DES ORATOIRES DU CHAMPSAUR, SUITE…
?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

En février 2013, nous avions présenté des oratoires du haut Champsaur, soit les vallées du haut Drac et du Drac-noir, que vous pouvez relire en cliquant ici. Dans cet article nous descendrons le fil du courant pour vous présenter la suite des oratoires du Champsaur, c’est-à-dire ceux de Saint Julien-en-Champsaur, La Fare-en-Champsaur et Bénévent & Charbillac. La suite du Champsaur jusqu’à la limite du département de l’Isère, avec les communes restantes et celles des vallées de la Severaissette et de la Severaisse feront l’objet d’un  article futur.

Les oratoires de Saint-Julien-en-Champsaur

Si la commune de Saint-julien ne comporte pas d’oratoires dédiés à son saint éponyme, elle possède sur son territoire deux oratoires dédiés à Notre-Dame, tous les deux situés sur la Rue des Oratoires, ancienne route menant à Buissard.

Oratoire Notre Dame de la Médaille miraculeuse

Situé dans le village, rue des oratoires, et adossé au mur de soutènement des terres d’une propriété. Sans doute construit à la fin du XIXème ou au début du XXème siècle, cet édifice assez massif probablement édifié en pierres maçonnées recouvertes d’enduit, comporte une petite niche en arc surbaissé fermée par un grillage, qui abrite une statue de la Vierge à l’Enfant en porcelaine. Le toit à deux pentes est couvert de lauzes et porte une petite croix en fer toute simple. L’oratoire est peint de couleur rosée encadrée de bandes bleues, la niche est peinte en bleu, ces coloris lui donnent toute son originalité. On remarque un socle en béton récent pouvant faire penser à un agenouilloir, mais c’est sans doute une reprise de l’assise de l’édifice pour compenser un affaissement des terres.

Oratoire Notre Dame de l’Assomption

Situé aussi Rue des Oratoires, mais à la sortie du village au croisement avec la D15 qui mène à Buissard.
Cet oratoire en béton et maçonnerie, haut et large, solide pour affronter les dures conditions climatiques de la montagne, est coiffé d’un toit en béton à deux fortes pentes; il a fort bien traversé les années et les saisons.
Sur le toit une haute croix de fer forgé domine l’édifice. Une niche fermée par une porte métallique en grille abritait une statue de N.D. de l’Assomption offerte en 1946 par M. Lapière de Marseille ; aujourd’hui on voit les restes très érodés par les intempéries d’un buste de statuette de la Vierge en plâtre , à peine identifiable.
Il a été construit en 1939 par Monsieur L. Brochier, pour le centenaire de la terrible inondation de septembre 1839, qui avait causé beaucoup de dégâts, pour prévenir de nouveaux ravages. Il avait été béni par M. l’Abbé Motte, curé de la paroisse.

L’Oratoire-Fontaine de La Fare-en-Champsaur

Cet oratoire dit aussi Fontaine Sainte-Claire, est en fait une Fontaine de dévotion située à l’ouest du village, près du cimetière et de la Chapelle Notre-Dame-de-Bois-Vert en bordure de la route forestière, peu après le parking.

La chapelle initiale du VIIème siècle témoigne du passage de Saint Clair, elle a été détruite en 1575 par les troupes de Lesdiguières. La chapelle actuelle construite vers 1685 a été restaurée en 1840 et encore en 1925 par le financement d’Antoine Chaix.

Les Champsaurins viennent en pèlerinage au sanctuaire de Notre Dame de Bois Vert depuis au moins le VIIème siècle. La tradition rapporte que Saint-Clair de Vienne, serait passé en cet endroit et y aurait fait un miracle, puis après avoir béni cette source l’aurait rendu miraculeuse en particulier à l’égard des affections oculaires.  En ces temps reculés ou la légende et l’histoire se confondent on peut supposer que la source était réputée miraculeuse par la population païenne celto-Ligure de la région et que l’intervention de Saint-Clair aurait christianisé ce culte de divinités topiques !

Clair « Clarus » était abbé de Saint-Marcel, monastère à Vienne en Dauphiné, mort vers 660 en odeur de Sainteté ; il est connu pour ses prophéties et des guérisons inexpliquées, donc miraculeuses. Il est entre autres considéré comme un saint guérisseur des maladies des yeux, on l’invoque donc pour la « protection des yeux et la guérison des affections oculaires » que l’on retrouve dans l’expression populaire « Saint-Clair qui fait voir clair ! ».
Le rédacteur de La Vie des Saints, dit Le Petit Bollandiste écrit « Saint-Clair est en grande vénération pour le mal d’yeux dans les diocèses de Tarentaise, d’Annecy et de Valence. On représente Saint Clair apaisant les eaux gonflées du Rhône ». (a)

