Froid ? moi ? Jamais ?

Brrrr, ça caille sec, là-haut ! Aucune végétation, que du gris. Pour le coup, il est à l’écart ! Le lapin a oublié de s’habiller pour se reposer. Jésus prend le temps de prier le Père. Avant de choisir ses disciples, il « passe la nuit à prier ».

Continuer la lecture

Ben quoi ? Je n’ai rien de tout ça…

Un lapin obéissant… mais il n’est pas dupe. Il regarde en arrière, et n’est pas digne du Royaume des cieux. Dans son fatras, il y a beaucoup de choses inutiles s’il n’y a pas d’électricité là où il va. Il pense plutôt à son bien être (coussin, nounours, casseroles, frigo, lampe de chevet et livres, raquette) et aussi au paraître (costume impeccable, bien repassé).

Continuer la lecture

Dieu n’a pas fait la mort…

Le lapin sourit en pensant à ce qu’il serait sans la vie : un tas d’os, de peau, de muscles et de graisse. Certes, c’est déjà un sujet passionnant, complexe, mais il manque l’ essentiel… À gauche, le petit ver pense la même chose, à part que lui, il est un peu moins élaboré. Dans l’ordre de grandeur, une herbe l’est moins qu’un ver, un ver moins qu’un lapin, un lapin moins qu’un homme. Et Dieu est encore au-dessus de tout !

Continuer la lecture

Révise le bac… à sable

Dans le coin du bac à sable, au fond à droite, il y a la représentation des grottes de Qumrân où le prophète a sans doute vécu. À gauche, c’est Zacharie, le père du prophète Jean-Baptiste. De son doigt, il désigne le Ciel, comme s’il le prenait à témoin. À droite, dans son bac à sable, c’est le « petit » Jean-Baptiste, vêtu d’un pagne en poils de chameau. Il est en train de verser de l’eau sur un personnage en sable, qui représente le Christ. Il est plus grand de taille que son petit personnage en sable, mais il est à genoux devant lui (pour faire référence à une autre parole de saint Jean Baptiste : « il faut qu’Il grandisse et que je diminue. » L’eau qui coule de la coquille est en forme de colombe, comme l’Esprit qui repose sur le Christ. Le doigt de la main gauche de saint Jean Baptiste désigne le personnage comme l’ « Agneau de Dieu ». Il a la même position que sur le retable d’Issenheim, de Matthias Grünewald.

Continuer la lecture

Lui, c’est moi avant…

On peut dire qu’il y a eu un changement… Le lapin (gris ou « groumpf » parce que terne, maussade) est violent. En rencontrant le Christ, le gris est devenu le bleu, plus paisible. Quand on regarde l’ombre, elle est grise sous le gris et bleue sous le bleu. Cela signifie que nos actes nous suivent (Apocalypse 19). On laisse toujours des traces de notre passage (en bien comme en mal). La boîte de conserve pourrait représenter la « présence de l’autre dans ma vie ». S’il n’y avait que moi sur terre, je ne pense pas qu’il y aurait des boîtes de conserves par terre. La boîte de conserve représente le passage de l’autre, et sa présence sur terre. Le lapin gris ne les supporte pas.

Continuer la lecture

Nous cheminons dans la foi, pas dans la claire vision

Un lapin avance, avec une démarche incertaine. Il tâtonne. La lumière est derrière lui. Il avance vers le noir. C’est ce que ressentent les personnes qui ne croient pas en Dieu : à quoi ça sert d’avancer, si c’est pour aller dans le noir ? dans le mur ? dans le néant ? Le verset biblique est en jaune-lumière. Ceux qui ont la chance d’avoir la foi, même s’ils ne voient pas, ont moins peur de l’avenir puisqu’ils savent que Jésus ne les laissera pas tomber. Les mains et les oreilles du lapin sont tendues vers l’avant. Il a la foi.

Continuer la lecture

Le radar flashe-t-il à travers la vie trine ?

On remarque une voiture qui roule à fond la caisse. Elle se prépare à dépasser. Le conducteur est invisible (la voiture n’est pas télécommandée). On ne voit pas le décor, ça va trop vite. Le lapin bleu est presque blanc de trouille. Il a les pattes sur la boîte à gants (sur l’air bag ?) pour se cramponner comme il peut.

Continuer la lecture

C’est lapin-tecôte !

L'Esprit qui guide vers la Vérité tout entière, guide forcément vers le Christ, et le Christ RESSUSCITÉ ! Pour cela, on a souvent besoin de s'abaisser un peu (ou beaucoup). Alors, alors, alors ? Qui va encore oser demander l'Esprit ?

Continuer la lecture

Ils sont pleins de vin doux

Cette phrase est le jugement porté par ceux qui voient agir les apôtres, lorsqu'ils parlent en d'autres langues. Certains sont étonnés, d'autres se moquent. Ici, le lapin est plutôt saoul. Visiblement, il a bu une bonne dose d’Esprit Saint. (Pour les enfants, je signale qu’il ne faut surtout pas boire du white-spirit, c’est dangereux et ce n’est pas de l’Esprit Saint en bouteille !)

Continuer la lecture

Le Seigneur travaillait avec eux

Beaucoup d’inattendu en une seule image. De gauche à droite ; - Un démon expulsé d’un lapin (visiblement surpris d’avoir ce genre de truc à l’intérieur de lui). - Le lapin qui annonce la Bonne Nouvelle, sur fond de soleil levant. Il suffit qu’il parle pour que le Seigneur agisse. - Au premier plan, à droite, le sourd qui se met à entendre.

Continuer la lecture

Salut les amis, à pluche !!!

Ce lapin porte toutes sortes de fruits, il est gâté (il vaut mieux que ce soit le lapin plutôt que le fruit, qui soit gâté), il en a énormément. Le fruit, ce sont les dons qui lui viennent de Dieu, si minimes soient-ils. Il s’applique à n’en perdre aucun. Mais une méchante peau de banane le guette…

Continuer la lecture

Zéro est arrivé, sans se presser…

Se croire nul(le) ne veut pas forcément dire « être humble ». Se croire nul(le), c’est se comparer à d’autres, se juger, s’enfermer dans un mensonge. « Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît toutes choses ».

Continuer la lecture

S’appuyer sur le Seigneur ? Vieux “maux tard” que jamais…

Le lapin commercial essaye de vendre une moto en carton en présentant une vraie. Ses arguments sont mirobolants : « Le plein gratuit » (pour une moto en carton, logique…), pneus neufs (idem), prix sacrifié (1499 €, pour du carton, un peu cher, enfin il y a la clé avec, quand-même), soldes, hyper-maniable (on la porte avec une main, si, si…) L’autre lapin a l’air sceptique, il est tenté… Va-t-il craquer ?

Continuer la lecture

Un chrétien ressuscité, ça bosse dur !

Le lapin bleu témoigne de ce qu’il a vu (et même senti sur son crâne…) ; la résurrection a projeté la pierre du tombeau, et il était dans le coin. Fort de son expérience, le voilà entouré de bandages, mais super heureux de son expérience. Par contre, le lapin gris se demande si c’est du lard ou du… lapin.

Continuer la lecture

Sur le qui-vive !

Pour aller plus loin Détails : Les disciples se sont enfermés. Ils vérifient que chacune des entrées est bien gardée. Ils sont sur le qui-vive. (beau terme, le « qui-vive », pour…

Continuer la lecture

Quelle cruche !

Pour aller plus loin Détails : Décor : une ville déserte  à part un passant qui invective. Un lapin, chargé comme un mulet, qui va tout droit, et ça monte en…

Continuer la lecture
Fermer le menu