René Poujol, « journaliste, citoyen et « catho en liberté » », ainsi qu’il se définit lui-même sur son blog, s’exprime sur le “mariage pour tous”. Extrait de l’article qu’il a publié sur son blog :

 

 

Expliquez-moi pourquoi…

Voilà des mois que la mise en œuvre de l’engagement 31 de François Hollande, agite l’opinion, renvoyant aux calendes le nécessaire débat sur les questions de croissance, de transition énergétique, de lutte contre l’exclusion et la montée des pauvretés… Et derrière une revendication que je respecte sans l’approuver, derrière une argumentation mille fois entendue, je cherche toujours à comprendre… 

Expliquez-moi pourquoi les mêmes qui insistent tant sur le fait qu’on peut s’aimer et faire des enfants sans être marié, justifient la revendication du droit au mariage civil des couples homosexuels, par le fait qu’ils s’aiment et qu’ils veulent… des enfants. Serait-ce que le véritable enjeu est ailleurs ?

Expliquez-moi pourquoi la gauche qui prône le développement de la parité hommes-femmes dans toutes les institutions, considère que le mariage serait la seule où il serait «progressiste» de faire marche arrière. Serait-ce que la parité est un principe à géométrie variable ?

Expliquez-moi pourquoi l’article 1 de la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, stipulant que : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits» serait applicable aux adultes qui aspirent au mariage pour tous mais non aux enfants susceptibles de naître de ces mariages. Serait-ce une façon de tenir pour négligeable, sans le dire, le droit des enfants et de valider l’adage selon lequel les absents ont toujours tort ?

Expliquez-moi pourquoi le principe de précaution, si impératif pour le maïs transgénique ou les gaz de schistes, deviendrait sans objet lorsqu’il s’agit de la venue au monde, via la procréation médicalement assistée ou les mères porteuses, de «petits d’hommes». Serait-ce que l’écologie s’intéresse à la planète mais pas au devenir du genre humain ?

Expliquez-moi pourquoi le vote des étrangers aux élections locales exigerait une réforme de la constitution, alors qu’un bouleversement de l’institution familiale et du code civil relèverait d’un simple vote parlementaire. Serait-ce que nos élus n’ont plus conscience de ce que représente le mariage dans notre droit ?

Expliquez-moi pourquoi un enfant, né d’un père et d’une mère et élevé au sein d’un couple homosexuel serait à ce point en danger si le parent biologique avec lequel il vit venait à décéder sans que le second ait pu l’adopter. Serait-ce que l’autre parent biologique, bien vivant, n’a plus aucun droit/devoir sur son enfant ?

Expliquez-moi pourquoi tant de citoyens, au fond peu enthousiasmés par ce projet de mariage pour tous, se réfugient derrière l’argument qu’il ne s’agira tout de même pas de la fin du monde. Serait-ce pour échapper à l’infâmie d’être perçu comme réac ?

Expliquez-moi pourquoi la gauche, si soucieuse d’honorer l’aspiration de nos contemporains à la liberté individuelle entend, sur cette loi, refuser toute liberté de vote à ses propres députés. Serait-ce par peur de ne pas trouver la majorité nécessaire à son adoption ?

Expliquez-moi pourquoi des maires qui, dans le passé, ont célébré des mariages gays en violation de la loi, sont aujourd’hui les premiers à exiger de leurs collègues un total respect du mariage pour tous, s’il est adopté par le Parlement. Serait-ce que les élus ne sont tenus que par les lois de la République qui se situent dans le sens de l’Histoire ?

Expliquez-moi pourquoi les mêmes qui justifient le vote du mariage pour tous au nom de la nécessaire prise en compte des réalités de notre société, s’indignent à ce point lorsqu’on évoque l’hypothèse que demain, pour les mêmes motifs, le parlement puisse légitimer la polygamie ou l’inceste entre adultes consentants. Serait-ce par conservatisme refoulé ?

Expliquez-moi pourquoi les médias, principalement audiovisuels, ont tous pris fait et cause pour ce projet gouvernemental, au point de ne donner la parole aux opposants que pour mieux les ridiculiser. Serait-ce qu’ils se sentent investis vis à vis de l’opinion d’une mission civilisatrice ?

Expliquez-moi pourquoi toute «mise en question» argumentée de ce mariage pour tous est assimilée, ici et là, à de simples propos homophobes. Serait-ce que notre pays, par néo-conformisme, est incapable d’un vrai débat citoyen ?

Expliquez-moi pourquoi le gouvernement qui pourrait facilement trouver une issue dans la proposition formulée par l’Union nationale des associations familiales (Unaf) d’une «union civile» ouvrant aux mêmes droits patrimoniaux que le mariage et à l’adoption simple, refuse d’ouvrir, sur la question, des États Généraux susceptibles d’aboutir à cette forme de compromis. Serait-ce que l’enjeu de la loi est moins l’égalité des droits qu’une forme de victoire idéologique ?

Expliquez-moi pourquoi le succès inattendu des manifestations du 17 novembre, à Paris et en province, est à ce point minimisé par certains, soulignant que la gay pride fait descendre bien plus de monde dans la rue.  Serait-ce pour lancer, involontairement, aux opposants au projet, le défi de faire de la manifestation nationale du 13 janvier, un succès comparable à celui de la marche des fiertés ?

René Poujol

 

www.renepoujol.fr

Cet article a 1 commentaire

  1. Moreau Chantal et Hubert

    Merci Mr René Poujol pour votre franchise et votre courage à dire la vérité!
    Il faut que le 13 janvier à Paris soit un mouvement de force !

Les commentaires sont fermés.