Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre – Mercredi 14 décembre

Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre – Mercredi 14 décembre

Isaïe 45, 6b.8
Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre. Que les cieux distillent la rosée, que les nuages répandent la justice, que la terre s’entrouvre et que le salut s’épanouisse, que la justice fasse éclater en même temps tous ses bourgeons. Moi, le Seigneur, je crée tout cela.

A vec beaucoup de poésie, le récit de la Genèse campe le décor de la création de toutes choses. Lumière, ténèbres, eaux, terre, plantes et animaux, tout s’agite et prend forme quand la parole de Dieu retentit au-dessus du chaos initial. Bonne nouvelle pour l’homme installé dans ce monde : Dieu est Créateur. Il donne et maintient notre vie.
Mais, aujourd’hui, un récit de création, d’un nouveau genre, nous est proposé. Les nuages ne donnent plus la pluie mais répandent la justice, la terre ne donne plus de plantes mais laisse s’épanouir le salut, les bourgeons ne donnent plus de fleurs mais la justice. La terre et le ciel s’unissent pour que la justice et le salut s’épanouissent.
Ce qu’Isaïe entrevoyait comme une nouvelle création de Dieu – De ma bouche sortira le salut, cette parole ne reviendra pas en arrière (Is 45, 23) – dépasse son attente. Isaïe prophétisait une réalité qu’il ne pouvait envisager : Dieu sort de lui-même et vient habiter sa création ; le Verbe de Dieu vient prendre chair de notre chair. Accueillons-le puisqu’il nous prend en lui.

Bénédicte Ducatel

Extrait du hors-série n° 26, Le compagnon de l’Avent, publié pour l’Avent 2011 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

Webmaster

Cet article a été rédigé par le service communication du diocèse de Gap.
Fermer le menu