La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri –  Casse-toi !

Dans sa chronique du dimanche 25 octobre 2015, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri aborde le rejet par les parents de leurs enfants pour cause d’homosexualité.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus

et tous les mois sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Il y a des joies plus grandes que d’autres. Annoncer à ses parents, à ses amis qu’on attend un enfant fait partie de ces grands moments heureux et marquants de la vie d’un couple. L’enfant naît, grandit, devient adolescent puis jeune adulte et même s’il fait des bêtises, il sait que malgré la colère de ses parents, il trouvera  toujours, dans le foyer familial, secours et tendresse. Dans la Bible, c’est d’ailleurs l’histoire du fils prodigue.

Alors qu’est-ce qui peut amener des jeunes à s’exprimer comme suit à propos de leurs parents ? « Ma mère vient de me jeter sans amour, sans rien, une haine indescriptible, un regard haineux, avec beaucoup trop de reproches, avec trop de trop. » Qu’est ce qui peut amener des parents à dire ce qui suit : « On ne peut pas te garder, on a une bonne réputation dans le faubourg, tu imagines si ça se sait, c’est la honte. » ou bien « Tu peux être n’importe où en France, on te retrouvera et on te tuera. » ou encore « Je te tue, je te tue. Je te laisse cette après-midi pour partir de la maison, ce soir quand je rentre, tu n’es plus là ». Fin de citations.

J’ai espoir que vous ne trouverez pas ce qui motive ces paroles. Ces jeunes rejetés par leurs parents ne sont ni des voleurs, ni des violeurs, ni des meurtriers. Ils n’ont pas été violents avec leurs parents, ni même irrespectueux. Qu’ont-ils fait alors ? Ils ont confié à leurs parents qu’ils étaient homosexuels.

Certes on peut imaginer le séisme que cela peut provoquer dans la tête d’un père ou d’une mère qui souvent rêvent plus leur enfant qu’ils ne le connaissent en vérité. Mais de là à le mettre à la rue, de là à le rejeter par peur d’affronter le qu’en dira-t-on, cela reste incompréhensible.

Quelle est la réalité de leur amour pour leur enfant ? Il serait injuste ici de ne pas rendre hommage aux parents qui seront toujours aux côtés de leur enfant pour les aimer et les soutenir quelle que soit les situations dans lesquelles ils se trouvent.

« Surtout n’en parle pas à ton père. » « On ne veut pas de pédés chez nous, va te soigner. » « Que Dieu leur envoie le sida. » « Tant que je ne serai pas mort, ma famille ne sera pas contente. Je le sais. » Voici quelques phrases tirés de la dizaine de témoignages de jeunes femmes et hommes qui ont été rejetés de chez eux par leurs parents pour homosexualité. Ces témoignages sont regroupés dans le livre de Jean-Marie Périer intitulé Casse-toi ! Crève mon fils. Je ne veux pas de pédé dans ma vie.

Mais alors, que devient un jeune rejeté par ses parents ? S’il s’agit d’un mineur placé dans une famille d’accueil avant d’avoir dit qu’il était homosexuel, il sera chassé par cette famille. Un de ces jeunes témoigne qu’il était enfermé dans sa chambre avec pour consigne de ne pas se montrer quand les amis de cette famille d’accueil, très catholique, venaient à la maison.

S’il est majeur, il peut aller chez la ou le petit ami qui peut le rejeter également. Il peut devenir SDF et se faire rejeter par les SDF. Il peut aller voir une assistante sociale qui lui dira, je cite « Vous n’êtes ni toxicomane, ni alcoolique, ni noir, ni musulman, ni une femme […] comment voulez-vous que je vous trouver un logement. Si vous aimez les hommes, vous n’avez qu’à assumer. » Il se prostituera parfois, se vendra pour survivre.

C’est pour éviter cela qu’il y a une dizaine d’année a été créée l’association Le Refuge. Cette association propose un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical, psychologique et juridique aux jeunes rejetés par leur famille pour homosexualité.

