Être prêtre, c’est vivre une rencontre

Éric Blanchard sera ordonné prêtre dimanche 15 janvier à 15h30 en la cathédrale de Gap par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri. Rencontre avec Éric à qui deux questions ont été posées : Pourquoi prêtre ? Et pourquoi dans les Hautes-Alpes ?

“C’est ce qui vous échappe qui est le plus beau” disait Michel Serrault. À la veille de mon ordination, je me découvre tel que je suis : livré et libre. Chose étonnante, je reste convaincu qu’il en est de même pour chacun de vous…

Être prêtre, c’est vivre une rencontre de grâce.

Tant et tant de choses nous échappent et c’est bien ainsi. Le Christ, cet étrange étranger plus intime à moi-même que moi-même, comme le décrivait saint Augustin, ne compose pas seul la partition de nos vies. Nos existences ne sont donc pas lettres mortes, Dieu, seconde après seconde, à chaque instant, convoque l’encre de nos âmes.

Nous vivons en interprétant et notre propre vie et la partition du monde. Dans l’Esprit, nous devenons coauteurs d’une lettre de feu, et en balbutiant les mots de la foi, nous écrivons le testament du vieil homme avec la main fébrile de l’enfant roi. Notre Père établit sa royauté dans notre jeunesse de fils. Nous devons toujours réapprendre le bonheur de la filiation. Et pour entrer dans la généalogie divine, vous et moi sommes invités à accueillir le règne de Dieu dans la simplicité, à l’image du nourrisson qui tâtonne et cherche le sein de sa mère, nous mendions la lumière ineffable. Assoiffés d’amour, voilà ce que nous sommes, voilà ce que je suis. La chaleur qui brûle notre être est une promesse, le foyer ardent d’un désir fou : le désert aride de notre humanité cherche la source ombragée et inépuisable de la sagesse divine.

Un beau jour, ou plutôt un jour sublime, l’oasis apparaît, non pas dans la brume d’un mirage, mais dans la densité d’une rencontre.

Vivre n’a de sens que dans la relation.

Être prêtre, c’est faire revivre cet instant de grâce, ce moment comme suspendu à la vérité de sa vie. Oui, vivre a du sens. Mieux encore, vivre n’a de sens que dans la relation. Être prêtre, c’est vivre de cette relation, dans cette relation avec l’Autre, avec tous les autres, soi-même comme un autre. C’est devenir soi, enfin !

Devenir prêtre n’est pourtant qu’un commencement. Un accomplissement qui figure cependant le premier pas dans la vraie vie. Et c’est ici, dans les Hautes-Alpes, que j’aurai la joie profonde de marcher avec vous, au cœur de l’humanité, la tête dans les étoiles, et les pieds sur le sol que Dieu ne cesse de fouler.

Je compte sur chacun de vous, mes frères, pour accompagner ma route sur les sentiers escarpés de la réalité du terrain. Vous la connaissez, vous l’avez tant de fois empruntée et vous l’aimez d’un pas sûr.

Je serai prêtre pour votre diocèse de Gap et d’Embrun. Moi qui pour vous ne suis qu’un étrange étranger. Moi ce lointain [Éric est originaire de la région parisienne, NDLR] qui vous aime et aime vous approcher. Moi qui n’ai qu’un désir, vous rencontrer. Moi qui vous suis envoyé. Moi qui suis livré et libre, déjà je goûte, à votre table, aux défis qui s’annoncent pour l’Église de notre temps, et, ce repas, c’est avec vous que je veux le partager. « C’est ce qui vous échappe qui est le plus beau. » Tant et tant de choses nous échappent, et c’est bien ainsi.

Fraternellement vôtre, en Christ.

Éric

Cet article a 5 commentaires

  1. Quel beau texte, que nous lisons avec bonheur, tant de bonnes choses si bien dites.
    être prêtre, ou être chrétien c’est vraiment vivre une rencontre de grâce.
    Mais il arrive parfois, qu’un moment dans la vie, on s’éloigne de Dieu, mais Dieu, lui ne s’éloigne jamais de nous, et c’est un bonheur que de le retrouver. Et il nous accepte toujours tel que nous sommes.
    Que votre chemin Eric, soit aussi beau que ces magnifiques chemins qui sillonnent les hautes-alpes, même s’ils sont parfois escarpés, mais toujours de marcher aux côtés de Dieu. et
    Avec nos prières,

    “Merci mon Dieu, que ton Amour se répande à travers les Coeurs et les Mains des Humains.”

  2. Quel texte magnifique ! Quel dommage que je vive loin des Hautes Alpes à présent.
    “la tête dans les étoiles et les pieds sur le sol que Dieu ne cesse de fouler”…
    J’attends moi aussi l’oasis réconfortant et vivifiant de la rencontre. Que Dieu et Monseigneur Di Falco vous gardent.

  3. Nous serons près d’Eric par la pensée en ce dimanche 15 janvier .
    Que Dieu le guide et le protège ..
    Que Monseigneur Di Falco veille sur lui …

  4. Méditation magnifique tant au fond que dans la forme .
    Un grand merci d’avoir dit oui sans réserve à la profusion de grâces que vous avez reçues dans le sillage de votre appel singulier par Jésus à païtre le troupeau des haut-alpins en transhumance vers le Royaume….
    Je suis de ceux, nombreux j’en suis sûr, qui seront heureux d’accompagner votre route, en écoutant votre voix….et la douce musique jaillie de vos doigts, et en n’hésitant pas à bêler pour avertir à temps en cas de précipice…ou de pente trop escarpée!
    Que votre ordination soit un concert ineffable où nos humbles voix seront miraculeusement les accords singuliers nécessaires à la perfection de l’harmonie du chant céleste des chérubins, des séraphins et de tout le peuple innombrable des élus !

  5. très beau message, comme j’aimerais connaître ce futur prétre.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu