Il faisait nuit – Mardi 3 avril
  • Post published:3 avril 2012

Il faisait nuit
(Jn 13, 30)

L’annonce par Jésus que l’un d’entre eux allait le livrer a dû jeter un froid parmi les disciples. Judas s’est laissé envahir par les ténèbres, au point de trahir son maître, qu’il aimait, pour quelques pièces d’argent. Saint Jean nous le dit de manière symbolique par l’expression : Il faisait nuit.

Pierre traverse aussi le combat de la nuit, car il n’a pas pu supporter que Jésus manifeste sa gloire à travers la faiblesse et se laisse arrêter. Il en arrive à dire, même s’il en a été averti à l’avance, qu’il ne connaît pas Jésus. C’est vrai. Il ne connaît pas ce visage de Jésus faible. Il voulait lui-même sauver Jésus. Il découvrira plus tard qu’à ce moment-là c’est Jésus qui le sauve.

Le combat de Pierre est aussi le nôtre. Nous restons dans la nuit parce que le plus souvent, devant les difficultés, nous voulons nous en sortir nous-mêmes, par nos propres forces, jusqu’au moment où nous découvrons que, par sa croix, Jésus vient nous visiter au cœur de nos détresses pour nous relever, pour nous faire passer avec lui de la mort à la vie.

Mgr Michel Santier

______________________

Méditation extraite du hors-série n° 27, Le compagnon de Carême, publié pour le Carême 2012 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

  • Pour acquérir Le compagnon de Carême, cliquer ici : Le compagnon de Carême
    Vous y trouverez la Parole de Dieu du jour, des commentaires d’auteurs, des articles sur la liturgie, la liturgie des heures du dimanche.
  • Pour s’abonner à la revue Magnificat, cliquer ici : Magnificat
    Tous les jours, la revue mensuelle Magnificat propose les textes officiels de la messe, deux temps de prière (le matin et le soir) puisés dans le trésor de la liturgie des Heures, des textes de méditation extraits des Pères de l’Église, des écrits spirituels contemporains qui prolongent la prière et invitent à vivre la foi, des extraits du martyrologe romain (multiples visages de sainteté qui reflètent l’unique lumière qui nous éclaire), et chaque mois une œuvre d’art sacré commentée par un spécialiste.