L’amour d’une mère ne meurt jamais, dit-on, en tout cas rien ne le remplacera comme en témoigne Antoine, je le cite « Je suis venu ici, au Refuge. Maintenant ça va mieux. Enfin. Je n’ai pas mes parents. Et des fois, il m’arrive de pleurer… »

Alors, que de larmes, que de blessures, que de souffrances ! Je ne sais pas si cela peut consoler ; en tout cas cela devrait faire réfléchir les parents qui croient bien agir en rejetant leur enfant pour quelque raison que ce soit ; mais dans la Bible, Dieu dit : « Une femme peut-elle oublier son enfant, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas. » (Isaïe 49, 15)

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 10 commentaires

  1. merci infiniment je peux accéder à la chronique!
    je me suis interrogée: si ma fille n’avait pu aimer qu’une fille ? après une “brève” méditation la réponse m’est apparue très claire : j’aurais eu 2 filles et voila ! comment peut-il y avoir d’autre choix, et particulièrement celui de jeter cet enfant dans ces rues si dangereuses et, fait aggravant, se proclamer catholique !
    Merci Monseigneur .

  2. Comment des parents peuvent-ils rejeter, menacer de tuer un enfant tant désiré parce qu’il est homosexuel ou pour quelque raison que ce soit ?
    Les parents idéalisent et rêvent d’un bel avenir pour leurs enfants. Cependant, on n’élève pas un enfant pour soi, on ne peut pas le faire “rentrer dans un moule” choisi par les parents.
    Un enfant doit être guidé, aimé et se sentir compris quelque soit son âge et sa différence.
    Mais notre société actuelle du “tout jetable” ne fait même plus la différence entre un objet et un être humain.
    Le Seigneur aime tous les hommes sans distinctions.
    Bonne semaine Monseigneur.

  3. MONSEIGNEUR,pas de mots assez puissants pour qualifier ces parents qui rejettent leur enfant parce que homosexuel,peur du “qu’en dira-t-on”.Un enfant conçu par son père et sa mère,le fruit de ses entrailles,on le prend tel qu’il est.Un Amour inné et on l’aime davantage s’il présente une faille,il à besoin du soutien de ses parents.Leur existence fait partie de leur vie!J’ai honte pour ses parents indignes,rejetant leur progéniture pour cause pas conforme à la norme de la famille.Je suis scandalisée d’un tel comportement! Heureusement,les associations comme LE REFUGE à Gap par exemple peuvent accueillir et protéger ces jeunes et les aimer.DIEU sera seul juge! En attendant,MONSEIGNEUR,merci de votre chronique qui va réveiller des cas de conscience.Prions ensemble et donnons l’Amour de Jésus.Bonne semaine

  4. Bonsoir Monseigneur
    , Quel plaisir de vous retrouver.
    Je pense qu’une Maman ne peut rejeter son enfant , qu’il soit homosexuel, alcoolique, dépendant de la drogue ou autre.
    Je pense que certaines personnes ont dû mal à accepter , à cause du regard du jugement des autres qu’ils n’assument pas
    Mais au plus profond de leur cœur il doit toujours y avoir cet amour si profond
    bonne soirée
    bien respectueusement Monseigneur

  5. on me demande de me connecter pour accéder à la vidéo ?????

    1. Pour accéder à la vidéo ce devrait bon désormais.

  6. Je suis outragé par ses parents qui rejettent leur enfant qui se déclare homosexuel.
    Personnellement je me dis qu’un enfant n’a jamais demandé à venir au monde.
    On doit l’accepter tel qu’il est. L’amour des parents pour leurs enfants est immense et rien ne devrait le briser.
    Quand je vous écoute , Monseigneur, je n’arrive pas à comprendre le comportement de ces parents.
    Que Dieu leurs vienne en aide.

  7. Merci Monseigneur d’avoir dit cela; j’ai une fille qui a 50 ans, avec mon mari nous l’avons toujours protégée, car certains dans la famille ne voyait pas ça d’un bon oeil. C’est la plus dévouée et la plus à l’écoute des autres, de ses neveux et nièce, frère et soeurs . Elle est attentive à tous, sa vieille voisine,ses amis, ses étudiants…..Bien sûr nous aurions aimé qu’elle ait des enfants, mais elle n’a pas voulu se lancer dans des manipulations médicales….Elle est très respectueuse de la foi des autres membres de la famille. Dieu seul jugera.

  8. Monseigneur,
    Je vous prie de m’excuser, les dernières phrases écrites sont un charabia.
    Je vous écrivais que j’étais heureux de lire à nouveau vos chroniques hebdomadaires.

    Bien respectueusement et toujours en prières.

    Yves Pépiot

  9. Monseigneur, bonjour.

    Comme vous l’énnoncez si justement dans le CD des Prêtres, c’est le CHRIST.
    Trés heureuxbd’avourbde ´ouveau lu votre chronique hebdomadaire.
    Respectueusement en prières

    Yves Pépiot

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu