La chronique de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri : “Il y a silence et silence !”

Dans sa chronique du 16 février 2014, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri souhaite la bienvenue en France… aux Français.

Les chroniques de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri sont également diffusées toutes les semaines :

• sur les ondes de RCF Alpes Provence
• sur le site internet du journal Le Point
• sur D!CI TV
• sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus,

et tous les quinze jours sur KTO dans l’émission À la source.

Bonjour,

Bienvenue en France. Bienvenue dans ce beau et grand pays à l’histoire riche, à la géographie variée. Pays de la liberté, des droits de l’Homme, pays qui rayonne par sa langue, sa culture, ses arts. Bienvenue en France, territoire sur lequel cohabitent les traditions locales.

Contrairement à ce que vous pouvez penser, ces mots de bienvenue ne s’adressent pas aux nouveaux arrivés en France. Ils s’adressent à cette catégorie de Français qui semblent ne pas connaître la France, son histoire, ses traditions, sa culture. Et je parle notamment de ces urbains qui l’heure de la retraite arrivée, une fois installés à la campagne, recourant à l’alibi de la laïcité, ont réussi à mettre en retraite forcée les cloches du village et ce contre l’avis des autres habitants. Car en réalité c’est le bruit des cloches qui les dérangent. Et s’ils le pouvaient ils tordraient bien le coup au coq aussi, et s’ils habitaient  sur la place du marché ils interdiraient au primeur de crier la beauté et le prix de ses tomates. Mais là l’alibi de la laïcité ne peut être avancé.

Est-ce que vous aimez le latin ?  En voici : « Si fueris Romae, Romano vivito more; si fueris alibi, vivito sicut ibi ». Littéralement : « Si tu es à Rome, vis comme les Romains; si tu es ailleurs, vis comme on y vit. » Cette phrase est attribuée à saint Ambroise de Milan. Et cette citation fait référence au voyage de saint Augustin à Rome, où, comme il décrit dans la lettre 54 à Januarius, il s’est accoutumé aux usages.

Oui, à Rome, vis comme les Romains. Et sauf étourderie de ma part, les Romains et dans le cas présent les Françaises n’ont pas pour habitude de montrer leur poitrine et de simuler un avortement au beau milieu d’une église. Malheureusement cela a fait autant de bruit que le silence imposé aux cloches dont j’ai parlé précédemment. Cela n’a ému que peu de personnes et il semblerait qu’il est anormal de s’en émouvoir comme l’a évoqué l’archevêque de Paris. Je le cite : « Je suis étonné que les grands défenseurs de la laïcité ne se soient pas manifestés, car c’était le moment de montrer que la laïcité est la protectrices des croyances et des religions ! Il y a des voix importantes qui sont restées muettes ! »

Dans un article pour un quotidien, le père Pierre-Hervé Grosjean conclut cette situation de la manière suivante : « Il est périlleux qu’on en vienne à soupçonner qu’il y a, dans l’esprit de certains gouvernants, une laïcité à deux vitesses, dont les catholiques feraient les frais. Une laïcité qui pourrait s’apparenter à une ignorance polie ou à une hostilité ouverte, selon le ministre concerné. Une laïcité mensongère ou idéologue, qui ne serait pas au service de tous. Redisons-le donc simplement mais fermement : une laïcité qui ne serait pas le respect de toutes les religions perdrait sa crédibilité. »

Alors ces deux exemples prouvent cette laïcité à deux vitesses. Une laïcité qui impose le silence aux cloches, blâmant ainsi une tradition liée à l’histoire religieuse de la France, et qui laisse sans broncher de jeunes femmes aux seins nus rompre le silence d’un édifice religieux en simulant un avortement.

Alors, il y a silence et silence !

Bienvenue en France. Mais n’oubliez pas : « À Rome, vis comme les Romains. »

À bientôt.

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri
Évêque de Gap et d’Embrun

Cet article a 11 commentaires

  1. Merci a BARBARA pour cette merveilleuse chanson d’actualité MONSEIGNEUR.Une voix captivante des paroles enrichissantes.L’EGLISE était là avant ta maison.Commencons par le silence dans les rues.Surtout ne touchez pas a nos EGLISES a leurs belles cloches,le carillon de la victoire.Il faut garder cet héritage.Tout dérange dans notre société actuelle mais souvent les memes individus.Merci MONSEIGNEUR Vos idées sont un moment de partage et d’émotion.
    ARLETTE

  2. Merci Monseigneur, vous êtes courageux ! Tout est dit : adaptons nous aux us et coutumes du pays dans lequel nous vivons ! A notre époque, tout ce qui est de tradition française est sujet à polémique, contestation etc… Tout dérange : les crèches, les cloches, le repos du dimanche etc… De plus les coqs qui se permettent de chanter à 4 heures du matin au lieu de 9 ou 10 heures…rendez-vous compte ! Enfin, nous, les Chrétiens attendons de pouvoir entendre de nouveau nos cloches pour la Résurrection de Notre Seigneur Jésus.

  3. bonjour! Monseigneur,

    Comme toujours c’est bien dit!
    hé! oui!
    tout ce qui touche les chétiens
    nos cloches nos valeurs nos traditions,
    tout dérange!
    A croire que….?
    oû sommes nous! mais nous tiendront,
    merci! de cette belle vérité!! courage dans la foi,
    c’est quand nous sommes petit que nous seront grand! avec toute ma proximité! Francine

  4. Retraitée Education Nationale. Lorsque j’avais la classe des CM1-CM2 certains enfants faisaient la Communion Solennelle, ils me donnaient une image, je l’acceptais avec plaisir, c’était la coutume et
    PERSONNE ne trouvait à redire. C’était une autre époque.

  5. La scandaleuse histoire de la Madeleine a fait bien peu de bruit. J’ai crié très fort mais j’avais peu d’interlocuteurs. Merci de relayer l’info … un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais. Je pense aussi que l’on peut ajouter que la plainte déposée par Mgr Vingt-Trois a été classée très rapidement sans suite…
    Je connais pourtant, en France, des sites touristiques où le maillot de bain ne suffit pas, le port du tee-shirt est obligatoire en ville … cela ne me choque pas !

  6. Merci Monseigneur pour votre voie. Il me semblait bien que toutes les idéologies avaient leurs propres limites, même dans l’indifférence…
    On vous aime beaucoup. Portez-vous bien.

  7. vous avez Mgr vu juste je suis de votre avis car vivant dans un petit village il arrive des citadins pour faire taire nos cloches et j ajouterai même ils vont nous empecher d aller travailler avec nos tracteurs car cela les réveillent de bonne heure et comme d habitude je vous dis a bientot avec toute ma fidélité

  8. Trop de bla bla un peu plus d’action, donnez autant que vous le pouvez. pas de bavardage

  9. Merci beaucoup pour cette chronique, Monseigneur Di Falco !
    Bon courage pour l’avenir !
    Fraternellement.
    Martine GILHARD.

  10. Bravo Monseigneur de crier cette évidence qu’en France, drapés des beaux principes, au nom de la laïcité, c’est en fait le Christ et les chrétiens que l’on combat!
    Merci,

  11. Monseigneur,
    en mon Morvan où je suis “à cheval” ici et à Versailles, – quand je ne suis pas à Boscodon….! –
    je prends votre lettre et j’apprécie et le style, la forme et le fond de votre réaction aux imbécilités comme aux entêtements de ceux que les cloches gênent : ce sont des “cloches” et.. ça n’ira pas loin !
    Tout ce qui est excessif et partisan n’a plus de crédibilié.
    Bravo !

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu