs et les esprits et que seul le baume des sacrements peut apaiser.

Elle est là l’Église. Celle des saints mais aussi celle des pharisiens, celle des publicains, celle des fils prodigues et des prostituées. Celle des boiteux, des aveugles parce qu’ils ne voient pas ce que Dieu fait pour eux, des sourds qui ne laissent pas résonner en eux la parole de Dieu, des exclus parce que les bien-pensants les ont rejetés. Chacun cependant garde sa place dans l’Église, même si pour longtemps il l’avait abandonnée. Toujours il est attendu.

Elle est là l’Église de Jésus-Christ, de saint Pierre et du pape François, celle de saint Marcellin et de saint Arnoux, celle du cardinal Saliège et d’Auguste-Calixte Bonnabel, celle de Jean-Michel di Falco et de Xavier Malle, votre nouvel évêque. Celle de la réponse généreuse à l’appel du Christ, celle des jours heureux de la profession de foi à Césarée et des promesses d’aimer toujours, celle aussi des trahisons et de la peur, celle de la joie de se savoir aimé jusqu’au pardon, celle enfin du matin de Pâques et de l’Esprit de Pentecôte.

De Jérusalem à Rome, de Rome à Gap, c’est bien la même Église, riche de sa diversité, et sacrement de communion pour le salut de tous.

Cette Église, faible de son humanité, mais forte de l’Esprit qui l’anime.

Souvent, après avoir donné la communion je me recueille en revoyant des visages, des regards, des mains tendues comme un écrin précieux pour recevoir le corps du Christ. Les mains encore fragiles des enfants, celles d’adultes, rugueuses et burinées par le travail, mains tremblantes et déformées par l’âge et la maladie.

Les mains de ton peuple, ouvertes devant toi, Seigneur.

+ Jean-Michel di Falco Léandri
Administrateur apostolique du diocèse de Gap et d’Embrun

Cet article a 1 commentaire

  1. Dernière messe des Rameaux célébrée Monseigneur, comme évêque!. J’ai mal!.
    Vos homélies avec cette liberté de paroles, tellement justifiées, convaincantes, pertinentes même, mais en parallèle avec l’évangile et l’actualité.
    Votre voix unique restera gravée dans ma mémoire, dans mon coeur. Impossible d’oublier votre personnalité charismatique!.
    Monseigneur, longue retraite en qualité d’évêque émérite et très médiatisé, vous serez inoubliable!
    Le diocèse de Gap et son département, 14 ans de renouveau, de positif avec votre dynamisme.
    Monseigneur, merci pour tout l’amour donné pendant votre fonction épiscopale.
    Que Dieu vous garde!. Vous resterez en communion de prières avec moi pour toujours.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu