La journée mondiale du migrant et du réfugié dans le diocèse

Dimanche 15 janvier sera la journée mondiale du migrant et du réfugié. Le thème : « mineurs migrants, vulnérables et sans voix. » Des initiatives dans les Hautes-Alpes. Les paroles du pape François et de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri. Le message de François Estrangin, délégué diocésain à la pastorale des migrants.

______________

Ils ont dit

Je m’occuperai directement de la section pour la pastorale des migrants du nouveau dicastère.

Pape François,
discours des vœux de Noël
à la curie romaine
le 22 décembre 2016

Laissons-nous interpeller par l’Enfant dans la mangeoire, mais laissons-nous interpeller aussi par des enfants qui, aujourd’hui, ne sont pas couchés dans un berceau et caressés par la tendresse d’une mère et d’un père, mais qui gisent dans les sordides “mangeoires de la dignité” : dans le refuge souterrain pour échapper aux bombardements, sur les trottoirs d’une grande ville, au fond d’une embarcation surchargée de migrants. Laissons-nous interpeller par les enfants qu’on ne laisse pas naître, par ceux qui pleurent parce que personne ne rassasie leur faim, par ceux qui ne tiennent pas dans leurs mains des jouets, mais des armes.

Pape François,
homélie de Noël
dans la nuit du 24 décembre 2016

C’est trop facile de dire qu’on ne veut pas de migrants et qu’ils restent chez eux ! Ils ne demandent que ça, de rester chez eux, s’ils avaient de quoi manger, et un lieu où dormir. Quand on a le vivre et le couvert, on ne s’en va pas ! Si Lazare avait eu de la nourriture et un toit, pensez-vous qu’il serait venu s’installer à la porte du riche et y mourir ! Non. Il serait mort dans son lit ! Mais quand on n’a rien à se mettre sous la dent ou quand on vit sous les bombes, on s’en va. Et ce n’est pas de gaieté de cœur, croyez-moi.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri,
homélie le 25 septembre 2016

______________

Initiatives dans les Hautes-Alpes
pour la journée mondiale

Entrée libre

Dimanche 15 janvier

  • 14h30, au sanctuaire Notre-Dame du Laus
  • 17h30, au Centre diocésain pape François à Gap

Projection de deux courts métrages :

  • J’ai marché jusqu’à vous, récits d’une jeunesse exilée.
  • Paroles du Buëch, l’accueil de jeunes migrants dans les Hautes Alpes.

Projection suivie d’un temps d’échange sur les espoirs, les attentes, les parcours des migrants, en particulier mineurs, et sur leur accueil dans les Hautes-Alpes.

______________

La journée mondiale

À la suite du Christ qui s’est lui-même identifié à l’étranger (Évangile selon saint Matthieu 25, 35), l’Église a toujours eu le souci de celui que l’éloignement de sa terre natale fragilise.

En 1914, le pape Benoît XV invite les évêques d’Italie à instaurer dans toutes les paroisses une Journée de sensibilisation au sort des émigrants italiens. Au fil du temps, les papes en font une journée mondiale du migrant et du réfugié.

Par cette journée, l’Église catholique veut rappeler, de par le monde, ses convictions et ses engagements pour que soient respectés et reconnus dans leurs droits et dignité les migrants, les réfugiés, les demandeurs d’asile et tous les hommes et femmes de la migration. Les catholiques mettront à profit cette journée pour renouveler dans la foi leur confiance en Jésus-Christ, visage d’un Dieu Père de tous les hommes, de toutes langues, origines et cultures.

Le thème choisi par le Pape François[1] cette année est : « mineurs migrants, vulnérables et sans voix ».

L’enjeu est de faire avancer « la construction de la fraternité universelle, base indispensable d’une véritable justice et condition de la paix » en « aidant chaque communauté chrétienne à s’ouvrir aux questions que soulève la présence des migrants et des exilés chez nous. »[2]

Dans le diocèse, chaque paroisse a été invitée à préparer la célébration eucharistique autour de ce thème. Des tables ouvertes, des temps d’échange, des rencontres sont organisées dans certaines paroisses en fonction des possibilités. De mêmes, des outils ont été créés pour des animations pour les jeunes et les enfants.

Par exemple, au collège-lycée Saint-Joseph à Gap, une rencontre est prévue pour certaines classes ce lundi. À Serres, plusieurs temps forts sont prévus tout au long de la journée. Au sanctuaire Notre-Dame du Laus à 14h30 et au Centre diocésain Pape François à Gap, à 17h30, sont prévus deux temps d’échange avec une projection suivie d’un débat.

N’hésitez pas à vous renseigner localement !

François Estrangin
Délégué diocésain à la pastorale des migrants

_________

[1] Cf. le message du pape François

[2] Cf. le site du Service national de la Pastorale des migrants et des personnes itinérantes, page Journée mondiale

Cet article a 2 commentaires

  1. Ce qu’il y a de stupéfiant, dans l’Église, c’est cette déconnexion totale avec la réalité, (la réalité terrestre!), s’agissant du problème des migrants. C’est stupéfiant, et c’est surtout d’une extrême dangerosité.

    1. Tout dépend de la force de notre foi. Quand on a la foi, on n’a pas peur, on s’engage, on va à la rencontre des autres. Et puis pensons au fait que ce sont des êtres humains comme nous.
      « Les mineurs migrants, surtout non accompagnés, sont particulièrement vulnérables. Donnons-leur tous un coup de main », c’est le tweet envoyé par le Pape François ce jeudi. Il fait écho au message du Saint-Père pour la journée mondiale du migrant et du réfugié 2017. Dans ce message, le Pape a mis l’accent sur la vulnérabilité des enfants et jeunes migrants « qui sont trois fois sans défense, parce que mineurs, parce qu’étrangers et parce que séparés de l’affection de leurs proches » devenant ainsi la proie facile de trafics en tous genres. Le danger alors dont vous parlez n’est-il pas plutôt de leur côté que du nôtre ?

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu