A écouter:

 

A lire:

Le début de l’évangile pourrait nous faire représenter Jésus en sondeur, pour un institut de sondage : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Déjà il lui faudra préciser sa question, que veut dire Fils de l’homme. Un peu comme s’il sous-entendait sa double nature ; Fils, c’est à dire Fils de Dieu, et Homme ; soit vrai Dieu et vrai homme.

Après avoir sondé sur ce que pensent les gens, Jésus en arrive à la vraie question : et vous ? Cette question nous est aussi posée ce soir. Pour nous, qui est Jésus ? Est-il le fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme ?

Remarquez que parmi les apôtres, c’est le premier d’entre eux, Pierre, qui répond au nom des autres, ce que l’on appellera la Profession de Foi de Pierre : «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !» Tu es le Christ, c’est à dire tu es l’oin, et c’est vrai depuis son  Baptême : «celui-ci est mon Fils bien aimé», dira le Père. Origène, un auteur chrétien du 3ème siècle, commente ainsi : «Si nous aussi nous disons comme Pierre, parce que la Lumière du Père nous l’aura révélé, nous serons nous aussi proclamés bienheureux.» Et effectivement, Jésus déclare à Pierre : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.» Suit alors le célèbre envoi en mission de Pierre : «Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.»

Trois choses fondamentales pour nous, alors que notre église est ballotée par le péché grave de certains de ses membres.

– Pierre, roc : oui, le successeur de Pierre, le pape François, comme ses prédécesseurs, est un roc, sur lequel nous pouvons nous appuyer. Cette scène se passe dans un endroit magnifique, au nord de la Galilée, au pied du Mont Hermon, une falaise avec des grottes et des sources. Alors cette appellation de Pierre prends tout son sens. Oui, Pierre est le roc et la source pour nous aussi.

– Mon église : le pronom possessif MON est important : ce n’est pas l’église de Pierre ou de Paul, ou la mienne, c’est l’Eglise du Christ, qu’il a fondée. Alors pourquoi je m’inquiète; c’est le Christ qui la dirige, qui la mène, qui la bâtit et la rebâtit, pas nous.

– La puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle : On peut le comprendre d’abord pour chacun des membres de l’Eglise. Car à la suite de Jésus mort et ressuscité, l’Eglise a pour mission d’arracher à la mort éternelle les disciples de Jésus, pour les faire entrer dans le Royaume de Dieu. On peut le comprendre aussi de toute l’Eglise, contre qui les puissances de la mort ne l’emporteront pas.

Puis suit ce qu’on a appelé le pouvoir des clefs, qui fait que st Pierre est représenté avec une clefs : il a la clef du Ciel, il peut lier et délier. Un peu comme dans sa vie, Pierre a suivi l’ange qui lui a ouvert les portes de la prison. C’est le récit de notre première lecture. Il dira : «Vraiment je me rends compte que le Seigneur m’a envoyé son ange !» Je suis certain frères et soeurs, que nous aussi nous pourrions dire cela. Le Seigneur a parfois envoyé son ange pour nous libérer. Comme le chante le psalmiste : «L’ange du Seigneur campe alentour, pour libérer ceux qui le craignent.» Et nous chantons avec lui : «Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres.»

Alors frères et soeurs, ce soir, demandons à Dieu par l’intercession de St Pierre, le st Patron de cette église et de ce village, en reprenant une expression du Pape François : que personne ne nous vole notre espérance. Demandons-lui d’être renouvelés dans les trois vertus principales du chrétien, la foi, la charité et l’espérance.

Oui Seigneur, nous croyons en toi, tu es le Fils du Dieu vivant ; Oui Seigneur, nous t’aimons, tu es présent à notre vie ; Oui Seigneur, nous espérons en toi, pour notre vie éternelle et pour notre vie présente. Amen.