Homélie de Monseigneur Xavier Malle, dimanche de la Sainte Trinité, église de Saint Roch, Gap
  • 18 juin 2019

A écouter:

A lire:

La Sainte Trinité est le mystère le plus profond de Dieu. Mais aussi le plus difficile à comprendre, alors sa Révélation fut progressive. C’est par Jésus que la Révélation de la Sainte Trinité a été complète.

Dans l’ancien Testament, on connait bien sûr le Père, le créateur, et aussi déjà l’Esprit. Ainsi le livre des Proverbes nous parle de la Sagesse, qui existaient avant les oeuvres de Dieu : « Avant les siècles j’ai été formée, dès le commencement, avant l’apparition de la terre » et qui était présente à la création : « Quand il établissait les cieux, j’étais là ».

Puis cette sagesse trouve ses délices avec les hommes : « jouant dans l’univers, sur sa terre, et trouvant mes délices avec les fils des hommes».

Le psalmiste, au psaume 32,6 le dit ainsi : «Le Seigneur a fait les cieux par sa parole, l’univers, par le souffle de sa bouche.»  Ce verset nous révèle quelque chose du mystère le plus profond de Dieu, de l’intimité de Dieu, le mystère de la Ste Trinité : Dieu parle et Dieu a un souffle.

Nous avons là le souffle, qui avec la sagesse, sont ce que Jésus appellera l’Esprit Saint, ainsi que la Parole de Dieu, c’est à dire Jésus lui-même.

La révélation sera complète avec l’Incarnation, la naissance sur terre du fils de Dieu, qui appellera Dieu son Père, et nous le révèlera ainsi. Puis le Fils communiquera l’Esprit à ses apôtres à la Pentecôte.

On comprends alors que la Révélation fut progressive pour le peuple hébreu. Comme elle est progressive pour chacun de nous. Jésus l’annonce dans notre évangile : «Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière.» Chacun d’entre nous baptisés reçoit la révélation de la Trinité. Nous avons en effet été baptisé au nom du Père, du Fils et du St Esprit.

Nous devons entrer dans la Trinité, dans l’intimité de Dieu, c’est notre but, notre vocation. Mais la porte d’entrée est différente pour chacun d’entre nous. Pour certains, ce sera une motion de l’Esprit Saint, pour d’autre un temps d’adoration du Fils présent dans le Saint Sacrement, pour d’autre enfin, la certitude que le doigt de Dieu, que Dieu est là, un peu comme pour le vicaire général d’Embrun, qui après la guérison de Catherine Vial au Laus s’écrira : « le doigt de Dieu est là ».

Cette intimité de Dieu, le mystère de la Trinité, est si profonde, qu’y entrer prends toute la durée de notre vie. La révélation est progressive pour chacun de nous. Quand on parle du mystère de la Ste trinité, cela ne veut pas dire qu’on ne pourra jamais comprendre, mais qu’on n’aura jamais fini de comprendre. Dieu est un champ à travailler à toutes les saisons de notre vie.

D’où l’importance de la formation permanente pour les chrétiens. Ceci est une pirouette pour vous inviter à vous procurer un tout petit livre, que le Conseil Permanent de la Conférence des Evêques de France vient de publier : il reprends comme titre un verset du psaume de notre messe : «qu’est-ce que l’homme ?»  «À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ?»

Alors que le premier ministre a annoncé un projet de loi étendant la procréation médicalement assistée pour des couples de femmes, il est important comme chrétiens de nous former sur ce qu’on nomme l’anthropologie chrétienne, qu’est-ce qu’un homme, qu’est-ce qu’une femme ? Je vous invite à travaille ce petit texte. A la rentrée de septembre, nous reparlerons de la PMA pour nous aider à réfléchir, et ne pas nous laisser embobiner par l’émotion et la manipulation de certains médias. Fin de la pirouette page de publicité sur ce texte de la Conférence des Evêques de France.

Je disais que la révélation du mystère de la Ste Trinité était progressive, dans l’histoire de l’humanité et dans chacune de nos histoires.

En tout cas le but de notre vie est clair, nous introduire dans la Ste Trinité. Le texte des évêques «qu’est-ce que l’homme ?» rappelle cette parole de st Augustin  «Tu nous as fait pour Toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en Toi » (saint Augustin, Confessions I, I, 1). Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance pour l’unir à lui dans l’Amour qui est la vie éternelle. L’homme n’est pas fait pour se contenter de cette vie-ci, il est appelé à plus grand, en vivant dès maintenant l’amour. Plus radicalement encore, l’homme ne trouve pas sa fin en lui-même, il est appelé à se donner aux autres et à Dieu pour s’accomplir.»

Peut-être que ceux parmi vous qui ont été moteurs de la démarche de discernement de la vision pastorale pour votre paroisse se disent : zut, l’évêque n’en parle pas. Si, et de deux manières : 

D’abord cette fête de la Ste Trinité nous rappelle que l’objectif de notre vie chrétienne est clair : le ciel, la Sainte Trinité. Alors l’objectif de toute vie paroissiale est de nous ouvrir le chemin du Ciel, pour reprendre l’expression du St Curé d’Ars au jeune berger qui lui a indiqué le chemin vers sa nouvelle paroisse ; «Tu m’as montré le chemin d’Ars, je te montrerai le chemin du Ciel.»

Ensuite, cette fête de la Sainte Trinité nous rappelle aussi que la révélation pour chacun de nous est progressive. Un peu comme la révélation de la vision pastorale de votre paroisse. Votre démarche a duré sur une année, mais elle n’est pas finie.

D’autant que votre vision pastorale devra par la suite intégrer la vision pastorale diocésaine. Depuis mon arrivée comme votre évêque il y a deux ans, l’important fut d’avancer sur quelques urgences, la réorientation du projet du Laus, la mise en place des mesures de prévention des abus sur mineurs, et les finances. Mais ce fut surtout de découvrir le diocèse, par mes différents déplacements, et en commençant les visites pastorales missionnaires dans les paroisses. Nous entamerons à la rentrée pastorale prochaine le travail de définition de la vision pastorale diocésaine. Rassurez-vous, le but sera le même, indique le chemin du Ciel.

Ce terme de vision pastorale peut donner de l’urticaire à certains, peu habitués du vocabulaire du monde de l’entreprise. Mais chacun a déjà pu expérimenter que si on ne sait pas où on va, on s’épuise, en particulier pour les prêtres. C’est le syndrome du hamster qui tourne dans sa roue dans sa cage, qui tourne sans but en s’épuisant.

Votre vision pastorale doit donner la direction, et répondre à la question : où allons-nous ? Elle doit donner une image du futur de la paroisse, qui inspire passion et force dans le coeur du peuple de Dieu.

Pour vous encourager sur ce chemin de la vision pastorale, reprenons ce que dit la Sagesse : «elle trouve ses délices avec les fils des hommes». Elle a dû trouver ses délices lors de vos dimanches de discernements de la vision pastorale.

Amen !

Fermer le menu