Cette source est toujours visitée, une procession, à laquelle participaient les personnes atteintes de maladies oculaires et de cécité, se rendait autrefois à la source pour la fête de Sainte-Claire. A noter que ce culte a glissé on ne sait qu’en de Saint-Clair à Sainte-Claire, la Sainte d’Assise -morte en 1253- dont on dit qu’elle a beaucoup pleuré sous l’action de Satan qui voulait lui faire perdre la vue, et aussi pour entre autres guérisons celle de Jacobello, petit enfant de Spolète, né aveugle qui retrouva la vue par l’intercession de la Sainte. Elle est donc invoquée pour l’amélioration de la vue (c)

La carte postale ancienne ci-dessous montre un édifice assez massif en maçonnerie enduite, avec une niche abritant une statue de saint-Clair ou de sainte-Claire, on ne sait ; on voit aussi l’eau de la source s’écoulant d’un bec de tuyau au pied de l’oratoire.

Sur la photo de droite, on voit l’assistance très nombreuse lors d’un pèlerinage du début du XXème siècle, ce qui montre la foi des pèlerins dans les vertus miraculeuses de l’eau par l’action de la Sainte !

Un Champsaurin généreux, auteur du renouveau !

Antoine Chaix, émigré aux USA ou il fait fortune, finance des travaux importants sur la chapelle et fit aussi reconstruire l’oratoire de la fontaine en 1935, comme le montrent les photos ci-dessous, et comme l’atteste la plaque avec inscription :

Ces photos datant de 2014, montrent un édifice très différent de l’ancien, en maçonnerie avec placage sur la face avant d’un habillage de marbre sculpté avec deux colonnes sur socles chanfreinés et avec chapiteaux supportant une arcade qui encadrent une grande niche de plein cintre en cul de four, ouverte jusqu’au sol. Une statue monumentale de Sainte-Claire haute de 1,50 m, en alliage métallique, repose sur un socle d’où émerge le bec de sortie de l’eau miraculeuse… à sec cet été là !  Sainte-Claire est représentée tenant une lanterne dans ses mains, c’est l’un de ses attributs pour évoquer la lumière en allusion à son nom.

L’Oratoire de Bénévent et Charbillac

Situé dans le lointain hameau des Payas, contre un mur au bord de la route, cet oratoire dédié à Notre Dame a été construit en 1949 à l’initiative de M. l’Abbé Boisseranc, curé de la paroisse, avec l’aide des habitants du village sur un terrain offert par M. Alphonse Giraud. Il a été restauré en 1985 et semble bien oublié aujourd’hui par les habitants du hameau, la niche est vide de représentation de La Vierge de quelque nature que ce soit, alors que l’on sait que la niche abritait une statue de Notre Dame de Lourdes et aussi sous la niche était fixée une plaque de marbre disparue portant l’inscription « SOUVENIR DE MISSION 19 MAI 1949 »

C’est un grand édifice en maçonnerie enduite, avec un toit en bâtière également en maçonnerie, qui comporte une grande niche en plein cintre désespérément vide, protégée par une porte grillagée. Une belle petite croix en fonte ouvragée surmonte l’oratoire et comportes-en son centre une effigie de la Vierge.

Espérons qu’en lisant cet article, une bonne âme du hameau saura redonner sens et vie à ce grand oratoire !

Bibliographie :
(a) A la découverte des Oratoires des Hautes-Alpes en moyennes et hautes montagnes, par Louis et Marie-Louise Roy (1988) [NDLR : Louis et Marie-Louise Roy furent avec d’autres, 10 ans plus tard, membres fondateurs de notre association.]
(b) La Vie des Saints, éditée par Les Petits Bollandistes, Réédition de 1876, Tome 1, pages 29 à 32.
(c) A quel Saint se Vouer de Jacques Veissid (1995), page 80.
(d) Saints et Symboles, par Rosa Giorgi, 2011 .


Cet article rédigé par Francis Libaud, émane de l’association Connaissance et Sauvegarde des Oratoires et nous vous invitons à visiter le site de l’association : http://www.les-oratoires.asso.fr et le site de l’inventaire national : http://www.oratoires.com ou vous pourrez trouver les oratoires et autres petits patrimoines de votre commune, département, etc.

Les différentes photos et données qui illustrent cet article sont de Sylvie Damagnez, et de M. Saboureau de Pays-Gapençais) que nous remercions pour leur aimable autorisation.

Vous pouvez enrichir notre inventaire en ligne en nous adressant vos photos d’oratoires, de croix, etc. rencontrés lors de vos randonnées ou promenades, documentées quant à leur localisation. Vous pouvez contacter l’association directement par courriel à l’adresse : oratoires.asso@gmail.com ou par téléphone au 06 16 76 19 09.

Fermer le menu