Erbil, Mossoul, Qaraqosh : veillée à Rosans avec sœur Elishua

Dimanche 19 juillet 2015, les sœurs de Rosans ont proposé une veillée pour prier pour les chrétiens d’Irak, du Proche Orient et pour tous les réfugiés.

Sœur Elishua a pu témoigner – tout en gardant l’espérance ! – des épreuves que traversait son peuple.

L’assemblée était nombreuse, comptant entre autres les Petites Sœurs de Jésus de Saint-Bonnet-en-Champsaur, de la même congrégation religieuse que Sœur Elishua.

Prière dans l’abbatiale

Sœur Elishua témoigne

Prière après la procession avec l’image de saint Thomas, l’apôtre évangélisateur de l’Irak

Des guides en camp à Rosans, présentes à la veillée de prière

 

Cliquez sur les images pour les agrandir


Veillée de prière à Rosans

Le 19 juillet les sœurs bénédictines de Rosans ont accueilli sœur Elishua, petite sœur de Jésus irakienne, de la fraternité d’Ankawa où elle s’est réfugiée avec d’autres sœurs, après avoir quitté Mossoul. Venue en France pour quelques semaines, sœur Elishua a accepté de venir à l’abbaye de Rosans, jumelée avec sa fraternité depuis le début de l’année.

Durant son petit séjour à l’abbaye les soeurs ont organisé un temps de prière et ont invité voisins et amis à se joindre à elles pour entourer sœur Elishua. Plus de cent cinquante personnes ont participé à cette veillée parmi lesquelles le père Sébastien Dubois, curé pour le Gapençais, les petites sœur de Jésus de Saint-Bonnet, des sœurs dominicaines du Saint Esprit, des sœurs de Notre-Dame de la Salette, une compagnie de guides et des guidées aînées campant près de l’abbaye, amis et inconnus, désireux de rencontrer un témoin venu du cœur du Moyen Orient.

C’est la Parole de Dieu qui a servi de trame à la veillée, où furent tour à tour évoquées la détresse, la supplication et la confiance du peuple de Dieu dans l’épreuve. Une prière litanique composée par les moniales est montée comme un cri à la face du Seigneur. Au cours de cette veillée sœur Elishua a donné le témoignage impressionnant de ce qu’elle-même a vécu au cours de ces dernières année et tout particulièrement de ces derniers mois : la fuite de Mossoul, puis de la plaine de Ninive, l’arrivée à Erbil et la vie dans les camps. Connaissant bien la plupart des pays du Proche Orient pour y avoir séjourné, vivant au cœur des quartiers chrétiens et musulmans, elle a évoqué l’atmosphère de convivialité et d’amitié qui régnait dans ces pays entre les différentes confessions habituées à vivre ensemble depuis des siècles, puis les tensions, la montée de la violence, l’amenuisement progressif des communauté chrétiennes depuis les guerres du Golfe, et la persécution des chrétiens, des Yésidi et des musulmans chiites depuis l’établissement de l’État islamique. Malgré le chaos qui menace toute cette région et l’avenir sombre elle a laissé un témoignage de confiance et d’espérance et de confiance en Dieu, en évoquant aussi la formidable puissance de vie de son peuple.

À la fin de la veillée, après une procession sous les cloîtres, cette note d’espérance a été proclamée par la lecture de l’évangile de l’apparition du Christ ressuscité à Thomas, l’apôtre évangélisateur de l’Irak.

Après la veillée, les participants ont pu rencontrer sœur Elishua et échanger avec elle au cours d’un  buffet convivial au profit des réfugiés irakiens. Ils ont tous été profondément touchés par le témoin − sœur Elishua est si simple et authentique − et son témoignage qui, dira l’un d’eux « nous transporte et nous ouvre les yeux et le cœur ».

La communauté de Rosans


Cet article a 4 commentaires

  1. Bonjour,
    Suite à l’émission sur la 2ème chaine TV “Visage d’espérance au cœur d’un Orient persécuté”, j’aimerais entrer en contact avec Sœur Elishua. Je connais une famille de réfugié au Camp d’Ozam à Erbil, que j’envisage, au sein d’une association, d’accueillir dans notre paroisse , ici à Pléneuf Val André 22370.
    Pourriez vous, s’il vous plait, m’indiquer ses coordonnées ou celles de sa communauté, merci

  2. Un livre à lire pour compléter ces témoignages “sur les fleuves de Babylone, nous pleurions” de Sébastien de Courtois.

  3. Merci de nous faire partager ces Beaux témoignages de foi et d’espérance de sœur Elishua et de Monseigneur Louis Raphaël Sako.
    Même si Dieu ne nous lâche jamais la main, comment peut il accepter tant de souffrances et de malheurs ? Espérons et prions pour que tout cette violence cesse, que ces populations puissent vivre et vivent leur foi dans la paix.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu