Hubert Labbé nous a quitté le 31 mars 2020 après avoir lutté courageusement contre une longue maladie.

Originaire d’Épinal dans les Vosges, il était arrivé à Gap avec sa famille dans les années 1970 pour profiter du bon air des montagnes. Professeur de lettres à l’institution Saint-Joseph, il avait aussi la passion de la musique et de l’orgue en particulier. Il ne tarde pas à rejoindre la paroisse des Cordeliers pour accompagner les offices et fait la connaissance de Michel Bernard-Reymond, alors âgé de 17 ans, qu’il initie à l’orgue. L’instrument des Cordeliers montrant des signes de grande fatigue, ils projettent tous les deux de le faire restaurer et organisent une série de concert intitulés « Musiques aux Cordeliers » pour récolter des fonds. Ils s’attellent aussi à des montages audio-visuels et font tant et si bien qu’ils retiennent l’attention du père Louis Barneaud, des paroissiens et de la mairie de Gap.

En 1974, les travaux sont entrepris par Charles Mestlé et Michel Huriaux, facteurs d’orgue à Lyon. Les 2 et 3 octobre 1976, le nouvel instrument est inauguré par André Isoir : Hubert l’assiste au clavier et lui tourne les pages. Ce sera un grand et inoubliable moment pour tous !

Dans les années 1980, Hubert, sa femme Mauricette et leurs enfants déménagent à Tallard et il n’a rien de plus pressé que de se proposer pour accompagner les offices sur l’orgue de l’église Saint-Grégoire. En 1981, il participe à la création de l’école de musique municipale et, en 1984, il crée l’association « les chœurs du château » en regroupant des choristes originaires de plusieurs localités autour de Tallard. Quelques années plus tard, il créera une autre association « les amis de l’orgue de Tallard » dont la mission principale consiste en la maintenance de l’instrument pour le compte de la mairie, propriétaire.

Décidément, restauration et maintenance de l’orgue faisaient partie de ses gènes, non pas seulement pour en profiter lui-même mais par respect du compositeur et par respect pour les paroissiens, pour leur permettre de s’unir pleinement à la cérémonie. C’est ainsi qu’en 1992, il accueille un compositeur-organiste, Patrick Salmon, originaire lui aussi des Vosges et en tournée dans la région. Restés amis et en relation depuis cette époque, Patrick a mis à la disposition d’Hubert une de ses compositions dite Messe de sainte Estelle. Les chœurs du château ont eu l’honneur et le bonheur de pouvoir la chanter à Saint-Grégoire le dimanche 22 novembre 2015 pour la Sainte-Cécile, en présence de l’auteur ! Ce fut aussi un grand moment d’émotion partagée.

Il n’est pas possible de citer tous les concerts, voyages, échanges avec d’autres associations. Disons simplement qu’il était extrêmement ouvert et disponible pour tous ceux qui avaient un service à demander tout en respectant la liberté individuelle de chacun à participer ou pas : par exemple pour des obsèques, des mariages, des cérémonies exceptionnelles comme l’inauguration d’une église, l’ordination de prêtres ou de diacres. Il se faisait un point d’honneur pour participer chaque année aux cérémonies du souvenir, les 8 mai et 11 novembre aux côtés de la mairie de Tallard.

Qu’il me soit permis d’évoquer ici un souvenir personnel : Hubert avait aussi la passion de transmettre ce qu’il avait compris de la musique. C’est ainsi que depuis janvier 2020 mon épouse Bernadette et moi-même avons pu bénéficier de ses conseils musicaux tous les mardis après-midi. Il nous disait : « ne me remerciez pas, votre visite me fait le plus grand bien ». Il aura fallu le coronavirus et la mise en confinement généralisé le 16 mars dernier pour mettre fin à nos rencontres.

Tous ses amis musiciens souhaitent, lorsque les circonstances le permettront, lui rendre en musique l’hommage qu’il mérite.

Alain de Dianous

Sur l’histoire de l’orgue de Saint-André les Cordeliers vous pouvez consulter cet ouvrage, empruntable à la médiathèque Mgr Depéry dès que la sortie du confinement le permettra :

Orgue des cordeliers : Église Saint-André – Gap 1998, Gap : Imprimerie des Alpes, 1998, 28 p.