“Dieu a-t-il ses chouchous, avec Marie en tête de liste ?” demande Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
  • 10 décembre 2015

Ce 8 décembre 2015, les catholiques ont célébré l’Immaculée Conception de la Vierge Marie et l’ouverture de l’année de la Miséricorde.

À Gap, la messe en la cathédrale a été suivie d’une procession dans les rues du centre-ville et de la bénédiction de la porte sainte.

Ci-dessous la vidéo et le texte de l’homélie de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri.

Sous le texte de l’homélie, vidéos du Notre Père, de la procession et de la bénédiction :

Homélie

Il suffit de regarder notre assemblée pour voir à quel point elle est bien diverse. Et notre France encore davantage, même si on ne la divise en ce moment qu’en deux ou trois camps. Quant à notre monde, n’en parlons pas ! Nous sommes tous bien différents, même si nous sommes taillés dans le même bois, pétris de la même pâte, de la même glaise, du même adama, pour reprendre le mot hébreu Adam, le terreux, le glaiseux, tel que nous l’avons entendu dans la première lecture.

Alors il y a ceux qui naissent dans la misère, et ceux qui naissent avec une cuiller d’argent dans la bouche. Il y a ceux qui naissent lourdement handicapés, et ceux qui naissent éclatants de santé. Il y a nous tous, qui sommes nés marqués par le péché originel, et il y en a une, une d’entre nous, qui est née sans péché. C’est la Vierge Marie, l’Immaculée Conception, que nous fêtons ce soir.

À l’autre bout du spectre de la vie, il y a ceux qui meurent dans leur sommeil à un âge avancé, comme le père Catelan, quatre-vingt-quinze ans, qui vient de nous quitter, et pour lequel nous avons une pensée affectueuse. Et il y a ceux qui meurent dans la fleur de l’âge sous les balles des kalachnikovs, comme au Bataclan. Il y a ceux qui meurent sans aucune souffrance, et ceux qui meurent dans d’atroces tortures. Il y a nous tous dont le corps sera déposé au cimetière dans l’attente de la résurrection, et il y en a une, une d’entre nous, qui est déjà élevée dans la gloire avec son corps. C’est la Vierge Marie, dont nous célébrons l’Assomption le 15 août.

Quelle différence de traitement entre nous en cette vie, même si Dieu souhaite « que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. » [NdR 2e lecture] L’inégalité est notre lot. Notre devoir est de tout faire pour rester égaux en droit. Notre devoir est de tout faire pour réduire les inégalités criantes. Mais ne nous leurrons pas. Malgré tous nos efforts, nous naîtrons inégaux, nous vivrons inégaux, et nous mourrons inégaux.

Alors, Dieu serait-il injuste avec nous ?

À l’école, au sein d’une famille, il y a souvent un préféré, ou quelqu’un perçu comme tel par les autres. Vous savez, celui qu’on appelle le chouchou. Dieu aurait-il des chouchous ? Et la Vierge Marie ne serait-elle pas la chouchoute des chouchous ?

Marie préservée du péché originel, à l’inverse de nous tous. Marie avec déjà un corps glorieux, à l’inverse de nous tous. Marie, comblée de grâce, à l’inverse de nous tous. Marie pour qui le Tout-Puissant fit de grandes choses, à l’inverse de nous tous.

Eh bien il faut croire que oui, que Dieu a ses chouchous, avec Marie en tête de liste, avec Marie choisie entre toutes les femmes, avec Marie l’heureuse élue.

