Jeudi saint

Jésus a mis son corps au très Saint-Sacrement, non point selon les lois des autres
corps, mais par une façon qui le rend, et plus aimable, et plus admirable tout ensemble, qu’au reste de toutes ses œuvres. Son amour le tient là, réduit en un état où il n’a d’être, de vie et de
présence que pour nous ; en un état non pas digne de sa grandeur, mais proportionné à notre nécessité. Là, il se prive de sa gloire extérieure, mais ce n’est rien pourvu qu’il puisse nous
être utile et nous communiquer plus aisément la vie en sa source primitive.

Car dans ce sacrement, Jésus n’est pas rebuté par la cabane des pauvres ou la hutte
des pestiférés. Il ne préfère pas la cellule du lépreux aux cabinets des princes, ou aux palais magnifiques des plus glorieux monarques. Les lèvres et les entrailles les plus repoussantes ne
donnent point d’aversion à l’inclination amoureuse qu’il a de se répandre. S’il est foulé aux pieds des plus scélérats, cela lui est indifférent ; Judas, le traître, le reçoit aussi bien que
l’apôtre bien-aimé. Qu’il y soit honoré ou méprisé, adoré ou maudit, loué ou en horreur, cela ne le touche point, pourvu qu’il laisse dedans la terre cette devise d’un Dieu qui aime, comme dit
saint Denis
, jusqu’à l’extase : « Voilà que je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. »

Louis Chardon (1595-1651), La Croix de
Jésus
, I, ch. XIX


L’auteur

 

Né dans l’Oise, d’une famille de juristes et d’hommes d’Église, Louis Chardon passera le plus clair de sa vie à Paris.
Après ses études universitaires, il entre en 1618 au couvent dominicain de l’Annonciation en plein renouveau intellectuel et spirituel. Confesseur et directeur apprécié, mêlé aux querelles
politico-religieuses de la Fronde, ce n’est que quatre ans avant sa mort qu’il se met à publier divers ouvrages de spiritualité, notamment des traductions de Catherine de Sienne et
des
Institutions taulériennes

 

(Extrait du livret Carême pour les Cancres 2008 – A l’école des saints – Un texte par jour pour marcher vers Pâques, disponible sur www.paroisseetfamille.com)