Je cite le Concile Vatican II : « Rachetée de façon éminente en considération des mérites de son Fils, unie à lui par un lien étroit et indissoluble, [la Vierge Marie] reçoit cette immense charge et dignité d’être la Mère du Fils de Dieu. Elle est par conséquent la fille de prédilection du Père et le sanctuaire du Saint-Esprit. Par le don de cette grâce suprême, elle dépasse de loin toutes les autres créatures dans le ciel et sur la terre. » Fin de citation. (Concile Vatican II, Lumen Gentium §53)

La Vierge Marie est la fille de prédilection du Père. Comme la petite dernière d’une famille nombreuse qui serait la préférée de son papa chéri. Imaginons une litanie : « Marie, reine des apôtres, priez pour nous. Marie, reine des vierges, priez pour nous. Marie, reine des chouchous, priez pour nous. »

Je dis tout ceci non pas par manque de respect mais pour vous faire réagir, parce que je vois que déjà certains sont en train de somnoler. Normalement vous devriez vous dire que quelque chose ne va pas dans ma présentation. Si vous le sentez, c’est bien… c’est que votre foi reste vive.

Car vous avez raison, il y a un « mais ». C’est vrai que Marie est la préférée de toutes les créatures. Mais comme le dit le concile, c’est pour elle une dignité et une « immense charge » ! Une immense charge !… Les privilèges de Marie ne sont qu’un versant, l’autre versant concerne les responsabilités qui en découlent.

Alors n’imaginons pas Marie comme une privilégiée de Dieu vivant une vie belle et tranquille. Elle a dit oui à l’Annonciation. Elle a élevé son enfant et l’a cherché avec angoisse lorsqu’il est resté au Temple. Elle a avancé dans la foi durant le ministère public de son fils. Au pied de la croix elle a donné au Père le consentement de son amour. Elle a soutenu les apôtres de ses prières dans l’attente de l’Esprit Saint.

Marie a beau avoir beaucoup reçu de Dieu, elle a choisi et elle a voulu rester tout le temps dans l’obéissance à Dieu et à son écoute. Sa liberté et sa responsabilité sont restées entières. Oui, sa liberté et sa responsabilité sont restées entières. Nous avons tous reçus des talents différents et en nombre différents : un, trois, cinq, dix. À nous de choisir de les enterrer ou de les faire fructifier. Et Marie les a fait fructifier.

Dieu ne commet aucune injustice à notre égard. Et il n’en a commis aucune en privilégiant Marie. Il lui a confié mille talents. Et elle lui en a rendu combien ? Une infinité peut-être !…

Vous savez que les enfants ont un sens inné de la justice. À l’école ils admettent parfaitement qu’un enseignant apprécie un bon élève. En revanche ils détestent les préférences non justifiées. Ils font parfaitement la différence. Ils traitent alors l’élève privilégié de chouchou. Ils le détestent et le jalousent à la fois.

Rien de tel avec Marie. Qui la déteste ou l’envie ici parmi nous ? Pour ma part je n’envie pas ni ne déteste Marie d’être l’Immaculée Conception, car je sais que c’est pour mon bien, pour mon salut, et pour la venue du Fils de Dieu qu’elle est l’immaculée conception. Je ne la déteste pas, car je sais qu’elle est restée humble malgré ses privilèges. Je l’aime, Marie, car je sais que ce qu’elle continue de recevoir de Dieu, elle le redistribue. Je la sens proche de moi, car malgré qu’elle soit sans péché je sais qu’elle aime les pécheurs, elle a même créé un refuge pour eux à Notre-Dame du Laus ! Oui, elle les aime les pécheurs. Elle est Notre Avocate, comme nous le chantons dans le Salve Regina. Tout l’inverse d’Agnan. Vous connaissez Agnan ?… Ils ne connaissent pas Agnan… Vous n’avez pas lu Le Petit Nicolas alors… Ah oui, je vois quelques têtes qui bougent… Agnan est le chouchou de la maîtresse dans Le Petit Nicolas, qui ne manque pas une occasion de dénoncer à sa maîtresse les méfaits de ses petits camarades au lieu de prendre leur défense. Il peut nous arriver de nous reconnaître, dans le petit Agnan…

Marie est la première à avoir bénéficié de la miséricorde de Dieu. Sa préservation du péché est le fruit de la miséricorde de Dieu. Elle le sait et elle le chante ! Et elle nous dit dans son chant du Magnificat que cette miséricorde de Dieu est ouverte à tous, toujours et partout.

Permettez-moi une toute petite précision d’exégèse à ce sujet. Dans le chant du Magnificat en grec, la langue originale de l’évangile de Luc, on trouve sept verbes conjugués à un temps qui  n’existe pas en français. C’est un temps qui ne fait référence ni au passé, ni au présent, ni au futur. Il indique fondamentalement ce qui est sans durée. Dans le Magnificat, ce temps est utilisé pour montrer des actions que le Seigneur accomplit de manière permanente dans l’histoire. Cela veut dire que Marie proclame ce que Dieu a toujours fait et fera toujours. En tout temps le Très Haut déploie la force de son bras… En tout temps il disperse les superbes… En tout temps il renverse les puissants… En tout temps il élève les humbles… En tout temps il comble de biens les affamés… En tout temps il renvoie les riches… En tout temps il relève Israël.

Oui, de tout temps le Seigneur agit ainsi. Il l’a fait, il le fait, et il le fera toujours. La miséricorde de Dieu est ouverte à tous, toujours et partout. Toujours il agira comme il a toujours agi : en étant attiré par ceux qui reconnaissent leur misère et leur besoin d’être sauvés.

Alors, en ouvrant l’année de la miséricorde, le pape François n’est pas un camelot de foire en train de crier : « Allez, M’sieurs-dames. C’est moi qui tiens les clés du cœur de Dieu ! J’ouvre aujourd’hui la porte de son cœur mais ce n’est que pour un an. Profitons-en. Après, crac-crac, je ferme toutes les portes à double-tour. Je remballe tout. Vous n’y aurez plus droit ! »

Non, le pape n’est pas un camelot de foire en train de nous fourguer de la miséricorde à bon marché et juste pour quelques mois. Il n’en demeure pas moins que cette année va être un temps privilégié pour la vivre. Un moyen privilégié pour prendre conscience de l’infinie miséricorde de Dieu à notre égard et pour la pratiquer à l’égard des autres. Pour la pratiquer à l’égard des autres…

De même que dans la semaine nous avons besoin d’un jour tel que le dimanche pour récapituler la semaine passée et nous renouveler en vue de mieux vivre la semaine à venir, nous avons besoin d’une sainte telle que Marie, besoin de ce temps privilégié de l’année sainte pour nous ressourcer en vue de repartir renouvelés dans la vie.

Sainte Mère du Rédempteur
Porte du ciel, toujours ouverte,
étoile de la mer,
viens au secours du peuple qui tombe
et qui cherche à se relever.
Tu as enfanté,
ô merveille !
celui qui t’a créée,
et tu demeures toujours Vierge.
Accueille le salut
de l’ange Gabriel
et prends pitié de nous, pécheurs.

C’est la prière traditionnelle à Marie chantée pendant l’Avent.

+ Jean-Michel di FALCO LÉANDRI
Évêque de GAP et D’EMBRUN

Notre Père

Procession et bénédiction

Cet article a 3 commentaires

  1. quelle belle messe merci à monseigneur jean michel vraiment ,j’aime beaucoup ce prêtres il ne touche toujours et tout ce qu’il à dit est vrai ,alors j’espère l’avoir avant les fêtes de noel qui approche à grand pas de pouvoir enfin entendre sa voix et de le remercier du fond du coeur bon noel à tous et à tous tous mes voeux pour 2016

  2. Quelle belle homélie Monseigneur !

  3. MONSEIGNEUR,peut-être,Marie,la chouchoute du Seigneur?L’heureuse élue entre toutes les femmes,avoir été choisie pour enfanter de Jésus par l’Esprit Saint,un privilège!La créature suprême,unique sur terre et dans le ciel! mais à quel prix! Voir son fils unique,battu,torturé,crucifié sur la croix,une des plus grandes douleurs pour une mère! et le Tout-Puissant lui à témoigné sa miséricorde et à fait de grandes choses pour la Bienheureuse Vierge Marie.Merci,MONSEIGNEUR,pour vos homélies de foi,d’Amour er de réconciliation avec soi-même.La Miséricorde c’est le chemin du pardon!

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu